Syndicate content

Commentaires récents

  • En réponse à : Thomas Friedman à propos de l’éducation dans « un monde qui est devenu plat et qui va vite »   Il y a 1 semaine 4 jours

    Thèses intéressantes,instructives et sans platitude.Mais je crains fort que la IV eme Révolution Industrielle,liée au numérique ne nous fasse passer à côté de l'essentiel.Et je conçois mal qu'on puisse mettre la Nature à côté de la mondialisation et de la Loi Moore, alors que c'est la seule force permanente englobant et encadrant toute les formes de vie(y compris humaine) et les activités humaines, de toutes nature et qui ont tendance par certains aspects, à la perturber durablement et osons espérer que ce n'est pas irréversiblement.
    Je pense que concernant la Nature,c'est l'aspect transversal qu'il faut garder constamment à l'esprit, pour assurer la continuité de l’espèce vivante et particulièrement l’espèce humaine, la plus menaçante et la plus menacée.
    Par ailleurs,l'éducation de nos jours ne peut valablement faire l'impasse sur un minimum de maîtrise de la langue écrite, de la logique,de l'esprit critique, de l'histoire humaine et de sa pensée; faute de quoi la rapidité offerte de nos jours, ne permettra qu'une apparence de connaissance, une connaissance réellement virtuelle et c'est pourquoi se multiplient les plagiats et les procédés de facilité du "couper-coller", même dans des thèses de "haut niveau".

  • En réponse à : Économie en croissance, bonheur en déclin : le paradoxe du monde arabe   Il y a 1 mois 1 semaine

    Je pense qu'au lieu de parler de "baisse du niveau de bonheur",il aurait été plus juste de parler des raisons du mécontentement ou de l'insatisfaction grandissantes, ayant conduit à des soulèvements dans certains pays arabes. Vous vous êtes basé sur l'enquête Gallup citée dans l'article.Votre document de travail également, a bien déterminé les principales raisons de cette insatisfaction:systèmes politiques autocratiques et clientélistes, caractérisés par la corruption et un niveau de vie des populations en général,plutôt faible.La croissance du PIB est, en général, tirée par des mono-exportations ou des exportations de produits bruts ou faiblement transformés dans les pays arabes.Ses fruits dans un système de copinage, est capté,voire siphonné par une petite oligarchie, du cercle étroit des pouvoirs.Ce qui fait que le PIB/habitant,même significatif, est en réalité insignifiant, eu égard aux grandes disparités dans la société. Quant au niveau du bonheur, c'est une notion subjective,s'il en est,puisque certains peuvent être heureux dans des conditions modestes et d'autres malheureux et blasés dans conditions d'opulence.
    Et après la COP21,je pense qu'on devrait tenir compte de plus en plus de la mesure de bonheur brut du Bhutan, qui se trouve dans l'harmonie avec le milieu naturel.

  • En réponse à : Faiblesse des cours du pétrole : une raison pour les pays du Golfe de s’intéresser aux énergies propres et à la productivité   Il y a 1 mois 3 semaines

    Merci Mohamed. Vous avez soulevé des points importants. Je pense que nous avons assisté dans les pays du CCG à plusieurs changements de mentalité et d’attitude concernant la façon d’aborder un avenir axé sur une énergie propre. La publication des contributions nationales (INDC), évidemment de haut niveau, en est une bonne preuve et montre les engagements nécessaires.

  • En réponse à : Lutte contre la corruption : la Tunisie, en tête des pays de la région mais exposée à un risque élevé dans les dépenses de défense   Il y a 1 mois 3 semaines

    Si vous arretez la corruption en Tunisie les tunisiens deserteront le pays.

  • En réponse à : Pourquoi la COP21 est-elle importante pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord ?   Il y a 1 mois 3 semaines

    l'affirmation selon laquelle "dans la région MENA, ce sont Djibouti, le Liban, le Maroc et la Tunisie qui se sont fixé les objectifs les plus ambitieux pour limiter leurs émissions de GES" est tronquée et trompeuse sur la réalité ,La conception du Tableau INDC est à mon avis pas clair et peut prêter à confusion sur la volonté réelle des états et sur l’impact de celui-ci, et donc fausser les conclusions que l’on peut tirer.
    En effet je pense que le classement par niveau d’objectifs inconditionnels est plus significatif sur la volonté réelle d’engagement
    Si pour le Liban et Djibouti les objectifs inconditionnels sont réellement ambitieux, ainsi que le Maroc il n’en est pas de même pour la Tunisie qui n’en a pas du tout !
    De plus les objectifs conditionnels du Maroc et de la Tunisie sont largement supérieurs à leurs objectifs inconditionnels
    1. Ajouter une colonne objectifs inconditionnelle seuls et une colonne total des objectifs
    2.ajouter une dernière colonne qui donne l’impact réels de ces objectifs de réduction par pays en rapport avec le total émissions mondiale
    Pourriez vous SVP expliquer ce que signifie la mention qui revient souvent dans la dernière colonne du Tableau"scénario de référence"
    Merci
    Salutations Cordiales d’Algérie
    Dahbia Bouri
    Économiste Consultante Développement durable&Economie verte
    +213 772 44 40 12
    azbouri@yahoo.fr