Syndicate content

Créer un environnement où fleurissent l’innovation et l’esprit d’entreprise

Randa Akeel's picture
Cette page en : English | العربية
World Bank | Arne Hoel - Créer un environnement où fleurissent l’innovation et l’esprit d’entreprise Lancer une entreprise qui marche ne se résume pas à apprendre comment établir un business plan ou remplir des demandes de subventions. Cela implique un large éventail de compétences, aussi bien générales que techniques : savoir gérer une jeune entreprise, motiver ses employés, former une équipe solide, créer un produit qui réponde aux besoins spécifiques d’un marché, s’adapter à des situations et des comportements de consommation en constante évolution, comprendre comment passer d’un concept intéressant à une activité viable… Il n’est toutefois pas possible d’acquérir ces compétences, ni donc d’assurer la réussite des entreprises, sans un environnement porteur. Les entrepreneurs potentiels ont besoin d’un « écosystème » qui leur permette d’acquérir les bonnes compétences, et qui promeuve et nourrisse l’innovation. Pour la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), cette exigence se traduit par la nécessité d’une mutation culturelle vis-à-vis de l’entrepreneuriat.

Ces cinq dernières années, on a pu observer l’émergence progressive d’un tel écosystème dans la région. Les quelques entreprises qui ont réussi dans ce contexte en évolution appartiennent au secteur privé et ont généralement été créées par des membres de la diaspora ou par des entrepreneurs qui ont étudié ou lancé une activité à l’étranger. Ces chefs d’entreprise ont la particularité de bénéficier d’un accès aux réseaux et marchés internationaux. Ils sont aussi animés par des motivations de réussite claires : ils investissent aussi bien leur temps que leur argent dans leur société. Ces éléments sont les conditions d’un écosystème de l’entreprise performant et qu’il convient d’encourager davantage. Les pouvoirs publics doivent savoir que pour renforcer la croissance par l’innovation, il est nécessaire de comprendre et promouvoir les investissements dans la recherche et le développement, cultiver les compétences requises et mettre en place un environnement entrepreneurial fonctionnel et efficace, ainsi que les mécanismes permettant d’encourager la collaboration entre les secteurs public et privé.

La Banque mondiale a lancé deux initiatives pour soutenir cet écosystème naissant et promouvoir l’innovation et l’esprit d’entreprise dans la région MENA. Le premier programme, qui consiste à « soutenir l’écosystème pour encourager un entrepreneuriat dynamique » (Supporting the Ecosystem for Fostering a Dynamic Entrepreneurship), est financé par le Mécanisme d’octroi de dons pour le développement (a), un dispositif de la Banque mondiale qui finance des partenariats régionaux. Ce programme s’appuie sur la collaboration entre deux des principales pépinières d’entreprises de la région, Oasis500 et Wamda, afin de renforcer le soutien qu’elles apportent aux projets de création d’entreprise et aux jeunes startups. En plus d’étendre le mentorat, le développement des compétences et l’accès aux investisseurs, ces structures vont également faire appel aux parties prenantes (pouvoirs publics, universités, investisseurs et autres pépinières) dans chaque pays afin de développer la collaboration et de généraliser le transfert et le partage des connaissances et compétences stratégiques.

La communication est une composante essentielle de cette initiative, qui s’attachera à diffuser les réussites accomplies ainsi que les enseignements de ses expériences. Pour veiller à toucher un public le plus large possible, un vaste éventail de supports et de plateformes seront utilisés : sites web fréquemment consultés, bulletin d’information sur l’entrepreneuriat en arabe, bandes dessinées, infographies, dessins animés, vidéos… Une attention particulière sera accordée aux zones rurales et aux groupes qui ont tendance à ne pas se sentir concernés par l’entreprenariat, comme les femmes et les jeunes. La Banque mondiale continue par ailleurs à chercher des financements et des partenariats auprès d’autres entités qui peuvent se prévaloir d’une solide expérience en matière de soutien à l’entrepreneuriat et de renforcement des capacités afférentes dans la région.

La seconde initiative intervient au niveau des politiques à mener. Elle rassemble, autour de la Banque mondiale, des membres du secteur privé, du monde universitaire, de groupes de réflexion, de la société civile et des pouvoirs publics, tous réunis pour créer une communauté de spécialistes dont l’objectif est de promouvoir le changement par le biais de l’innovation et de la technologie. Baptisée « The How-to of Innovation, Technology and Entrepreneurship (ITE) » (« Les clés de l’innovation, de la technologie et de l’entrepreneuriat »), cette initiative a été lancée l’année dernière à Prague. Elle encourage les activités d’échange, de réseautage et d’apprentissage au sein de la communauté. Son objectif consiste à aider les pays de la région à engager des réformes politiques qui promeuvent les différents éléments nécessaires à une économie prospère et innovante. Cette initiative offre aux participants l’opportunité de connaître les expériences d’autres pays et de mieux comprendre la façon dont les pouvoirs publics peuvent apporter leur soutien dans ce domaine.

Du 20 au 22 juin 2013, cette communauté se réunira de nouveau à Cambridge (a), en Angleterre, afin de discuter de la transition entre la phase de recherche et développement et la phase de commercialisation. La commercialisation de technologies innovantes et le développement d’entreprises compétitives nécessitent de promouvoir les compétences requises, d’instaurer un bon environnement entrepreneurial et de mettre en place des mesures d’incitation pour encourager la collaboration et les relations entre les secteurs public et privé.

La communauté « How-to ITE » n’est pas limitée à celles et ceux qui participent à nos événements. Nous vous invitons donc à la rejoindre, à vous inscrire (a) à l’événement ou, tout simplement, à nous faire part de vos connaissances et de vos idées.

Je laisserai le mot de la fin à notre partenaire, Oasis500, qui a parfaitement su capter l’essence de notre objectif commun :

« Quiconque a jamais eu le rêve de créer quelque chose devrait avoir l’opportunité et les ressources pour le concrétiser, ou tout au moins bénéficier des conseils et des informations appropriés pour franchir le pas et créer son entreprise. »

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires