Syndicate content

Renforcer les compétences pour stimuler l'entrepreneuriat technologique à Beyrouth

Hallie Applebaum's picture
Cette page en : English | العربية


La Banque mondiale s'est associée à des acteurs locaux des technologies au Liban pour organiser l'Open Innovation Week (a) à Beyrouth à la fin du mois de février. Lors de cette semaine dédiée à l'innovation et aux technologies ouvertes, des intervenants issus d'établissements américains de premier plan tels que Google, l'université Stanford et le Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont été conviés à faire explorer les pistes du « bidouillage créatif ». L'objectif était de tirer parti de toute la puissance des outils open source pour résoudre un certain nombre de problèmes concrets et renforcer les compétences des Libanais en matière de technologies et d'entrepreneuriat.

Accéder à l'emploi en Tunisie : et si le choix était la solution ?

Heba Elgazzar's picture
Cette page en : English | العربية


Comment accroître l'impact des programmes d'emploi pour les citoyens peu qualifiés et vulnérables ? De manière assez inattendue, un projet mené récemment en Tunisie suggère que le fait d'avoir le choix constitue un facteur essentiel.

Le Liban et la corruption : adieu les tabous ? Finis les intouchables ?

Ferid Belhaj's picture
Cette page en : English | العربية
Beirut

Fléau national longtemps tabou, la corruption semble avoir droit aux feux de la rampe et occupe désormais tout l’espace public au Liban. Les acteurs de la scène politique observent avec stupeur la course de vitesse dans laquelle se sont lancés les ministres pour prouver à quel point ils ont à cœur de lutter contre ces pratiques « innommables ». Ils font feu de tout bois, n’hésitant pas, avec une ardeur souvent discutable, à désigner à la vindicte publique les présumés criminels.

L'impact des réfugiés libyens de la classe moyenne en Tunisie

Omer Karasapan's picture
Cette page en : English | العربية
Libyan Flag

Le monde arabe est actuellement le théâtre de mouvements migratoires parmi les plus importants dans l’histoire moderne, avec 14 à 15 millions de réfugiés et de personnes déplacées dans leur propre pays. Cette estimation comprend plus de 10 millions de Syriens, près de deux millions d’Iraquiens déplacés et des centaines de milliers d’autres réfugiés qui ont fui pour la plupart vers la Syrie. À cela s’ajoutent deux millions de Libyens vivant à l’étranger, principalement en Tunisie, et 400 000 autres déplacés sur le sol libyen. La région est en outre sujette à de brusques mouvements de population : en témoigne le retour précipité de centaines de milliers d’Égyptiens qui résidaient en Libye, avec une première vague à l’été 2014, lors de l’intensification des combats, et une seconde, après la décapitation barbare de 21 de leurs compatriotes.

Ce billet a fait l’objet d’une première publication dans Future Development.

La santé des Palestiniens, une responsabilité mondiale

Samira A. Hillis's picture
Cette page en : English | العربية


Razan (a) était une fillette joyeuse et vivante qui vivait à Rafah, dans la bande de Gaza. Il y a peu de temps, en novembre 2014, on a découvert qu’elle était atteinte d’aplasie médullaire, une maladie nécessitant une transplantation de moelle osseuse. Or cette intervention n’est pratiquée que dans les hôpitaux israéliens et, en dépit de l’urgence de son cas, sa prise en charge a été retardée de 20 jours. D’abord parce qu’elle n’a pas été aiguillée vers le bon hôpital puis parce que le remboursement des soins lui a été refusé. Enfin, les autorités israéliennes ont tardé à répondre à la demande d’autorisation d’urgence présentée par ses parents afin qu’elle puisse être transportée en Israël via le poste-frontière d’Erez.

Razan est décédée le 25 novembre. Elle n’avait que 11 ans.

Après l’attaque du musée Bardo, les messages de soutien se multiplient sur la Toile… Et après ?

Christine Petré's picture
Cette page en : English | العربية


Avec la réouverture du Musée Bardo, Christine Petré, basée à Tunis, se penche sur les stratégies créatives pour faire revenir les touristes en Tunisie.

Femmes, travail et égalité : réforme de l’assurance sociale en Jordanie

Stefanie Brodmann's picture
Cette page en : English | العربية


Imaginez que vous soyez une jeune femme en Jordanie, essayant de trouver un équilibre entre votre carrière et votre vie de famille, en tenant compte des priorités actuelles mais aussi de votre avenir à plus long terme. Vous apprenez que le gouvernement vient d’instaurer une nouvelle loi pour répondre à diverses questions  liées à l’emploi. Une amie vous en a parlé, mais vous avez besoin de plus d’informations pour déterminer comment vous et votre famille pourriez en bénéficier.

MENA : la crise de l'eau en chiffres

Ghanimah Al-Otaibi's picture
Cette page en : English | العربية
Young boy in a rural area


Alors qu’elle abrite 6 % de la population mondiale, elle ne totalise que moins de 2 % des réserves d’eau renouvelables de la planète. Elle constitue ainsi la région la plus aride du monde en comptant 12 des pays ayant les ressources en eau les plus limitées au monde : Algérie, Bahreïn, Koweït, Jordanie, Libye, Oman, Territoires palestiniens, Qatar, Arabie saoudite, Tunisie, Émirats arabes unis et Yémen.

10 choses à savoir sur les femmes dans le monde arabe

Maha Abdelilah El-Swais's picture
Cette page en : English | العربية


Les femmes représentent aujourd’hui 49,7 % des quelque 345,5 millions d’habitants de la région Moyen-Orient et Afrique du nord.  Malgré les nombreux progrès enregistrés dans la lutte contre les disparités entre les sexes et dans la situation des femmes en matière de santé, de représentation politique et de participation à la vie active, de nombreux obstacles subsistent.

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, voici dix choses à savoir sur les femmes du monde arabe. 

Les pays du Golfe, les femmes et la compétitivité économique

Dr. Amal Mohammed Al-Malki's picture
Cette page en : English | العربية
Stefano Campolo

Les « femmes arabes » suscitent la curiosité des Occidentaux et des Orientaux et exercent souvent sur eux une certaine fascination. Mais la plupart des travaux qui leur sont consacrés les appréhendent comme une seule entité, sans tenir compte de la multiplicité des vécus et des expériences. Or, il n’existe pas de « femme arabe » en tant que telle. Comme pour chacun de nous, leur quotidien est influencé par des facteurs personnels, sociaux, économiques, religieux et politiques qui sont tous différents. Les femmes arabes incarnent elles aussi la diversité des sociétés dont elles sont issues. Et pourtant, l’incidence de cette diversité sur leurs vies est rarement mesurée ou étudiée et, a fortiori, décryptée.

Pages