Syndicate content

Tunisia

Devrions-nous payer nos enfants pour qu’ils lisent ?

David Evans's picture
Cette page en : English
Il y a quelques semaines, ma femme et moi relisions à voix haute le nouveau livre de Chimamanda Ngozi Adichie intitulé Chère Ijeawele, ou Un manifeste de 15 suggestions pour dispenser pour une éducation féministe. L’auteur conseille une amie sur la manière d’éduquer sa fille – Chizalum – pour en faire une féministe. Voici la quinzième suggestion : « Apprends à lire à Chizalum. Apprends-lui à aimer les livres. La meilleure façon pour y arriver est de montrer l’exemple de manière désinvolte. Si elle te voit lire, elle comprendra que lire est quelque chose de précieux. » Ceci semble tout à fait pertinent. Maintenant, passons à la fin du passage : « si toutes les autres méthodes échouent, paie-la pour lire. Récompense-la. Je connais une femme nigérienne extraordinaire, Angela, qui vivait aux États-Unis et élevait seule sa fille qui n’aimait pas lire. Elle décida de donner cinq centimes à sa fille pour chaque page lue. Une initiative coûteuse dont elle se remémorait en plaisantant mais somme toute, un bon investissement. » Intrigué après avoir lu ce passage, j’ai griffonné sur un coin de page, « me renseigner sur cette méthode. »

 

 

Smackdown: Provide the people of Africa with training, or with cold, hard cash?

David Evans's picture

In recent years, growing evidence supports the value of cash transfers. Research demonstrates that cash transfers lead to productive investments (in Kenya, Tanzania, and Zambia), that they improve human capital investments for children (in Burkina Faso, Tanzania, Lesotho, Zambia, and Malawi), and that they don’t get spent on alcohol (all over the world).

At the same time, the vast majority of governments invest large sums in training programs, whether business training for entrepreneurs or vocational training for youth, with the goal of helping to increase incomes and opportunities.