Syndicate content

Investing in climate action in Africa

Benoît Bosquet's picture
Last week in New York, 175 nations signed the Paris Agreement on climate change. It was adopted at COP21 in Paris last December. Subject to sufficient ratifications (by at least 55 countries representing at least 55% of global greenhouse gas emissions), the Agreement will enter into force in 2020.
 
Why does this matter, and what does it mean for the World Bank (WB), and the Africa Region in particular?
 

La nécessaire transformation du secteur bancaire et financier en Afrique

Caroline Kende-Robb's picture
Also available in: English

L’Afrique est à la croisée des chemins. La croissance économique s’est consolidée sur la majeure partie du continent et, dans de nombreux pays, les exportations sont en pleine expansion, les investissements étrangers en hausse et l’aide extérieure moins nécessaire. Les réformes de gouvernance transforment le paysage politique. La démocratie, la transparence et la responsabilisation des pouvoirs publics progressent, donnant aux habitants de la région un plus grand poids dans les décisions qui touchent leur quotidien.

Shaking up Finance and Banking in Africa

Caroline Kende-Robb's picture
Also available in: Français



Africa stands at a crossroads. Economic growth has taken root across much of the region. In many countries, exports are booming, foreign investment is on the rise and dependence on aid is declining. Governance reforms are transforming the political landscape. Democracy, transparency and accountability have improved, giving Africa’s citizens a greater voice in decisions that affect their lives.

Les variations des indices des prix à la consommation constituent-elles un indicateur fiable des variations du coût de la vie ?

Andrew Dabalen's picture
Also available in: English

Ce billet s’inscrit dans le cadre d’une série consacrée aux conclusions du rapport Poverty in a Rising Africa, publié en intégralité par la Banque mondiale ce mois-ci. Nous vous invitons à poser vos questions et à faire part de vos commentaires sur ce billet et sur les autres articles de cette série.

L’indice des prix à la consommation (IPC) est l’outil de mesure de l’inflation le plus couramment utilisé dans le monde, y compris en Afrique. On peut toutefois se demander si les IPC reflètent de manière fiable les variations réelles du coût de la vie. Et si tel n’est pas le cas, en quoi biaisent-ils notre compréhension de l’évolution de la pauvreté dans la région ?

L’IPC est calculé à partir d’un panier fixe et normalement représentatif de biens et services fournis sur le marché national afin de mesurer l’indice du coût de la vie. Pour suivre les tendances de la consommation, les pondérations du panier doivent être régulièrement actualisées, ce qui n’est souvent pas le cas. La plupart sont actualisées tous les 10 ans, voire plus rarement, et sont donc de moins en moins représentatives des articles achetés par les consommateurs.

Kenya got oil: what next?

Apurva Sanghi's picture

Back in 2012, the news of Kenya’s oil discovery spread fast. Stock markets roared, politicians gushed and the Twitterati tweeted. Fast forward to today: with $70 off oil prices and at least another four to five years to go until the first commercial production, one cannot help but ask, has Kenyan oil been overrated?

With a tip of the hat to Clint Eastwood, the prospects for Kenya’s oil wealth can be characterised as the Good, the Bad and the Ugly.

La production de connaissances, un outil indispensable d’accompagnement des politiques publiques en Afrique

Françoise Rivière's picture
Also available in: English



L’Agence Française de Développement et la Banque mondiale se sont associées afin de publier vingt ouvrages en cinq ans portant sur différentes dimensions du développement en Afrique. Mieux appréhender les défis agricoles ainsi que les enjeux démographiques, climatiques et environnementaux auxquels sont confrontés les pays africains, comprendre, afin de les améliorer, les modalités possibles de financement des infrastructures, des villes ou encore des filets sociaux destinés aux plus vulnérables, sont autant de sujets abordés dans la collection « L’Afrique en Développement ». Il s’agit de travaux de recherche approfondis, dont les résultats ont rappelé les spécificités du continent et la diversité des contextes. Au-delà, comment créer les conditions d’une recherche qui soit à la hauteur des enjeux et au service des politiques publiques ? Deux ingrédients nous semblent nécessaires : une production de données originales, et une recherche connectée au monde mais surtout ancrée dans la réalité africaine et tournée vers les politiques publiques.

Knowledge production: An essential tool for public policy in Africa

Françoise Rivière's picture
Also available in: Français



Over the past five years, the Agence Française de Développement (AFD) and the World Bank Group have coproduced 20 volumes on various dimensions of development in Africa. The Africa Development Forum (ADF) book series has addressed subjects including the agricultural, demographic, climatic, and environmental challenges facing African countries, as well as the various methods of financing infrastructure, cities, and social safety nets. In-depth research brings to light specific and diverse situations encountered around the continent. Moving beyond the results of such endeavors, the question remains of how to conduct research that can make a pertinent and meaningful contribution to public policy. Two fundamental tools are required: robust, and often times original, data and cutting-edge research. This research must not only be connected to international realities; it must be firmly anchored in African realities and geared toward public policy making.

Des données internationalement comparables sur les acquis des élèves ouvrent la voie à une réforme de l’enseignement en Afrique

Makhtar Diop's picture
Also available in: English



En Afrique, la plupart des parents vous diront que l’éducation de leurs enfants est l’investissement le plus important qu’ils puissent faire. Au cours de la dernière décennie, l’accès à l’école a considérablement progressé, et, aujourd’hui, dans des pays comme le Bénin, le Cameroun, le Rwanda et la Zambie, le taux net de scolarisation au cycle primaire est supérieur à 90 %. Cependant, à l’échelle du continent africain, le taux d’achèvement de l’école primaire et le taux d’alphabétisation des jeunes restent bien trop faibles.

Pages