Syndicate content

Add new comment

Submitted by Rado on
Le poids de l'héritage colonial pèse toujours sur chaque tête de la nouvelle génération et ce dans tous les secteurs de vie à Madagascar! C'est la faute à qui? Ce n'est pas à moi de donner la réponse mais mon objectif est une issue dans tous les sens pour sortir de ce mauvais départ! Ce mauvais départ est caractérisé en premier lieu au niveau de la législation foncière par exemple qui protège les acquis de l'autorité coloniale. En effet, la colonisation a sévi à Madagascar par un accaparement de terres (2,2 millions d'ha des terres les plus potentielles). Cet accaparement de terres a été justifié par les règles de protectorat stipulant entre autres l'application de la législation de la mère-patrie au pays colonisé! Ensuite, le pouvoir néo-colonial instauré à l'Indépendance a confirmé son mode de gestion des terres par une loi instaurant le titre de propriété, droit inaliénable et non opposable!!!! Or la richesse de ce pays a porté l'économie coloniale à un niveau très élevé de 1930 à 1960 ( premier exportateur de riz de luxe, deuxième exportateur mondial de viande de porcs, grand exportateurs de vanille, poivre, girofle, cacao) avec les produits miniers comme l'uranium, mica chrome.....Avec des structures économiques adéquates ( agences commerciales comme les CLM et CMM, SICE ....) et infrastructures adéquates ( voie ferroviaire TCE, FCE....) Ce qui a provoqué les changements en 1972, c'est la mise à nue de cette politique économique extractive! Alors que la nationalisation des terres fut déclarée par le sieur Didier Ratsiraka, il n'est pas allé qu bout de ses peines face à la demande française pour un dédommagement de ses acquis! Mis au pied du mur, DR a rebroussé chemin par un revirement suite à l'ajustement structurel qu'il n'a pu achever! Après cette période, la voie de la privaisation est une notion naissante face à cette société malagasy avec une démarche communautaire! Le forcing récemment derrière un président fort issu du "privé" fait un rétentissement et un écho socio psychologiques d'ego ! Alors on est encore mal parti sur le secteur privé...avec Madagascar entre autre! Nous avons une solution pour réconcilier les deux en disant qu'on a besoin de plus de 150 "Ravalomanana" pour le pays et de plus de 12 millions de paysans!