Syndicate content

Jordanie

Réfugiés syriens en Jordanie : bien des choses peuvent changer en un an

Omer Karasapan's picture
Cette page en : English | العربية
 Shutterstock l Melih Cevdet Teksen

En février 2015, dans un billet (a) publié sur ce blog, je tentais d’attirer l’attention sur la détresse des réfugiés syriens en Jordanie. Ce texte fut rédigé avant que l’aide humanitaire ne s’effondre (a) au cours de l’année 2015, en raison d’organismes humanitaires particulièrement sous-financés, et avant que les réfugiés n’arrivent en masse en Europe. Pour les pays voisins de la Syrie, la « crise des réfugiés » en Europe n’est que le dernier épisode en date d’une crise bien plus importante qu’ils essaient de surmonter depuis 2011.

De la COP21 à la COP22 : il n’y a que la Méditerranée à traverser

Jonathan Walters's picture
Cette page en : English | العربية
Rabat, Morocco - Arne Hoel l World Bank

La France vient d’accueillir la COP21 et de mener à bien les négociations pour une issue qui a été qualifiée de franc succès : l’Accord de Paris de 2015. Ce texte a obtenu l’adhésion de 196 pays sur un des sujets les plus complexes de notre temps—le changement climatique. Il a réconcilié les intérêts divergents des pays en développement et des pays développés et effacé le clivage Nord-Sud qui est responsable de la difficulté à obtenir un accord sur le climat au cours des vingt dernières années. En comparaison, les négociations sur le commerce international ont l’air facile. La France être fière de ses talents en diplomatie. Chapeau !

Les données sont-elles passées à côté du Printemps arabe ?

Mohamed Younis's picture
Cette page en : English | العربية
Cairo's Tahrir Square, Egypt. Hang Dinh / Shutterstock.com

Dans la période qui a précédé le Printemps arabe, les données ont trompé tous ceux qui suivent cette région de près. Le cas de l’Égypte et de la Tunisie est emblématique à cet égard : les deux pays ont inauguré la première décennie du XXIe siècle en introduisant les réformes économiques classiques souvent préconisées par les organisations multilatérales et internationales occidentales. Après avoir analysé ces réformes, les trajectoires du PIB et d’autres mesures habituelles (comme la mortalité infantile, le recul de la pauvreté, etc.), des experts reconnus, intelligents et bien intentionnés en ont conclu que si la situation n’était pas parfaite, tous les indicateurs pointaient vers une amélioration sensible et soutenue. Quelques semaines plus tard, les deux nations connaissaient des bouleversements politiques sans précédent.

Thomas Friedman à propos de l’éducation dans « un monde qui est devenu plat et qui va vite »

Simon Thacker's picture
Cette page en : English | العربية
Students on university campus - Shutterstock l Zurijeta

Le monde va vite. Les trois grandes forces qui l’animent — la mondialisation, la Nature et la loi de Moore (c’est-à-dire la croissance exponentielle de la puissance de calcul, et donc de la numérisation) — ont toutes fait simultanément un bond si fulgurant que la plus grande difficulté pour la planète consiste désormais à savoir comment s’y préparer.

Économie en croissance, bonheur en déclin : le paradoxe du monde arabe

Elena Ianchovichina's picture
Cette page en : English | العربية
Shutterstock l arindambanerjee

Les événements du Printemps arabe ont pris le monde par surprise : à l'époque, aucun signe évident n'annonçait l'approche d'une tempête au Levant et dans le Maghreb. Les indicateurs objectifs (mesurés régulièrement pour nombre d’entre eux) révélaient une amélioration graduelle des économies dans ces parties du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord : une croissance économique raisonnable, des taux de pauvreté absolue peu élevés et en baisse, un niveau d’inégalité des revenus plutôt bas ou moyen, des taux de mortalité juvénile en déclin, un degré d’alphabétisation en hausse et une espérance de vie en progrès.

Jordanie : une terre d’accueil pour les réfugiés syriens

Ayat Soliman's picture
Cette page en : English | العربية
School in Jordan - Courtesy of Ayat Soliman l World Bank

Parmi tous les réfugiés syriens qui ont fui la crise qui sévit dans leur pays depuis 2012, Reem n’a probablement eu à parcourir que l’une des distances les plus courtes : seuls 30 kilomètres séparent la ville de Deraa, dans le sud-ouest de la Syrie, où la fillette de neuf ans vivait jusque-là, de la localité d’Al Sarhan, juste de l’autre côté de la frontière, en Jordanie, où elle vit depuis avec sa famille. Reem n’a guère été dépaysée : même langue et même environnement, une culture et des traditions similaires et des tribus qui entretiennent souvent des relations de parentèle depuis plusieurs générations. Pourtant, tout cela ne suffit pas à se sentir chez soi.  
 

Une visite auprès des réfugiés syriens au Liban

Hafez Ghanem's picture
Cette page en : English | العربية
Lebanon - Mohamed Azakir - World Bank

La crise des réfugiés syriens est aujourd’hui au premier rang des préoccupations internationales. Les images de réfugiés traversant la Méditerranée en risquant leur vie et celle de leur famille ont bouleversé le monde entier. La photo du petit garçon retrouvé mort sur une plage de Turquie a ému jusqu’aux larmes nombre d’entre nous. La crise des réfugiés syriens est une tragédie humaine épouvantable, de celles qui ne devraient plus avoir cours au XXIe siècle.  

La part de responsabilité du changement climatique dans les crises au Moyen-Orient

Mohamed Abdallah Youness's picture
Cette page en : العربية | English
shutterstock l dinosmichail

La conférence sur le changement climatique qui se déroule à Paris confirme les interférences de plus en plus prégnantes entre, d’une part, les menaces à la sécurité « conventionnelle », de nature militaire et concentrées sur les nations, et, d’autre part, les menaces non conventionnelles, qui sont d’ordre environnemental, social et humanitaire et axées sur les sociétés et les individus. Le phénomène du changement climatique est ainsi à l’origine de menaces sécuritaires allant de l’instabilité au terrorisme en passant par les conflits intérieurs.

Lutte contre la corruption : la Tunisie, en tête des pays de la région mais exposée à un risque élevé dans les dépenses de défense

Christine Petré's picture
Cette page en : English | العربية
Shutterstock l angelh l Tashatuvango

Des budgets militaires opaques, une supervision défaillante et aucune information sur les dépenses cachées : voilà ce que révèle Transparency International-UK (TI-UK) au sujet des dépenses de défense dans 17 États du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA), dans le cadre d’un nouveau rapport international consacré à la corruption dans ce secteur. 

Le défi de l’eau en Jordanie

Khetam Malkawi's picture
Cette page en : English | العربية
Ministère de l'eau et de l'irrigation

La Jordanie figure parmi les dix pays les plus déficitaires au monde sur le plan des ressources hydriques renouvelables. Et, malgré cela, la consommation d’eau par les ménages dans leur espace domestique ne fait pas l’objet de mesures d’économies systématiques.

Pages