Syndicate content

La facilitation des échanges comme réponse à la crise et le développement en Afrique

John Wilson's picture

La réponse de l’Afrique à la crise économique actuelle doit se faire sur plusieurs façades. Une reforme des politiques commerciales permettant l’épanouissement du secteur privé devrait être au centre de tout effort tendant à minimiser l’impact sur les économies africaine à  court terme et à long terme des perturbations des marchés. Comme noté par Shanta dans son exposé de novembre à l’Université Columbia de New, la croissance du secteur privé doit être une priorité pour l’Afrique. Des barrières de toutes sortes dues aux politiques économiques, aux institutions inefficientes et aux politiques commerciales mal conçues ou mal mises en œuvre doivent être éliminées. C’est ce message principal qui est aussi ressorti de nos travaux sur les obstacles potentiels aux échanges en Afrique. Au rang de ceux-ci, on peut citer les opérations portuaires, les environnements douanier et réglementaire et les services d’infrastructure. En particulier, nos travaux montrent que l’amélioration des opérations portuaires et la mise à niveau des services d’infrastructure sont les meilleurs leviers pour stimuler le commerce intra-regional. Investir dans ces domaines pourrait avoir des effets d’entraînement qui permettraient non seulement de sortir rapidement de la crise actuelle mais aussi et surtout de préparer un avenir radieux. Ces résultats sont aussi valables pour tous les accords d’intégration régionale.

La réponse de l’Afrique à la crise économique actuelle doit se faire sur plusieurs façades. Une reforme des politiques commerciales permettant l’épanouissement du secteur privé devrait être au centre de tout effort tendant à minimiser l’impact sur les économies africaine à  court terme et à long terme des perturbations des marchés. Comme noté par Shanta dans son exposé de novembre à l’Université Columbia de New, la croissance du secteur privé doit être une priorité pour l’Afrique. Des barrières de toutes sortes dues aux politiques économiques, aux institutions inefficientes et aux politiques commerciales mal conçues ou mal mises en œuvre doivent être éliminées. C’est ce message principal qui est aussi ressorti de nos travaux sur les obstacles potentiels aux échanges en Afrique. Au rang de ceux-ci, on peut citer les opérations portuaires, les environnements douanier et réglementaire et les services d’infrastructure. En particulier, nos travaux montrent que l’amélioration des opérations portuaires et la mise à niveau des services d’infrastructure sont les meilleurs leviers pour stimuler le commerce intra-regional. Investir dans ces domaines pourrait avoir des effets d’entraînement qui permettraient non seulement de sortir rapidement de la crise actuelle mais aussi et surtout de préparer un avenir radieux. Ces résultats sont aussi valables pour tous les accords d’intégration régionale. Les efforts pour combler les lacunes dans le domaine des infrastructures et les nouveaux engagements pour réduire les barrières commerciales devraient se concevoir et être mis en œuvre de manière concertée dans le cadre des communautés économiques régionales.

Comments

Le système capitaliste qui va remplacer l’actuel système agonisant tiendra donc compte des régions du monde organisées économiquement, la dernière devant être l’Afrique (la dernière frontière économique).

Submitted by Gavenno on
Although there are convincing arguments in favor of elimination, of increasing (and other) tariff barriers to enable African exporters to enter markets in Asia, such reforms can not substitute for reform of «back border» in domestic markets in Africa. These reforms include the reduction of internal obstacles to the establishment and closure of companies and institutions that promote own vigorous competition within the country, introducing of effective incentives and discipline to ensure sound governance and policies, providing more flexible domestic labor markets and capital.

Submitted by Ask Amy on
You made an excellent that energizing the private sector is important for the long term growth in African nations. As we have seen in the western part of the world, private sector can often create jobs faster than public sector. Also, when individuals are provided a turf to succeed and help their local economy and country by creating jobs, it will reduce the social unrest caused by unstable social conditions too.

Add new comment