Syndicate content

Add new comment

Quelques questions pour la rencontre du 23 avril. a. Peut etre paradoxalement, le fait que l'Afrique sub-saharienne subit gravement la crise actuelle est un indicateur du fait (non escompté) qu'elle est insérée dans les dynamiques globales, et par conséquent est bénéficiaire même d'opportunités et d'effets "positifs" tels qu'une certaine croissance économique et une petite diminution de la pauvrété, ou l'emergence de classes moyennes et d'un "classe financière". Si cela est vrai, est-ce que l'Afrique doit faire partie même d'un réponse globale à la crise? b. Les transations financières vers l'Afrique paraissent presque toutes en diminution, sauf partiellement les flux des remises des émigrants. Il s'agit d'un flux qui devrait être supporté: quels sont les programmes des Ministres des finances et des Banques centrales à cet égard? c. Est-ce que la diaspora africaine pourrait répresenter un antidote, au moins partiel, à la crise en Afrique? Et comment? Merci et salutations cordiales