Syndicate content

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires

Profils de la diaspora : Hanane Benkhallouk

Web Team's picture
Cette page en : English | العربية
Quelque 20 millions de personnes originaires de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) vivent à l’étranger. Par leurs connaissances, leurs compétences et leurs réseaux professionnels, ils représentent pour leur pays d’origine et pour la région dans son ensemble une fantastique ressource, qui est encore largement inexploitée. Un nouveau rapport de la Banque mondiale intitulé Mobiliser la diaspora de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord pour promouvoir l'intégration économique et l'entrepreneuriat présente, à l’intention des pays de la région MENA, des arguments en faveur d’une collaboration avec cette diaspora, qui peut leur apporter bien plus que des transferts de fonds. Dans cette série de billets, nous vous invitons à faire la connaissance de plusieurs membres de cette diaspora, avec la volonté de mettre un visage sur celles et ceux qui incarnent ce formidable potentiel.
 
Hanane Benkhallouk

« On peut arracher quelqu’un à son pays, mais on ne peut pas arracher son pays à quelqu’un. »
 
Née au Maroc, Hanane Benkhallouk a commencé sa carrière à New York avant de partir pour Dubaï en 2005. Elle a occupé des postes de direction en vente et marketing, communication et développement commercial. Elle a encadré des équipes multinationales et pluridisciplinaires dans le cadre de projets internationaux (pour la région MENA, l’Asie, l’Europe et les États-Unis) dans de nombreux domaines : du secteur financier au secteur bancaire, en passant par le commerce de détail, l’investissement immobilier, le développement de franchises et les activités de conseil.
 
Alors qu’elle terminait son MBA, Hanane Benkhallouk a fondé C2C (pour Concept to Completion), un cabinet de conseil tourné vers les micro-entrepreneurs et les petites entreprises. En s’appuyant sur son talent naturel pour le coaching et le mentorat, elle a développé sa société pour la transformer en un prestataire de services aux entrepreneurs.

Hanane Benkhallouk a pu parfaire ses compétences en développement du capital humain lorsqu’elle était membre de l’équipe de direction du « Human Capital Challenge » lancé par la fondation Mohammed bin Rashid Al Maktoum, et qu’on lui a proposé de diriger l’équipe chargée de l’innovation et de l’entrepreneuriat dans le monde arabe. Elle a alors mis son énergie au service de la mission de cette fondation – « accroître le savoir et les compétences humaines du monde arabe » –, afin d’aider au développement du leadership et du capital humain dans le monde arabe, et, partant, de faire bouger les lignes.

Hanane Benkhallouk soutient plusieurs initiatives sociales, mais elle est particulièrement active au sein d’associations qui se consacrent à l’autonomisation des femmes et à l’entrepreneuriat féminin au Maroc et dans le monde arabe. Elle a cofondé un programme de mentorat, baptisé LINK, animé par et destiné à des femmes. Elle est également vice-présidente de la section de Dubaï de Soroptimist International, un réseau mondial de femmes qui mènent des actions professionnelles et sociales pour l'autonomisation des femmes et des filles.

Elle a été activement encouragée à diriger et à participer aux initiatives et événements organisés par le Conseil de la Communauté marocaine à l’étranger (CCME), une organisation nationale et consultative créée à l’initiative du roi Mohammed VI. Le CCME analyse et évalue les politiques publiques adoptées au Maroc du point de vue des Marocains vivant hors de leur pays. Il publie des rapports pour défendre les intérêts des expatriés marocains, ainsi que pour renforcer leur contribution au développement économique, social et humain du pays.

Hanane Benkhallouk aimerait créer une plateforme interactive qui servirait d’interface entre la diaspora et les microentreprises marocaines à la recherche de financements qui fonctionnerait non pas comme un organisme de bienfaisance mais comme une entreprise sociale dont le but serait d'investir à long terme dans le développement du pays d'orogine. Du crowdfunding avec un petit zeste de solidarité nationale : quel meilleur outil pour mobiliser la diaspora ?