Suivez les Réunions de printemps du 17 au 23 avril. Posez vos questions à l’avance et recevez un rappel avant chaque événement. Voir le programme

Syndicate content

juillet 2016

Apprentissage des langues : comment renforcer la résilience des réfugiés syriens et des communautés d’accueil

Joel Bubbers's picture
Cette page en : English | العربية
Syrian refugee children in the Ketermaya refugee camp

Aujourd’hui, 400,000 enfants syriens d’âge scolaire vivant en Jordanie et au Liban ne sont pas scolarisés. Pire encore en Turquie, où, selon les estimations du HCR, 433 000 réfugiés d’âge scolaire ne vont pas à l’école. Et l’on compte plus de 27 000 enfants non scolarisés dans la région du Kurdistan d’Iraq.

CCG : le processus de consolidation bancaire doit veiller à préserver la concurrence

Pietro Calice's picture
Cette page en : العربية
National Bank of Abu Dhabi - Ijanderson977 (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons
Les marchés bancaires des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) entrent dans une importante phase de consolidation, qui pourrait radicalement modifier le rôle et les capacités d’intermédiation du secteur. Voici quelques jours, deux grands établissements des Émirats arabes unis (EAU), la National Bank of Abu Dhabi et la First Gulf Bank, ont décidé de créer ensemble un champion national et un poids lourd régional, avec 170 milliards de dollars d’actifs. À Oman, les discussions entre la Bank Sohar et la Bank Dhofar en vue d’une fusion sont déjà bien avancées, tandis que d’autres rapprochements sont attendus à Bahreïn et au Qatar.
 

Radicalisation des jeunes : comment lutter contre les facteurs d’attraction ?

Kamel Braham's picture
Cette page en : English | العربية
 posztos | Shutterstock.com

La Tunisie est l’un des pays les plus sécularisés du monde arabe et est dotée de l’un des systèmes éducatifs les plus développés de cette région. Pourtant, c’est par milliers que les jeunes Tunisiens se tournent vers le djihadisme — un phénomène sans commune mesure avec ce que l’on observe ailleurs. Pourquoi ? La réponse se trouve probablement dans les salles de classe primaires et secondaires, où les élèves, notamment les plus vulnérables, ceux qui se sentent rejetés par la société, sont une proie facile pour les mouvements radicaux.