Syndicate content

performance

Comment notre hôpital au bord de la faillite est devenu un modèle de gestion basée sur la performance ?

Also available in: English

En 2014 nous avons repris la direction de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (HGOPY). Nous avons récupéré une institution confrontée à un endettement structurel chronique, avec de nombreux équipements et locaux vétustes. Aucun plan d’amortissement de la dette n’avait été mis en place et les dépenses non compressibles telles que les salaires et avantages des personnels étaient très élevés.

 



Ce genre de situation était malheureusement fréquent dans de nombreux établissements qui ont subi de plein fouet la crise économique et sociale qui a suivi l’ajustement structurel dans les pays africains. Le système de santé n’a pas été en reste. La décision d’augmenter les tarifs des prestations médicales a pénalisé les plus pauvres et limité leur accès aux soins de santé. Cela n’a pas tardé à avoir des conséquences sur les taux de mortalité maternelle et infantile qui ont augmenté.

Pour faire face à cette situation, les pays africains ont signé en 2000 la Déclaration d’Abuja, les engageant à consacrer au moins 15% de leur budget national à la santé. Au-delà de l’objectif de l’accès universel aux soins, le secteur devait améliorer sa performance, son efficacité et son efficience.

From the brink of bankruptcy to a model for performance-based management: The story of one Yaoundé hospital

Also available in: Français

We took over the management of the obstetrics, gynecology, and pediatric hospital in Yaoundé (HGOPY) in 2014, inheriting an institution that faced chronic structural debt, obsolete equipment, and dilapidated buildings. No debt repayment plan was in place and fixed expenses such as staff salaries and benefits were extremely high.

This situation was regrettably common in many institutions across Africa which were hit hard by the economic and social crisis that resulted from structural adjustment policies implemented in by several countries, including Cameroon. Furthermore, the decision to increase health care charges adversely affected the poorest, limiting their access to health care and leading to a rise in maternal and infant mortality rates.

In response, African countries signed the Abuja Declaration in 2000, committing to earmark at least 15% of their national budget to the health sector. In addition to the goal of providing universal health care, the sector was expected to enhance the performance, effectiveness, and efficiency of its services.