Syndicate content

Défis agricoles africains

Jean-Claude Devèze's picture
Cette page en : English

L’ouvrage Défis agricoles africains est paru en 2008 chez Karthala. Il est publié en anglais par la Banque mondiale en 2011, dans le cadre de la série Africa Development Forum, en partenariat avec l’Agence française de développement. Ce livre met en scène les défis que doivent relever les agricultures subsahariennes. 
 
Depuis cette parution, les enjeux du développement rural largement analysés dans l’ouvrage, qu’ils soient démographiques, économiques, environnementaux, sociaux, culturels ou politiques, semblent encore plus difficiles à affronter : une grande partie des pays subsahariens, en particulier au Sahel, n’ont pas entamé leur transition démographique. L’économie agricole, encore dominée par la prégnance des petites exploitations familiales, a du mal à exprimer tout son potentiel faute d’intéresser des pouvoirs publics défaillants comme des organismes d’aide dispersés. Les écosystèmes sont encore plus menacés par les actions humaines comme par les dérèglements climatiques, les liens sociaux en milieu rural ont plus tendance à se distendre qu’à se recomposer et de nombreux jeunes peinent à trouver leur place. La culture rurale se délite lentement face aux interférences urbaines et internationales et la démocratie à l’africaine peine à s’épanouir face aux agissements des cliques qui confisquent le pouvoir. De plus, l’augmentation des agressions sur les routes, des bandes, des conflits ethniques et l’implantation d’un terrorisme islamiste affectent gravement la sécurité dans de trop nombreuses zones rurales.

Face à ce sombre tableau, il est important de relever les éléments positifs qui peuvent permettre de relever les défis en milieu rural. En premier lieu, sur le plan technique, l’Afrique a la chance de ne pas avoir privilégié l’agriculture de la chimie, ce qui lui offre l’opportunité de promouvoir des modèles paysans d’agriculture agroécologiques qui ont toute leur place face au défi du changement climatique. Par ailleurs, l’amélioration de l’enseignement en milieu rural aide garçons et filles qui en bénéficient à mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent pour y agir. Enfin, de multiples expériences constructives en matière de microfinance, d’organisations professionnelles et de régulation foncière peuvent être utilisés pour sécuriser l’environnement des activités productives. Ces éléments, déjà analysés en 2008, peuvent servir de fondation à un développement rural approprié et appropriable. Ils doivent être toujours plus étudiés, valorisés, reproduits en les adaptant aux conditions locales et mis en perspective dans le cadre de politiques publiques soutenues dans la durée.
 
Parmi les débats à poursuivre à la suite de ce livre, privilégions celui de la place de l’agriculture dans le développement local, national et régional, rappelant que nous sommes persuadé que la relégation au second plan de ce secteur est porteur non seulement de crises alimentaires, économiques et sociales, mais aussi culturelles et politiques. En outre, il faut débattre du type d’agriculture à promouvoir et des possibilités de coexistence de différents modèles. Une intuition à approfondir est celle de l’impossibilité de rendre prioritaire l’agriculture et la ruralité dans les politiques nationales et régionales si ne sont pas promus des élites issues du milieu rural prêtes à se battre ensemble pour qu’il soit pris en considération ; en ce domaine, il faut noter la lenteur avec laquelle émerge des responsables professionnels agricoles qui se mettent pleinement au service de leurs mandants.
 
Pour conclure, il faut regretter que le livre n’ait pas suscité les débats attendus lors de sa parution. Pas assez provoquant ? Pas assez pertinent ? Pas assez diffusé ? Il appelait à un changement de regard sur les agricultures africaines et à un engagement solidaire de ceux qui coopèrent à leur promotion. Espérons que les alertes sur les possibilités d’effondrement de notre maison commune conduiront à prendre mieux en compte les défis agricoles africains et à travailler sur les possibilités de métamorphose pour aller vers une nouvelle civilisation rurale.

Le développement vous intéresse? RDV sur le blog idées pour le développement, animé par l’Agence Française de Développement.


Défis agricoles africains fait partie de la série Africa Development Forum de la Banque mondiale et de l’Agence française de développement. Consultez les 20 ouvrages publiés au cours des cinq dernières années : 20 in 5: Africa Development Forum Series.

Vos questions et commentaires (soumis à modération)