Syndicate content

Le recul historique des taux de mortalité infanto-juvénile en Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Farrukh Iqbal's picture
Cette page en : English | العربية
Au cours des quarante dernières années, les taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans ont baissé dans l’ensemble du monde en développement, et tout particulièrement dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA).

Alors que la région MENA déplorait 206 décès pour 1 000 naissances vivantes en 1970, le taux de mortalité infanto-juvénile ne se situait plus, en 2010, qu’à 27 p. 1 000. Il s’agit de la baisse la plus importante enregistrée dans l’ensemble des régions du monde, en valeur absolue (179 points) comme en pourcentage (87 %). En comparaison, l’Amérique latine et l’Asie de l’Est, les régions qui arrivent en deuxième place de ce classement, ont connu sur la même période une diminution respective de 81 et 80 %.

La diminution comparativement plus rapide de la mortalité infanto-juvénile dans la région MENA apparaît clairement dans le tableau ci-dessous : la région MENA, qui figurait en 1970 dans le bloc des régions en développement à forte mortalité, aux côtés de l’Asie du Sud et de l’Afrique subsaharienne, est la seule à être parvenue dans les années 1990 à rejoindre le peloton de tête formé par l’Amérique latine et l’Asie de l’Est.





Si l’on analyse le recul en pourcentage des taux de mortalité infanto-juvénile sur la période 1970-2010 dans les différents pays de la région MENA, par rapport à l’ensemble du monde, on observe des progrès tout à fait remarquables :
  • le Sultanat d’Oman et l’Arabie saoudite se hissent respectivement aux 2e et 3e places du classement mondial ;
  • dix pays de la région MENA (Oman, Arabie saoudite, Iran, Algérie, Émirats arabes unis, Égypte, Tunisie, Libye, Qatar et Bahreïn) occupent les 25 premières places du classement mondial (qui compte 165 pays) ;
  • tous les pays de la région MENA à l’exception de l’Iraq et de la Jordanie se situent au-dessus de la moyenne mondiale ;
  • même le Yémen, dont le taux de mortalité infanto-juvénile est le plus important des pays de la région MENA, se classe au-dessus de la moyenne mondiale en termes de progression, avec un taux qui est passé de 321 à 64 p. 1 000 entre 1970 et 2010.
À quoi peut-on attribuer ces progrès spectaculaires ? D’après les travaux qui se consacrent à la question, la croissance du revenu, l’éducation des femmes et les dépenses publiques de santé (notamment en faveur de programmes ciblés pour la santé infantile) sont les principaux déterminants du taux de mortalité des moins de cinq ans. Or, dans le cas de la région MENA, aucun de ces trois facteurs ne ressort franchement : tous se situent dans la moyenne des régions en développement, et ne peuvent expliquer à eux seuls le meilleur comportement de la région MENA.
En revanche, cette baisse de la mortalité infanto-juvénile pourrait s’expliquer en partie par le recours généralisé au subventionnement des denrées de base. Si, sur le plan budgétaire, ces mesures sont onéreuses et mal ciblées, il est généralement admis qu’elles ont une incidence positive sur l’alimentation des familles à faible revenu. Naturellement, d’autres études sont nécessaires pour déterminer si la région MENA s’est distinguée grâce à l’existence de ces subventions quand d’autres pays ont également eu recours à de tels dispositifs à diverses périodes.

La trajectoire de la région MENA appelle cependant à la vigilance. Après 1990, notamment, on note que le recul de son taux de mortalité infanto-juvénile est semblable à l’évolution observée en Amérique latine et en Asie de l’Est ; surtout, la baisse est moins rapide qu’en Asie du Sud et, plus récemment, qu’en Afrique subsaharienne. De fait, il est sans doute plus facile de faire baisser un taux de mortalité quand il est très élevé que lorsqu’il est déjà bas. À l’avenir, la région devra redoubler d’effort pour parvenir à des résultats semblables à ceux réalisés au cours des dernières décennies.

Sans vouloir minimiser la baisse historique du taux de mortalité infantile dans la région MENA, il convient probablement de rappeler qu’elle appartient déjà au passé.
 

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires