Syndicate content

Pour qu’un Etat fonctionne il lui faut de bonnes institutions et des dirigeants de qualité.

Jacques Morisset's picture

Or, à Madagascar, seule 1/5 de la population déclare faire entièrement confiance à la Présidence et les taux sont encore plus faibles pour des institutions comme l’Assemblée nationale (6%) et les Tribunaux (4%).Comment s’attendre à ce que le Gouvernement puisse être performant, à travers sa politique budgétaire, si la vaste majorité des Malgaches ne font confiance ni à leurs institutions, ni à leurs dirigeants ? 

Cette note propose un agenda de reformes, y compris la création d’une loterie pour inciter les consommateurs à déclarer leurs factures, l’abaissement des taux de l’impôt sur le revenu pour créer un partenariat avec les entreprises et la dissémination de l’information sur les paiements effectués par chaque ministère et établissement public pour accroitre leur redevabilité.

Ces actions innovatrices, en combinaison avec des mesures plus traditionnelles, visent à accrotre la confiance en provoquant des changements de comportements tant au sein de l’administration que parmi les citoyens. 

Rapidement, les revenus de l’Etat pourrait alors augmenter de 3-5% du PIB ce qui permettrait de dépenser plus et mieux et d'ameliorer la performance du Gouvernement.
 

Comments

Submitted by MARIE on
C'est vrai que la confiance dans les Institutions Malgaches est quasi inexistante. Mais je vous retourne une question : Comment se fait-il que la Banque Mondiale, le FMI et tous ces organismes internationaux leur font confiance ? Est ce parce que ces organismes internationaux tiennent à leur retour sur investissement et l'ont très souvent quel que soit le gouvernement (legal ou pas) en place? Cela voudrait dire qu'au far west, quelqu'un qui : arrive à se débrouiller ne s'intéresse qu'à son objectif et se fiche de ce qu'il y a autour.... Donc pour ce qui est de ces organismes, du moment que l'argent placé rapporte, peu importe les Institutions.. Je trouve que votre sujet est un non sujet. Vous travaillez avec tous les Etats qu'ils soient légaux ou pas, pourvu que vos placements rapportent, et en plus vous fermez les yeux sur les rapatriement de milliards vers l'Europe en provenance de ces pays pauvres ! (LOL)? En ayant veillé à imposer l'achat de matériaux "européens" et surtout pas "non-européens". Il est évident que maintenant votre charmant système est bien visible. Quant à vous, remerciez les Africains de vivre "grâce à eux", et surtout , priez pour que leurs pays restent dans cette situation car dans le cas contraire, vous n'auriez plus d'emploi et serez obligés de rentrer en occident où les banques et les Etats hormis l'Allemagne sont endettées, mais paradoxalement, continuent de prêter et faire la guerre dans des pays ayant des matières premières qu'ils n'ont pas. Mais bon: faut bien "garantir" les points d'approvisionnement en matières premières à des prix défiant toute concurrence et en empêchant ces "petits" pays de vendre leur richesse à des pays ayant des espèces sonantes et trébuchantes. Ah la Banque mondiale et ses contradictions !

Submitted by Nirina on
A Madagascar on ne vote pas, on ne choisit pas le ou les dirigeants: on lui impose explicitement ou non. On se rend au bureau de vote pour y déposer un bulletin et c'est le moment d'expression de manifestation de sa citoyenneté, sinon on se fait taxer de quelqu'un de non ayant droit. Avant ce jour J, on n'analyse pas; après ce jour J, on ne demande pas des comptes. Alors est-ce la bonne question? Ou bien faut-il reformuler et dire "Quelle institution appropriée pour un peuple qui a une confiance aveugle en leurs "élus""?

Add new comment