Syndicate content

Promouvoir l’entrepreneuriat social au Maroc

Diego Angel-Urdinola's picture
Cette page en : English | العربية
 Arne Hoel« Faire le bien autour de soi, c’est toute une entreprise. »
Muhammad Yunus             
 
Youssef vit dans une petite province rurale défavorisée du sud du Maroc. Il est ouvrier dans une usine et a deux enfants, âgés de 10 et 12 ans.
 
L’école publique que ses enfants pourraient fréquenter se trouve loin de son lieu de travail et est en cours de rénovation depuis plusieurs années. L’absentéisme des enseignants et des élèves y est très élevé, notamment en hiver, en raison de l’absence de chauffage et du mauvais état des routes.
 
Youssef s’estime chanceux : il a pu inscrire ses enfants dans une école privée, à deux pas de son usine. Et, depuis qu’il fréquente cet établissement, son fils fait des progrès en lecture, en écriture et en langue. Tout cela, Youssef le doit à Sanady, une entreprise sociale qui offre une éducation aux enfants des ouvriers des usines alentour.
 
À ses débuts, en 2006, le programme Sanady comptait moins de 50 élèves. Aujourd’hui, l’entreprise vient en aide à plus de 3 500 enfants. Son financement repose sur le versement de frais de scolarité modiques ainsi que sur les contributions d’entreprises locales.
 
Les exemples comme Sanady sont rares au Maroc, où le secteur privé s’implique rarement dans les services aux populations défavorisées et vulnérables. Les gens pensent généralement que les services sociaux fournis aux pauvres relèvent d’un bien public et qu’ils doivent être gratuits, les plus démunis ne pouvant se les offrir. De l’avis général, c’est à l’État de garantir des minima sociaux aux plus désavantagés.
 
Conséquence de ce modèle social : en raison de la capacité généralement limitée des pouvoirs publics à assurer seuls ce rôle, notamment dans les pays en développement, les services sociaux se révèlent largement insuffisants tant sur le plan de leur couverture que de leur qualité.
 
Ces dernières années, l’essor des entreprises sociales a changé la donne. Celles-ci, à l’instar de Sanady, reposent sur un principe inédit : elles fonctionnent souvent sur une base non lucrative, mais fournissent des biens et des services selon des méthodes qui s’inspirent du secteur privé. Elles génèrent des revenus, mais leur principal objectif est d’ordre social. Elles placent l’usager/client au centre de leur action, innovent, veillent à leur stabilité financière, et ont un immense potentiel.
 
Les entreprises sociales peuvent en effet devenir un moteur du développement et de la croissance économiques. La KickStart International Foundation au Kenya, qui soutient le développement de start-up, a réussi à sortir plus de 500 000 personnes de la pauvreté[1]. Aux États-Unis, le Community Housing Partnership de Los Angeles, qui propose des formations professionnelles et des opportunités d’emploi à d’anciens détenus et sans-abri, a constaté que pour chaque dollar investi, l’entreprise générait une économie de quatre dollars environ, en raison du nombre de récidivistes en baisse et d’un taux d’emploi en hausse[2].
 
Les entreprises sociales peuvent également aider à la création d’emplois : la Grameen Bank du Bangladesh, spécialisée dans la prestation de services financiers aux pauvres, emploie environ 35 000 personnes.
 
Au Maroc, la promotion du développement des entreprises sociales dans des secteurs clés comme l’emploi, la santé et l’éducation paraît particulièrement prometteuse. Malgré la présence d’un secteur public considérable, les moyens ne suivent pas et l’État n’a pas les capacités suffisantes pour fournir des services sociaux de qualité aux populations pauvres ou défavorisées. Les pouvoirs publics pourraient nouer des partenariats avec des entreprises sociales pour la prestation de ces services.
 
En dépit de leur potentiel, les entreprises sociales au Maroc demeurent largement sous-développées. Elles prennent généralement au départ la forme d’une ONG. Si ces organisations ont le vent en poupe au Maroc, la plupart d’entre elles affichent des moyens limités et ont un accès réduit aux services financiers, leurs revenus provenant essentiellement de dons.
 
Le développement de l’entrepreneuriat social au Maroc est nécessaire. Il pourrait reposer sur quatre axes d’intervention simultanés : renforcement des capacités des ONG constituées ; versement de subsides aux entreprises sociales tout juste créées ; accès aux services financiers pour les entreprises sociales de taille moyenne ; régime préférentiel accordé par l’État pour la fourniture de certaines prestations sociales.
 
Avec l’appui d’un fonds fiduciaire multidonateurs, la Banque mondiale et le British Council œuvrent pour l’entrepreneuriat social au Maroc. Les deux institutions signeront, à cette fin, un protocole d’entente, lors du premier forum de l’entreprise sociale qui se tiendra à Casablanca les 21 et 22 mars 2014. Il s’agit de mieux faire connaître le potentiel de l’entrepreneuriat social en matière de création d’emplois et de prestation de services sociaux (sous la forme de partenariats avec l’État), tout en développant un programme pilote pour soutenir, accompagner et financer les entreprises sociales marocaines.
 
Les entreprises sociales pourraient ainsi constituer le maillon qui manquait à la région : un élément indispensable pour améliorer l’aide sociale aux populations les plus vulnérables, sensibiliser le secteur privé aux questions sociales et créer des emplois de qualité.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires