Syndicate content

A la rencontre d’une Tunisie en mouvement

Marie Francoise Marie-Nelly's picture
Cette page en : English | العربية
Young Tunisians - Arne Hoel l World BankAvec la conviction qu’un partenariat solide ne peut se développer unilatéralement à partir de Washington, nous avons engagé des consultations sur la nouvelle stratégie de partenariat entre la Tunisie et le Groupe de la Banque mondiale sur le terrain. Malgré les soubresauts qu’elle a subis avec les  attentats du Bardo et de Sousse et tout récemment de Tunis – Centre, la Tunisie poursuit son processus de transition et est déterminée à réussir. Elle a aussi montré qu’elle avait l’âme d’une championne avec l’obtention du Prix Nobel de la Paix par le quartet tunisien composé de l’Union Générale Tunisienne du Travail, la Fédération Patronale - UTICA, la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme et l’Ordre National des Avocats. Quelle reconnaissance pour l’une des transitions les plus prometteuses de la région MENA !

C’est dans ce contexte et à une étape-clé de l’histoire du pays que le Groupe de la Banque mondiale se montre de nouveau comme un partenaire de cette transition et prépare le nouveau Cadre de Partenariat stratégique pour la période 2016-2020 en coordination avec le Gouvernement.

Les contours de cette stratégie ne pouvant se faire sans une consultation effective avec le peuple tunisien, j’ai décidé de me joindre à mon équipe pays et de partir à la rencontre des Tunisiens pour écouter leurs attentes et leurs espoirs. Notre première étape fut la région de Zaghouan. Ma rencontre avec les représentants de la société civile au siège du gouvernorat de Zaghouan a tenu ses promesses : avoir le privilège de dialoguer avec les habitants d’El Fahs, Bir M’Chergua et Hammem Zriba, était une chance immense pour moi afin de mieux comprendre les contraintes auxquelles font face les habitants d’une des régions les plus défavorisées de Tunisie. Les discussions ont porté sur l’un des piliers du nouveau Cadre Partenariat, qui met l’accent sur la promotion d’une plus grande inclusion sociale et la réduction de la vulnérabilité.

L’inclusion des jeunes, axe transversal de ce pilier, est une des thématiques qui me tient particulièrement à cœur. L’incroyable potentiel d’une jeunesse vibrante et créative ne peut que rendre fier ce pays dont les racines historiques remontent à l’antiquité. La jeunesse de Zaghouan n’allait pas décevoir les espoirs déchus de Mohamed Bouazizi. De leurs propres paroles, je retiens un mot : « laissez-nous l’initiative d’agir », comme un cri à un système qui les a trop longtemps acculés au banc du développement. D’autres messages importants ont été partagés sur l’égalité des chances notamment pour les jeunes, l’éducation, l’emploi, le soutien à l’entreprenariat et bien d’autres attentes.

Tabouba, une localité à environ une heure de voiture de Béja, était la seconde étape de nos consultations.  Ce village de haute montagne s’est fait connaître pour son savoir-faire ancestral dans la distillation des huiles essentielles. À la distillerie du village, le témoignage de six femmes était une autre leçon de la ténacité du peuple tunisien. Sans autre appui que leur propre ambition et initiative, ces femmes luttent pour l’obtention d’une certification bio qui leur permettrait de commercialiser leur production à une plus grande échelle voire d’exporter leurs produits. Des fragments d’histoires qui indiquent, une fois de plus, la résilience du peuple tunisien.

J’ai quitté la Tunisie avec une conviction et un sentiment d’espoir pour ce pays. Tandis que les consultations se poursuivent pour la préparation du nouveau Cadre de partenariat stratégique, le Groupe de la Banque mondiale veillera à atteindre un impact positif dans cette prochaine étape historique. Des témoignages comme ceux des jeunes de Zaghouan et des femmes productrices d’huiles essentielles de Tabouba continueront d’éclairer le sens de notre engagement auprès du peuple tunisien dans sa marche vers l’avenir.

Vos questions et commentaires (soumis à modération)