Syndicate content

Education

L’éducation pour tous dans une Afrique en plein essor

Eleni Abraham Yitbarek's picture
Also available in: English

Exceptionnelle, la croissance économique du continent africain suscite pourtant des inquiétudes quant au partage de ses fruits. La croissance ne peut pas tout. Avec des inégalités tenaces et sans mobilité sociale, les enfants ne naissent pas égaux.

La région a obtenu de véritables progrès en termes de scolarisation : selon l’UNESCO, le taux net ajusté de scolarisation en primaire est passé de 59 % en 1999 à 79 % en 2012. L’éducation devient donc plus inclusive. Mais tous les enfants africains n’ont pas les mêmes atouts en main.

On peut mesurer les progrès de l’égalité des chances scolaires en examinant l’évolution de la mobilité intergénérationnelle dans l’éducation : les enfants ont-ils une mobilité supérieure à celle de leurs parents sur « l’échelle » des études ? Le rapport Poverty in a Rising Africa se penche sur l’évolution de la transmission intergénérationnelle de l’éducation sur une période de 50 ans. Pour cela, il s’appuie sur deux indicateurs souvent utilisés pour apprécier cette mobilité : le gradient intergénérationnel et le coefficient de corrélation entre les années d’études des parents et des enfants. Le premier est un simple coefficient de régression de l’éducation des parents pour prédire le niveau d’éducation des enfants. Il mesure le phénomène de persistance d’une génération à l’autre. Plus sa valeur est faible, plus la mobilité intergénérationnelle est forte. Le second indicateur permet d’apprécier la part de la variabilité de l’éducation des enfants déterminée par l’éducation des parents : là encore, plus la valeur est faible, plus la mobilité intergénérationnelle est forte.

L’Afrique connaîtra-t-elle un dividende éducatif ?

Parfait Eloundou-Enyegue's picture
Also available in: English
La transition actuelle de la fécondité dans les pays d’Afrique sera-t-elle profitable à l’économie ? Entre 1990 et 2010, le taux de natalité est passé de 6,2 à 4,9 enfants par femme. Un recul qui, en créant les conditions d’un « dividende démographique » historique, aurait dû améliorer les perspectives de la région sur le plan de l’éducation et du développement. En théorie, un dividende intervient avec la réduction temporaire des taux de dépendance (rapport actifs/inactifs) consécutive au repli du taux de fécondité. Mais, dans la pratique, ce phénomène et les conditions qui favorisent son apparition sont difficiles à cerner.

Will Africa get a schooling dividend?

Parfait Eloundou-Enyegue's picture
Also available in: Français

Will Africa benefit economically from its current fertility transition?  Between 1990 and 2010, Africa’s birth rate fell from 6.2 to 4.9 births per woman. Such a decline was expected to enhance the region’s schooling and development prospects, by creating a historical opportunity for a ‘demographic dividend.’ In theory, dividends result from a temporary reduction in age-dependency ratios as birth rates fall. In practice however, dividends and the conditions under which they emerge are hard to pin down.

Le dividende démographique africain sous de bons auspices

Kaushik Basu's picture
Also available in: English



Si l’on en croit l’actualité de la recherche, il y a lieu d’être optimiste en ce qui concerne la situation de la démographie et du développement en Afrique. Bien que les taux de croissance de la population resteront élevés pendant encore un certain temps, on voit se profiler à l’horizon une tendance plus profonde : celle d’un déclin généralisé de la fécondité. Ces signaux, conjugués à l’amorce de changements dans l’économie, laissent présager un tournant positif pour l’Afrique. Comme tous ceux qui ont grandi à Calcutta, j’ai été nourri au poème bengali Africa de Rabindranath Tagore : à propos des forces du colonialisme, l’écrivain évoque la « cupidité barbare de la civilisation » qui réprime le potentiel dont regorge ce continent. Aujourd’hui, l’Afrique a rendez-vous avec son histoire.

Optimism about Africa’s demographic dividend

Kaushik Basu's picture
Also available in: Français


Based on new data and research, there is reason for optimism about Africa’s demography and development. Population growth rates may continue to be high for some more time, but some underlying signals of approaching widespread fertility declines indicate change is in the offing. And, along with incipient changes in the economy, there is reason to expect Africa to be on an upswing. Growing up in Calcutta, we were brought up on Rabindranath Tagore’s magisterial Bengali poem, Africa, in which, referring to the forces of colonialism, the poet talked about how this continent full of potential is repressed by “civilization’s barbaric greed.” The time has now come for Africa to seize the moment.

Terra Ranca! Um novo começo para a Guiné-Bissau

Marek Hanusch's picture
Also available in: English

@ Daniella Van Leggelo Padilla, World Bank Group
No día 25 de Março de 2015, a comunidade internacional reuniu-se em Bruxelas a fim de mobilizar recursos para a Guiné-Bissau, cujo governo e o povo guineense parecem prontos para um novo começo.

Terra Ranca! A fresh start for Guinea-Bissau

Marek Hanusch's picture
Also available in: Portuguese

@ Daniella Van Leggelo Padilla, World Bank Group

As international donors gather this week in Brussels to mobilize resources for Guinea-Bissau, the government and people of this West African nation appear ready for a fresh start.

Dividende démographique en Afrique : quelles retombées pour la croissance et la réduction de la pauvreté ?

S. Amer Ahmed's picture
Also available in: English
Total dependency ratio, 1950-2030
Taux de dépendance total, 1950-2030 *


Entre 1950 et 2014, la population africaine a progressé à un rythme annuel de 2,6 %, soit nettement plus vite que la moyenne mondiale, estimée à 1,7 % selon des données de projection des Nations Unies (a). Durant cette période, l’Afrique a connu une transition démographique : le taux de mortalité, auparavant très élevé, a reculé, tandis que le taux de fécondité, lui, est resté élevé. D’autres régions du monde, et surtout l’Asie de l’Est, ont su profiter de leur transition pour accélérer leur croissance et tirer parti du fameux « dividende démographique ». Au tour de l’Afrique de saisir cette opportunité !

How significant could Africa’s demographic dividend be for growth and poverty reduction?

S. Amer Ahmed's picture
Also available in: Français
Total dependency ratio, 1950-2030
Total dependency ratio, 1950-2030 *


Africa’s population grew at an average annual rate of 2.6 percent between 1950 and 2014, much faster than the global average of 1.7 percent as estimated from UN population projection data. During this time, the region experienced a demographic transition, moving from a period of high mortality and fertility rates to one of lower mortality, yet still high fertility rates. Other regions, most notably East Asia, took advantage of their transitions to accelerate growth, and reap a so-called ‘demographic dividend’. Africa is now being presented a similar opportunity.

Looking at Poverty…Through the Eyes of a Child

Bekele Shiferaw's picture
Looking at Poverty…Through the Eyes of a Child  - Photo© Curt Carnemark / World Bank


“I am always hungry, as oftentimes my family and I skip meals. I want to go to school like my friends, but my parents always say it is too expensive. If I go to school, then I can’t work to help them buy food, and then I am hungry again. I am helpless when it comes to changing my situation, I have no voice and there are few people that see things the way I do.”

Pages