Syndicate content

Redonner du travail aux Syriens : les pays d’accueil et les réfugiés y gagnent

John Speakman's picture
Cette page en : English | العربية
 John Speakman l World Bank

J’ai passé les six dernières semaines à réfléchir à la question suivante : comment pourrions-nous offrir des possibilités d’emploi aux réfugiés syriens, en particulier dans les pays proches de la Syrie ? Il y a une dizaine d’années de cela, je travaillais au développement du secteur privé dans ce pays et, alors que je connaissais déjà la quasi-totalité des pays du Moyen-Orient, j’ai été frappé par le potentiel industriel de la Syrie. Tandis que je flânais dans les souks d’Alep et de Damas, tous les sens en éveil, j’ai découvert les extraordinaires capacités des artisans qui fabriquaient des meubles, des objets, des tissus ou des pâtisseries. C’est pourquoi, en réfléchissant à la façon dont la Banque mondiale pourrait aider les réfugiés syriens, je me suis rapidement dit qu’il faudrait nous appuyer sur ces entrepreneurs et artisans et sur leur riche savoir-faire.

Le retour de l’Iran sur le marché pétrolier : quels gagnants, quels perdants ?

Elena Ianchovichina's picture
Cette page en : English | العربية
Teheran, Iran - Borna_Mirahmadian l Shutterstock

L’effondrement des prix pétroliers à des niveaux qui n’avaient jamais été aussi bas depuis le début des années 2000 a fait vaciller les marchés et suscité des inquiétudes quant à la santé de plusieurs grandes économies du monde. La levée des sanctions économiques contre l’Iran figurent parmi les facteurs avancés par les experts pour expliquer ce plongeon des cours du pétrole. Il n’existe cependant pas de consensus sur ce sujet : on ne sait guère précisément dans quelle mesure le retour de l’Iran sur le marché pétrolier influe sur les cours ou sur le bien-être en général de ceux qui en subissent les effets.

Le coût du conflit syrien

Ghanimah Al-Otaibi's picture
Cette page en : English | العربية


Il est très difficile de chiffrer les conséquences de la guerre en Syrie alors que le conflit continue de dévaster des vies et des communautés entières. En revanche, il est essentiel de tenter de cerner la nature et l’étendue des dégâts subis par la Syrie afin d’identifier les besoins immédiats mais aussi d’élaborer des plans de reconstruction qui pourront être mis en route dès que la paix s’annoncera. 

Réfugiés syriens en Jordanie : bien des choses peuvent changer en un an

Omer Karasapan's picture
Cette page en : English | العربية
 Shutterstock l Melih Cevdet Teksen

En février 2015, dans un billet (a) publié sur ce blog, je tentais d’attirer l’attention sur la détresse des réfugiés syriens en Jordanie. Ce texte fut rédigé avant que l’aide humanitaire ne s’effondre (a) au cours de l’année 2015, en raison d’organismes humanitaires particulièrement sous-financés, et avant que les réfugiés n’arrivent en masse en Europe. Pour les pays voisins de la Syrie, la « crise des réfugiés » en Europe n’est que le dernier épisode en date d’une crise bien plus importante qu’ils essaient de surmonter depuis 2011.

L’éducation pour changer l’Égypte

Esmat Lamei's picture
Cette page en : English | العربية
Almarag School

En 2014, un protocole de coopération a vu le jour entre le Ministère de l’Education Égyptien, l’Organisation du Baccalauréat International (BI) et l’Ecole Oasis Internationale, une école privée crée en 1989,  pour construire une école publique modèle « l’Ecole Égyptienne Internationale à El Marag », offrant les programmes de l’BI.

L’Égypte s’emploie à étendre la couverture maladie en faveur des pauvres

Alaa Hamed's picture
Cette page en : English | العربية
 Amira Nour & Sarah Fouad

Au lendemain du Printemps arabe, le secteur égyptien de la santé a connu une transition agitée : sept ministres de la Santé successifs se sont efforcés d’apporter des solutions à la hauteur de l’idéal porté par la révolution, à savoir l’instauration d’un système de santé publique qui serve la dignité humaine et la justice sociale. Des réformes entreprises avant la révolution avaient tenté d’élargir l’accès à l’assurance maladie et aux services essentiels dans le domaine de la santé familiale. Mais, en raison de l’environnement politique et des capacités limitées du secteur de la santé, ces projets pilotes n’avaient pas pu être déployés à grande échelle, selon une approche qui favorise les pauvres et la lutte contre la pauvreté.

De la COP21 à la COP22 : il n’y a que la Méditerranée à traverser

Jonathan Walters's picture
Cette page en : English | العربية
Rabat, Morocco - Arne Hoel l World Bank

La France vient d’accueillir la COP21 et de mener à bien les négociations pour une issue qui a été qualifiée de franc succès : l’Accord de Paris de 2015. Ce texte a obtenu l’adhésion de 196 pays sur un des sujets les plus complexes de notre temps—le changement climatique. Il a réconcilié les intérêts divergents des pays en développement et des pays développés et effacé le clivage Nord-Sud qui est responsable de la difficulté à obtenir un accord sur le climat au cours des vingt dernières années. En comparaison, les négociations sur le commerce international ont l’air facile. La France être fière de ses talents en diplomatie. Chapeau !

La microfinance, plus que jamais nécessaire en Iraq

Nadine Chehade's picture
Cette page en : English | العربية
Najaf, Iraq - Shutterstock l photo story

Comment promouvoir le développement économique dans les régions du monde arabe qui sont fragiles et aux prises avec un conflit ? Le Groupe consultatif d'aide aux populations pauvres (CGAP) présente différentes solutions dans une récente série de billets sur l’inclusion financière en situation de crise (a). Ces éclairages soulignent que, malgré les conflits, la violence et l’incertitude qui font obstacle au développement, une infrastructure financière solide peut aider les petits emprunteurs à surmonter une crise, c’est-à-dire à améliorer leur résilience économique.

La Tunisie face à des choix difficiles dans un contexte de déficit énergétique croissant

Moëz Cherif's picture
Cette page en : English | العربية
Shutterstock l rj lerich

Alors que sa production de gaz naturel est vouée à baisser à partir de 2020, la Tunisie se trouve aujourd’hui face à des choix stratégiques difficiles pour satisfaire ses besoins énergétiques futurs.  Le pays doit-il accroître ses importations de gaz naturel algérien ou plutôt s’approvisionner en gaz naturel liquéfié sur le marché international ? Doit-il construire une interconnexion électrique avec la Sicile afin de pouvoir accéder au surplus de production du sud de l’Italie ? Ou doit-il commencer à importer du charbon pour produire de l’électricité ?

Les données sont-elles passées à côté du Printemps arabe ?

Mohamed Younis's picture
Cette page en : English | العربية
Cairo's Tahrir Square, Egypt. Hang Dinh / Shutterstock.com

Dans la période qui a précédé le Printemps arabe, les données ont trompé tous ceux qui suivent cette région de près. Le cas de l’Égypte et de la Tunisie est emblématique à cet égard : les deux pays ont inauguré la première décennie du XXIe siècle en introduisant les réformes économiques classiques souvent préconisées par les organisations multilatérales et internationales occidentales. Après avoir analysé ces réformes, les trajectoires du PIB et d’autres mesures habituelles (comme la mortalité infantile, le recul de la pauvreté, etc.), des experts reconnus, intelligents et bien intentionnés en ont conclu que si la situation n’était pas parfaite, tous les indicateurs pointaient vers une amélioration sensible et soutenue. Quelques semaines plus tard, les deux nations connaissaient des bouleversements politiques sans précédent.

Pages