Syndicate content

Innovation de rupture: La stratégie la plus viable pour le développement économique en Afrique

Efosa Ojomo's picture
Cette page en : English

Sans aucun doute, l'Afrique est la région la plus pauvre du monde. Le tableau ci-dessous montre la croissance du produit intérieur brut (PIB) par personne - une mesure imparfaite, mais largement utilisé - pour l'Afrique et le reste du monde. Non seulement le reste du monde est six fois plus riche que l'Afrique, mais son PIB par personne ne cesse d’augmenter. Ces chiffres sont importants car au-delà de représenter les réalités macro-économiques que les gouvernements des pays africains doivent gérer; ils traduisent également les circonstances dans lesquelles des millions de personnes vivent au quotidien. Les chiffres démontrent que depuis les années 90, il faut rajouter plus de 50 millions de personnes en Afrique qui vivent aujourd'hui dans une pauvreté extrême. Il s’agit de millions de bébés, d’enfants et de mères qui meurent chaque année car ils n’ont pas les moyens de s’offrir des médicaments vitaux pour eux. Les chiffres traduisent aussi une flambée du chômage, qui facilite l’enrôlement des jeunes dans des activités terroristes. Les chiffres sont très significatifs.

Source: Human Progress retrieves data from the World Bank, OECD, Harvard University, etc. See http://humanprogress.org/abou

Mais ce qui est encore plus signifiant est la transformation démographique que l'Afrique connaît et continuera de connaître au cours des prochaines décennies. Aujourd’hui, l’Afrique abrite 1 milliard de personnes, d'ici 2050, l'Organisation des Nations-Unies estime que la population de l'Afrique atteindra 2,48 milliard; et d'ici 2100, 4,39 milliards de personnes, dont la majorité seront des jeunes.



Contrairement aux sentiments de beaucoup optimistes, lorsque la lenteur avec laquelle l'Afrique se développe est combinée avec la transformation démographique, l'avenir ne semble pas brillant. Mais il pourrait l’être.

Une innovation de rupture cible la non-consommation

À travers mes recherches avec le professeur de la Harvard Business School, Clayton Christensen, nous avons appris qu'aucun pays n'a développé de manière durable sans investissements dans des innovations de rupture. Il existe deux types d'innovations de rupture, l’innovation bas de gamme et le nouveau marché d’innovation perturbatrice. J'écris sur les nouvelles du marché des innovations de rupture, qui sont axées sur la non-consommation, une situation où la majorité des personnes dans une société sont incapables de se payer un produit particulier en raison de contraintes coût, de temps, ou de compétences. Ces innovations transforment les produits complexes et coûteux existants en produits simples à utiliser et plus abordables, ce qui les rend plus accessibles à un plus grand nombre de personnes dans la société, comme M-PESA, la plate-forme d'argent mobile au Kenya. Ils servent de moteur du développement économique dans une société.

L'Afrique peut-elle stimuler une innovation de rupture?

Il est tentant d'écarter la possibilité d'exécuter des innovations de rupture en Afrique en raison des nombreux obstacles à l'innovation sur le continent, y compris l'insuffisance des infrastructures, la difficulté à faire des affaires, et les revenus très faibles sur le continent. Mais quand ces obstacles sont encadrés comme des opportunités, les innovateurs peuvent bâtir des entreprises vraiment perturbatrices.

En fait, c’est précisément parce que ces obstacles existent que les innovations disruptives peuvent prospérer en Afrique.

Nollywood et Noodles

Nollywood, l'industrie cinématographique du Nigeria, a captivé le monde entier. Alors que les revenus de Hollywood éclipsent ceux de Nollywood, il est difficile d'ignorer l'impact de Nollywood au Nigeria. L'industrie, selon un rapport de l'ONU, a maintenant une valeur d'environ 5 milliards $, emploie plus d'un million de personnes, et génère environ 800 millions $ par an. Nollywood a été en mesure de prospérer précisément parce qu'elle est une innovation de rupture, qui cible le citoyen nigérian moyen, incapable d'acheter, regarder,et peut-être de s'identifier à des films d'Hollywood. Les innovateurs à Nollywood se sont accordés à la vaste non-consommation de films au Nigeria, et en Afrique, et ont créé des films pertinents qui ont donné naissance à une industrie en plein essor.

Lorsque Haresh Aswani a décidé de commencer à importer Indomie Nouilles au Nigeria en 1988, des barrières se sont dressées contre son entreprise, Tolaram. Le Nigeria était gouverné par un gouvernement militaire, le PIB par habitant était de seulement 256 $, et 78% des personnes vivaient avec moins de 2 $ par jour. Mais Aswani a commencé à importer des nouilles au Nigeria et depuis, il a construit 11 usines qui fabriquent un grand nombre de nouilles importées. L'entreprise emploie directement environ 10 000 personnes et des centaines de milliers indirectement. Un paquet de Indomie Noodles coûte environ 18 cents, un produit abordable par la majorité des Nigérians. Tolaram a commencé des plans d'expansion dans d'autres pays africains. Là où beaucoup voient des obstacles, la société voit des opportunités.

La renaissance d'une vieille idée

Investir dans des innovations de rupture n’est pas une nouvelle stratégie pour créer de la prospérité. Les États-Unis, de nombreux pays européens, les Quatre Tigres asiatiques, et beaucoup d'autres pays riches ont suivi cette stratégie avec succès. Les rendements de leurs investissements ont ensuite été investis dans l'infrastructure, l'éducation, les soins de santé, et dans les institutions de construction. Il est tentant de dépenser des milliards de dollars sur les infrastructures, le renforcement des institutions, l'éducation, les soins de santé, et d'autres indicateurs de développement qui sont en corrélation avec la prospérité. Mais regarder de plus près les pays riches d'aujourd'hui montre que les investissements dans des innovations de rupture est venu en premier. L'Afrique devrait donc suivre.

Les gouvernements devraient soutenir les entrepreneurs dont les modèles économiques ciblent la non-consommation. En faisant cela, ils vont inévitablement créer des emplois pour beaucoup de gens, comme ce fut le cas avec Nollywood et Indomie Noodles. Ceci, selon l’étude, conduira à terme à une prospérité sans entraves en Afrique.
 

Vos questions et commentaires (soumis à modération)