Syndicate content

Quand le vélo devient plus qu’un simple loisir : « Pédaler pour Gaza »

Suzan Ghazi El-Loulou's picture
Cette page en : English | العربية
One of the Cycling4Gaza Tours in Washington, DC
L’une des randonnées à vélo de Cycling4Gaza à
Washington, DC

On a tendance à considérer le vélo comme un sport de loisirs ou un moyen de se rendre à un endroit précis — une destination que nous avons choisie. Mais une balade en vélo peut dépasser tout cela... et finir par changer la vie des autres ! Découvrez le vélo « philanthropique », un passe-temps qui cherche à créer des débouchés pour les enfants défavorisés et à améliorer leur quotidien ! Cycling4Gaza (« Pédaler pour Gaza ») est une initiative sans but lucratif imaginée par un groupe de passionnés qui lèvent ainsi des fonds chaque année en faveur des enfants palestiniens. Tous, indépendamment de leur nationalité ou de leur environnement culturel et éducatif, sont convaincus que les enfants, surtout s’ils vivent dans des zones de conflit, ont droit à des conditions de vie et d’instruction correctes.

Cette initiative s’intéresse en particulier aux enfants de la bande de Gaza, dans une tentative d’atténuer les conséquences des conflits de 2009 et de 2014. La guerre de 2014 a eu des effets particulièrement importants sur les enfants puisque, selon les Nations Unies, « ces 51 jours de conflit ont détruit 258 écoles et crèches, dont 26 sont trop endommagées pour être réparées » (UNICEF, 2016)
 
En plus des dégâts sur les infrastructures, une étude récente de la Banque mondiale estime qu’« un tiers seulement des enfants de Gaza (34 %) bénéficient de programmes de soins et d’éducation tandis que 47 % suivent des activités de développement de la petite enfance. En outre, le taux de sanctions disciplinaires violentes contre les enfants y atteint 96 % »(2). D’autres travaux indiquent que « 66 % des enfants palestiniens vivent ainsi sous le seuil de pauvreté. Pratiquement 80 % de la population gazaouïe bénéficient d’une forme d’assistance sociale et près de 40 % vivent toujours sous le seuil de pauvreté ».

Sans oublier les problèmes de chômage et de santé, toujours plus prégnants. « Les taux de chômage et de pauvreté à Gaza sont très préoccupants et les perspectives économiques peu rassurantes. Le marché du travail à Gaza est totalement à l’arrêt, plongeant dans le désespoir une grande partie de la population, surtout les jeunes », souligne Steen Lau Jorgensen, directeur des opérations pour la Cisjordanie et la bande de Gaza à la Banque mondiale (Banque mondiale, 2015).

Cycling4Gaza s’est fixé pour mission de sensibiliser les esprits et de lever des fonds au profit d’organisations sans but lucratif soigneusement sélectionnées pour leur appui déterminant en faveur de l’éducation et de la santé des communautés palestiniennes vulnérables avec, à terme, la volonté d’installer des projets durables. Une fois par an, les membres de l’équipe réunissent leurs soutiens dans le monde entier afin de participer à un « défi cycliste » visant à récolter de l’argent et à mobiliser les populations.
Some of the enthusiastic founders of Cycling4Gaza who cycle annually & always find something special in every new challenge
Quatre des fondatrices de Cycling4Gaza,
qui enfourchent chaque année leurs bicyclettes pour
cette cause

En 2009, Cycling4Gaza a organisé une manifestation de 3 jours pour relier Londres et Paris à vélo au profit de l’organisation Medical Aid for Palestinians et de ses projets de soins de santé d’urgence à Gaza. Au total, ce sont 27 cyclistes du monde entier qui ont traversé le Sud de l’Angleterre et la Normandie pour rejoindre Paris et sa tour Eiffel le 4 juillet 2009. Les deux années suivantes, le groupe s’est rapproché de la Welfare Association pour lever des fonds en faveur de projets et programmes d’éducation de la petite enfance pour les enfants de Gaza handicapés mentaux et physiques. En 2010, les cyclistes sont allés de Pise à Rome, couvrant plus de 400 km en quatre jours sur des routes parfois difficiles et souvent accidentées… L’année suivante, en 2011, ils se sont retrouvés en Jordanie, parcourant 350 km le long de la frontière avec la Palestine, depuis Aqaba au Sud jusqu’à l’extrémité de la mer Morte.

L’édition 2012 les a emmenés en Turquie, où ils ont couvert 350 km en trois jours en soutien à l’organisation Medical Aid for Palestinians, leur équipée s’achevant au pied de la superbe Mosquée bleue. Tous ces projets cherchent à améliorer durablement les conditions de vie des communautés palestiniennes vulnérables : deux ont eu un impact direct sur les habitants de Gaza et le troisième était destiné aux réfugiés palestiniens des camps dans le Nord et le Sud du Liban.

Cycling4Gaza Challenge in Turkey, 2012
Le défi cycliste de Cycling4Gaza en Turquie, 2012

Cette entreprise altruiste a attiré l’attention d’autres amateurs de vélo, ce qui fait qu’en 2013, ils étaient 39 à parcourir les 440 km qui séparent Hambourg de Berlin, en Allemagne. Plus de 182 000 livres ont été réunies en faveur du projet REACH (Atteindre chaque enfant de Gaza) lancé en partenariat avec le Fonds de secours pour les enfants de Palestine (Palestine Children’s Relief Fund — PCRF), qui entend identifier et prendre en charge tous les enfants de Gaza ayant besoin de soins médicaux. L’année suivante, 41 volontaires ont parcouru à vélo 360 km entre Philadelphie et Washington DC, levant ainsi 132 000 livres supplémentaires en faveur du projet de REACH à Gaza, qui a obtenu des résultats très significatifs depuis son lancement en 2013.

Le partenariat avec le PCRF s’est poursuivi en 2015, qui a vu 45 cyclistes parcourir 260 km aux Pays-Bas pour se retrouver devant le bâtiment de la Cour pénale internationale de La Haye, afin de célébrer l’adhésion officielle de la Palestine à cette organisation. Plus de 150 000 livres ont été levées pour financer le lancement et le fonctionnement pendant un an du nouveau projet du PCRF en faveur de la santé mentale pédiatrique à Gaza (Pediatric Mental Health Project in Gaza), qui veut évaluer les besoins des enfants et former des travailleurs sociaux à Gaza dans ce but.

Cette année, Cycling4Gaza finance l’organisation sans but lucratif britannique PACES, qui cherche à concevoir et soutenir des programmes sportifs pour les enfants palestiniens, garçons et filles, afin d’éviter que les premiers ne traînent dans les rues et ne deviennent des proies pour la violence et la radicalisation et, pour les secondes, de lutter contre leur marginalisation et pour leur autonomisation. Plusieurs cyclistes et militants non cyclistes ont rejoint la campagne de cette année pour sensibiliser au projet de PACES et lever des fonds : ils étaient 55 à s’élancer de Gaustablikk pour rallier Oslo, en Norvège, du 4 au 8 août dernier.

Vos questions et commentaires (soumis à modération)