Syndicate content

Poursuite du ralentissement de la croissance dans cinq pays de la région MENA en 2013

Lili Mottaghi's picture
World BankLes manifestations de grande ampleur qui ont eu lieu cette semaine en Égypte et l’assassinat d’un leader de l’opposition en Tunisie, sans parler du conflit qui se poursuit en Syrie, mettent en évidence les troubles et les incertitudes auxquels font face de nombreux pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Le Bulletin trimestriel d’information économique de la région MENA permet de suivre en temps réel les effets de ces évolutions sur l’économie. En s’appuyant sur des données de périodicité élevée, il étudie cinq pays qui risquent d’enregistrer une croissance économique atone en 2013. L’Égypte, la Tunisie, le Liban, la Jordanie et l’Iran sont en effet aux prises avec des déficits budgétaires et un endettement croissants, des taux de chômage et d’inflation élevés et une croissance au point mort. Les raisons en sont diverses : fragilité des conditions de départ (qui existaient, dans certains cas, avant le Printemps arabe), changements brutaux à la tête de l’État, montée des problèmes de sécurité à la suite d’assassinats, retombées de la guerre civile dans un pays voisin et effets délétères des sanctions internationales. Si la présentation au public du projet final de Constitution en Tunisie et l’amélioration des relations internationales de l’Iran à la suite des élections peuvent contribuer à réduire les incertitudes dans ces pays, les perspectives macroéconomiques générales d’ici à la fin de 2013 sont sombres dans les cinq pays étudiés.

Le premier numéro du Bulletin trimestriel d’information économique de la région MENA est désormais disponible en ligne et accessible via la page Facebook de la Région MENA ainsi que sur le site Web de l’économiste en chef pour la Région MENA (a) de la Banque mondiale.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires