Syndicate content

Journée mondiale des réfugiés : coup de projecteur sur la crise des réfugiés syriens

Ghanimah Al-Otaibi's picture
Cette page en : English | العربية
Depuis quatre ans, plus de la moitié de la population syrienne a été déplacée. Cette crise des réfugiés est l’une des pires de l’histoire. Des millions de Syriens se sont réfugiés dans des pays voisins.

Des réfugiés syriens en manifestent à la frontière turque Shutterstock l Thomas Koch
Des réfugiés syriens en manifestent à la frontière turque
Shutterstock l Thomas Koch

Selon les estimations du HCR, le nombre de réfugiés syriens enregistrés en Turquie atteindrait 1,8 million de personnes, pour 600 000 environ en Jordanie.
 
Des réfugiés syriens manifestent à la frontière turque  Shutterstock l Thomas Koch
Des réfugiés syriens manifestent à la frontière turque 
Shutterstock l Thomas Koch

Au Liban, les réfugiés constituent près d’un quart de la population totale du pays. Comme l’a rappelé Jim Yong Kim, le président du Groupe de la Banque mondiale, « c’est comme si toute la population du Mexique arrivait aux États-Unis » en l’espace de deux ans.
 
Vidéo
 
Les chiffres donnent le vertige : 2 millions d’enfants (a) ne sont plus scolarisés en Syrie et plus de 500 000 sont déscolarisés dans les pays voisins. Faute de moyens, des gamins de sept ans réfugiés travaillent des heures durant pour un salaire de misère. 
 
 Ashraf Al-Saeed l World Bank
Des réfugiés dans un abri de fortune au camp de Ketermaya, dans la banlieue de Beyrouth, au Liban
Photo : Ashraf Al-Saeed l World Bank
 
De jeunes réfugiés syriens dans le camp de Ketermaya, dans la banlieue de Beyrouth, au Liban (Juin 2014)  
Dominic Chavez l World Bank
 
Beaucoup n’ont pas le droit de sortir, pour des raisons de sécurité : environ un tiers des enfants au Liban et en Jordanie affirment ne sortir de chez eux qu’une fois par semaine, au maximum (HCR).
 
 Ashraf Al-Saeed l World Bank
Des réfugiés syriens au camp de Za’atari, en Jordanie
Photo : Ashraf Al-Saeed l World Bank

La plupart des étudiants syriens réfugiés au Liban arrêtent leurs études avant le supérieur, faute de documents, de moyens ou par manque de place dans les universités.

Selon l’UNICEF, pratiquement un tiers (32 %) des mariages entre réfugiés enregistrés en Jordanie concernent une jeune fille de moins de 18 ans. Avant la guerre, le taux des mariages précoces en Syrie était d’environ 13 %. Le regain de cette pratique aura probablement des effets néfastes sur l’avenir de ces jeunes filles, prévient l’ONU, mettant en péril non seulement leur santé mais également leurs perspectives éducatives et financières.

Par ailleurs, selon une enquête du HCR (a), sur un échantillon de 781 enfants réfugiés au Liban, 77 % n’ont pas de certificat de naissance valable.
 
Refugiés syriens Shutterstock l Thomas Koch
 Réfugiés syriens
Shutterstock l Thomas Koch

La forte augmentation de la population dans certaines communautés d’accueil des réfugiés a entraîné un doublement des déchets solides ce qui peut, sans parler des odeurs nauséabondes, favoriser la contamination des ressources hydriques et la propagation des maladies.
 
Vidéo
 
 Ashraf Al-Saeed l World Bank
Des réfugiés syriens du camp de Za’atari, en Jordanie, alignent leurs bidons d’eau pour les remplir
Photo : Ashraf Al-Saeed l World Bank
 
 
 Mohamed Azakir
Une famille de réfugiés syriens remplit un dossier au centre d’enregistrement du HCR à Tripoli, au Liban
Photo : Mohamed Azakir

En Jordanie comme au Liban, fonctionnaires et habitants font état de tensions grandissantes entre les réfugiés syriens et les habitants, pour de multiples raisons, allant des classes surchargées à l’insuffisance des services d’électricité, d’eau et d’assainissement en passant par la concurrence pour décrocher un emploi. Mais dans le même temps et sans que cela puisse être quantifié, les Jordaniens et les Libanais font preuve d’une immense générosité à l’égard des réfugiés. 
 
 Ashraf Al-Saeed l World Bank
Des réfugiés syriens du camp de Za’atari, en Jordanie, alignent leurs bidons d’eau
Photo : Ashraf Al-Saeed l World Bank
 
Réfugiés syriens Shutterstock l Thomas Koch
Réfugiés syriens
Shutterstock l Thomas Koch

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires