Syndicate content

Le développement, c’est aussi et toujours de savoir lire et écrire

Luc Christiaensen's picture
Also available in: English

Aujourd'hui, en Afrique, quatre enfants sur cinq en âge de fréquenter l’école primaire sont effectivement scolarisés, sachant en outre que d’autres commencent l’école plus tardivement. Il s’agit d’un changement majeur et d’une grande avancée, et cela devrait être de bon augure pour les générations futures du continent. Il y a seulement deux décennies, à peine la moitié des enfants africains allaient à l’école. Les progrès ont été encore plus rapides pour les filles, puisque l’écart avec les garçons en matière de taux de scolarisation en primaire n’est plus que de quatre points de pourcentage (contre huit en 1995).

L’attention portée à l’éducation s’est accrue considérablement à la suite de l’adoption des objectifs du Millénaire pour le développement en 2000. Les progrès de la scolarisation ont été tels que l’éducation a perdu la place prioritaire qu’elle occupait auparavant dans l’ordre du jour des instances internationales. Depuis 2000, on s’attelle aux solutions, le problème de l’analphabétisme semble sous contrôle, et l’attention s’est portée ailleurs.

Or, comme l’a montré récemment la Banque mondiale dans son rapport intitulé Poverty in a Rising Africa, 42 % des adultes en Afrique sont toujours analphabètes (contre 46 % en 1995), soit près de deux adultes sur cinq, ce qui correspond au nombre colossal de 215 millions de personnes. En outre, cela ne signifie pas que le reste de la population maîtrise la lecture et l’écriture. Les tests utilisés pour évaluer ces aptitudes sont rudimentaires, et le taux brut de scolarisation dans le secondaire n’est toujours que de 46 %.

Yep, about reading and writing again!

Luc Christiaensen's picture
Also available in: Français

Today, four in five African primary-school-age kids are enrolled in school, with more joining at a later age. This is a major change and achievement, and should bode well for Africa’s upcoming generations. Only 20 years ago, barely half the kids were in school. Progress has been faster even for girls, with the gender gap in net primary school enrollment now down to four percentage points (compared with eight percentage points in 1995).

Following the adoption of the Millennium Development Goals in 2000, attention to education increased dramatically. At least in terms of enrollment, this seems to have paid off, so much so that education has lost its earlier top spot on the international development agenda. Since 2000, the solutions train has been set in motion, the illiteracy challenge seems to be taken care of, and attention has shifted elsewhere.

Against this background, the latest Word Bank report “Poverty in a Rising Africa” finds that 42% of Africa’s adults, about two in five, or a whopping 215 million people, are still illiterate, down from 46%  in 1995. And make no mistake; this does not imply functional literacy for the remaining part of the population. The literacy tests applied are simply too rudimentary, and gross secondary school enrollment rates also only still stand at 46%.

Smackdown: Provide the people of Africa with training, or with cold, hard cash?

David Evans's picture

In recent years, growing evidence supports the value of cash transfers. Research demonstrates that cash transfers lead to productive investments (in Kenya, Tanzania, and Zambia), that they improve human capital investments for children (in Burkina Faso, Tanzania, Lesotho, Zambia, and Malawi), and that they don’t get spent on alcohol (all over the world).

At the same time, the vast majority of governments invest large sums in training programs, whether business training for entrepreneurs or vocational training for youth, with the goal of helping to increase incomes and opportunities.

Les infrastructures en Afrique : les avancées depuis cinq ans

Vivien Foster's picture
Also available in: English

Publié en 2010, le rapport inaugural de la collection « Africa Development Forum » intitulé Infrastructures africaines : une transformation impérative, est le fruit d’un concours de circonstances inhabituel : rarement les donateurs auront mobilisé autant de fonds pour assurer la collecte de données primaires et la conduite de travaux analytiques sur les infrastructures ; rarement la direction de la Banque mondiale aura affecté autant de moyens humains sur autant d’années à l’étude de ces questions ; et rarement un projet visant à réunir des informations sur les infrastructures aura réuni un tel éventail de parties prenantes, y compris les grandes instances régionales d’Afrique. Le facteur déclenchant est à rechercher dans l’engagement politique pris au plus haut niveau en faveur des infrastructures en Afrique, à l’occasion du sommet du G8 de Gleneagles, en 2005, sur la base du rapport pour l’Afrique de la commission Blair.

Africa’s infrastructure: Five years on

Vivien Foster's picture
Also available in: Français

Africa’s Infrastructure: A Time for Transformation, the inaugural report in the Africa Development Forum series in 2010, was the fruit of an unusual confluence of circumstances. Seldom have donors put such a solid funding base behind primary data collection and analytical work on infrastructure, seldom has World Bank management been able to dedicate such significant human resources over a multiyear horizon to study these issues, and seldom has an infrastructure knowledge project brought together such a broad coalition of stakeholders including the key regional bodies in Africa. The catalyst was the high level of political commitment on African infrastructure made at the G8 Gleneagles Summit in 2005 based on the background work conducted for the Blair Commission Report on Africa.

Quand la croissance économique ne suffit pas?

Luc Christiaensen's picture
Also available in: English

L’économie africaine a progressé à un rythme annuel de 4,5 % entre 1995 et 2013. Cette croissance économique alerte est allée de pair avec des avancées appréciables sur le plan du bien-être des populations : les Africains qui viennent aujourd’hui au monde vivront 6,2 ans de plus que les enfants nés en 2000 ; la prévalence de la malnutrition chronique chez les moins de cinq ans a reculé de six points de pourcentage ; et le nombre de décès dus à des violences politiques a fortement baissé, de 20 (à la fin des années 1990) à quatre par événement violent. De plus, l’émancipation des individus gagne du terrain, ce qui se traduit notamment par une participation accrue des femmes aux décisions du ménage.

Dans le même temps, deux adultes sur cinq sont toujours analphabètes, le compteur de l’espérance de vie est bloqué à 57 ans (dix ans de moins qu’en Asie du Sud) et la recrudescence des événements violents est manifeste depuis 2010. Le défi du développement humain reste donc considérable. D’autant que dans les pays riches en ressources, qui sont pour beaucoup dans cette renaissance de l’Afrique, les citoyens n’ont pas bénéficié d’une amélioration proportionnée de leur niveau d’éducation ou de santé, bien au contraire : les résultats présentés dans le dernier rapport de la Banque mondiale, Poverty in a Rising Africa, montrent que ces pays sont les moins performants quand il s’agit de convertir cette manne économique en gains de développement humain.

When growth alone is not enough

Luc Christiaensen's picture
Also available in: Français

Africa’s robust annual economic expansion of 4.5% during 1995-2013 has come along with appreciable progress in human welfare. African newborns can now expect to live 6.2 years longer than in 2000, the prevalence of chronic malnutrition among children under five declined by six percentage points, and the number of deaths of violent events dropped from 20 (in the late 1990s) to four. Africans are also more empowered, manifested, among others, through greater participation of women in household decision making.

At the same time, for every five adults, two remain illiterate, life expectancy still only stands at 57— 10 years less than in South Asia – and the number of violent events has been on the rise again since 2010. The human development challenge remains substantial. Moreover, despite being a major force behind Africa’s growth renaissance, citizens in resource-rich countries did not experience a commensurate jump in their education or health status. On the contrary, results from the World Bank’s recent Africa Poverty Report “Poverty in a Rising Africa,” suggest that it is especially resource-rich countries which are bad at converting their economic fortunes into better human development.
 

Education for all in a “rising Africa”

Eleni Abraham Yitbarek's picture
Also available in: Français

Africa’s remarkable economic growth has been accompanied by the concern that the benefits of the economic growth are not shared broadly. Growth may only go so far; when inequality and lack of social mobility persist, children are effectively born disadvantaged.

There have been gains in schooling in the region. Data from the UNESCO shows that the primary adjusted net enrollment ratio increased from 59% in 1999 to 79% in 2012. Education is becoming more inclusive, but that doesn’t mean African children have an equal chance.

One way to view whether educational opportunities are becoming more equal across children is to look at “education mobility” between generations. Does the next generation of children have more educational mobility than their parents? In Poverty in a Rising Africa report, we investigate trends in the intergenerational transmission of education over 50 years. This work draws on two indicators of mobility traditionally used to access such mobility: the intergenerational gradient and the correlation coefficient between parents and children years of schooling. The intergenerational gradient is simply the regression coefficient of parents’ education as a predictor of children education. It measures intergenerational persistence--a lower the value indicates more intergenerational mobility. The correlation between parents and children years of schooling shows how much of the dispersion in children's education is explained by parental education -- a lower value also indicates more intergenerational mobility. 

L’éducation pour tous dans une Afrique en plein essor

Eleni Abraham Yitbarek's picture
Also available in: English

Exceptionnelle, la croissance économique du continent africain suscite pourtant des inquiétudes quant au partage de ses fruits. La croissance ne peut pas tout. Avec des inégalités tenaces et sans mobilité sociale, les enfants ne naissent pas égaux.

La région a obtenu de véritables progrès en termes de scolarisation : selon l’UNESCO, le taux net ajusté de scolarisation en primaire est passé de 59 % en 1999 à 79 % en 2012. L’éducation devient donc plus inclusive. Mais tous les enfants africains n’ont pas les mêmes atouts en main.

On peut mesurer les progrès de l’égalité des chances scolaires en examinant l’évolution de la mobilité intergénérationnelle dans l’éducation : les enfants ont-ils une mobilité supérieure à celle de leurs parents sur « l’échelle » des études ? Le rapport Poverty in a Rising Africa se penche sur l’évolution de la transmission intergénérationnelle de l’éducation sur une période de 50 ans. Pour cela, il s’appuie sur deux indicateurs souvent utilisés pour apprécier cette mobilité : le gradient intergénérationnel et le coefficient de corrélation entre les années d’études des parents et des enfants. Le premier est un simple coefficient de régression de l’éducation des parents pour prédire le niveau d’éducation des enfants. Il mesure le phénomène de persistance d’une génération à l’autre. Plus sa valeur est faible, plus la mobilité intergénérationnelle est forte. Le second indicateur permet d’apprécier la part de la variabilité de l’éducation des enfants déterminée par l’éducation des parents : là encore, plus la valeur est faible, plus la mobilité intergénérationnelle est forte.

10 raisons de garder un œil sur l’Afrique en 2016

Caroline Kende-Robb's picture
Also available in: English

Alors que l’année 2016 se profile sous le signe de l’incertitude et de l’instabilité, elle s’annonce également riche en progrès potentiels. L’Afrique devrait profiter de ces grandes évolutions et en initier quelques-unes.
 
La conjoncture internationale est sans conteste difficile, avec le ralentissement de la croissance, les secousses des places boursières, l’effondrement des cours des matières premières et les risques émanant des pays émergents (de Chine notamment) — sans oublier la hausse du nombre de réfugiés, les tensions géopolitiques et les menaces découlant de l’extrémisme violent.

Pages