Syndicate content

20 en 5 : Comment l'Agence Française de Développement et la Banque mondiale se sont associées afin de publier 20 ouvrages majeurs en 5 ans sur le développement en Afrique

Punam Chuhan-Pole's picture
Cette page en : English


L’ambiance est au renouveau et à l’optimisme sur le plus jeune des continents. Cela se voit à Addis Abeba, où le premier système de métro d’Afrique subsaharienne vient d’être inauguré. Cela se ressent en Côte d’Ivoire, où de jeunes Ivoiriens se préparent avec impatience à effectuer leur premier stage rémunéré dans la compagnie d’électricité nationale. Cela s’entend sur les ondes au Nigéria, où des paysans partagent des conseils pratiques en matière d’agriculture sur leur première radio communautaire rurale.

En dépit de ces signes prometteurs, les nouvelles projections de la Banque Mondiale prévoient un ralentissement de la croissance économique en Afrique subsaharienne en 2015, avec un taux à 3,7% contre 4,6% en 2014, en raison d’une conjoncture mondiale difficile et d’importants défis intérieurs.

La région est confrontée aux retombées de la fin du super-cycle des matières premières, caractérisée par une baisse conséquente des cours du pétrole, du cuivre et du minerai de fer. On compte encore 89 millions de jeunes Africains non scolarisés. Par ailleurs, en chiffres absolus, il y a aujourd’hui plus d’Africains sous le seuil de pauvreté qu’en 1990. L’insuffisance des systèmes de santé, les effets déjà tangibles des changements climatiques, les conflits armés et la violence sont autant d’éléments qui entravent également les avancées réalisées par l’Afrique au cours des deux dernières décennies.

Les axes de développement définis pour l’Afrique subsaharienne doivent être variés et multidimensionnels, à l’image de la région elle-même. C’est sur cette approche que reposent les nouveaux objectifs de développement durable (ODD), récemment lancés par les Nations Unies. Les ODD prennent le relais des objectifs du millénaire pour le développement et promettent de mieux répondre au nombre croissant de défis économiques, sociaux et environnementaux interdépendants posés dans une démarche globale de développement durable.

C’est dans le même esprit que le Groupe de la Banque Mondiale et l’AFD ont créé l’Africa Development Forum / L’Afrique en développement en 2009 : il s’agissait de réaliser des travaux de recherche de haute qualité rapportant en détail la difficile émergence de l’Afrique. Cinq ans et vingt publications plus tard, le savoir né de ce partenariat est vaste et riche.

L’Africa Development Forum traite d’enjeux très divers : infrastructure, agriculture, égalité des genres et conflits hommes-femmes, migration, emploi des jeunes, démographie, filets de sécurité, urbanisation, secteur privé et tourisme. Il est essentiel de disposer de connaissances fiables pour redynamiser le dialogue, toujours fragile, sur l’avenir de l’Afrique et lui apporter un éclairage critique.

Ces vingt publications ont été l’occasion pour les lecteurs de s’informer sur le potentiel économique à mille milliards d’euros de l’agriculture africaine, de découvrir comment l’explosion démographique sur le continent peut être mise au profit de la croissance économique, et de mieux comprendre l’impact du changement climatique sur les moyens de subsistance de millions d’Africains.

L’Africa Development Forum continue à mener des travaux de recherche de pointe, et nous espérons continuer à contribuer aux débats politiques qui se tiennent à l’échelle locale, régionale et mondiale sur les défis les plus urgents du continent.

L’AFD et la Banque Mondiale sont déterminés à travailler avec leurs partenaires africains pour mettre fin à l’extrême pauvreté en l’espace d’une génération et promouvoir une prospérité partagée. Le potentiel de l’Afrique est sans précédent et, à quelques déboires près, les perspectives du continent sont très encourageantes.

Le développement vous intéresse? RDV sur le blog idées pour le développement, animé par l’Agence Française de Développement.


LIENS UTILES :

Vos questions et commentaires (soumis à modération)