Syndicate content

Éducation

Apprentissage des langues : comment renforcer la résilience des réfugiés syriens et des communautés d’accueil

Joel Bubbers's picture
Cette page en : English | العربية
Syrian refugee children in the Ketermaya refugee camp

Aujourd’hui, 400,000 enfants syriens d’âge scolaire vivant en Jordanie et au Liban ne sont pas scolarisés. Pire encore en Turquie, où, selon les estimations du HCR, 433 000 réfugiés d’âge scolaire ne vont pas à l’école. Et l’on compte plus de 27 000 enfants non scolarisés dans la région du Kurdistan d’Iraq.

Le paradoxe de l’enseignement supérieur dans la région MENA

Shanta Devarajan's picture
Cette page en : English | العربية

Roof of the University of al-Karaouine in Fes, Morocco, which is the oldest continually operating university in the world - Patricia Hofmeester l Shutterstock

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) est le berceau de l’enseignement supérieur, puisque l’on y trouve trois des plus anciennes universités du monde encore en activité : je pense à l’Iran, au Maroc et à l’Égypte (a). L’université d’Al-Quaraouiyine, à Fès, délivre des diplômes depuis l’an 859 de notre ère. En plus d’abriter ouvrages et manuscrits, l’ancienne bibliothèque d’Alexandrie s’est imposée comme un pôle intellectuel sous Ptolémée, attirant des universitaires venus de toute la Méditerranée et d’au-delà. Et c’est dans la région MENA que des penseurs comme Ibn Khaldoun (a) ont inventé l’économie moderne, quatre siècles avant Adam Smith et consorts. Autrement dit, toutes celles et ceux d’entre nous qui ont fait des études universitaires sont redevables aux pays de la région MENA.

À Washington comme au Koweït, les écoles se réforment

Simon Thacker's picture
Cette page en : English | العربية
 Maryam Abdullah/World Bank

L’école élémentaire Garfield est située dans l’un des quartiers les plus pauvres de la capitale fédérale des États-Unis. Il y a quatre ans, elle se classait parmi les plus mauvais établissements de la ville. « Ça criait beaucoup, on se serait cru dans une colonie de vacances », relate l’actuel directeur, Kennard Branch. « Les élèves étaient sans arrêt en sortie scolaire. »

Résoudre l’urgence de l’éducation au Liban

Noah Yarrow's picture
Cette page en : English | العربية
Mohamed Azakir l World Bank

Le conflit en Syrie a mis à mal le système éducatif du pays : les enseignants et les élèves se sont retrouvés déplacés, tout comme leur famille, et voilà plusieurs années maintenant que de nombreux jeunes réfugiés syriens sont déscolarisés. Sur les quelque 340 000 Syriens âgés de 6 à 17 ans enregistrés auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) au Liban, près de 45 % fréquentent des établissements scolaires libanais, tandis que d’autres reçoivent une éducation privée, semi-privée et non scolaire.

L’éducation pour changer l’Égypte

Esmat Lamei's picture
Cette page en : English | العربية
Almarag School

En 2014, un protocole de coopération a vu le jour entre le Ministère de l’Education Égyptien, l’Organisation du Baccalauréat International (BI) et l’Ecole Oasis Internationale, une école privée crée en 1989,  pour construire une école publique modèle « l’Ecole Égyptienne Internationale à El Marag », offrant les programmes de l’BI.

Mes jeunes enfants me donnent de l’espoir

Ahmad Owda's picture
Cette page en : English | العربية
 Majdi Al-Najjar l World Bank

Alors que la rentrée se profile à l’issue de la pause estivale, mes enfants sont, comme tous leurs camarades, impatients de retourner à l’école. Ils ont le sentiment que chaque année scolaire qui passe les rapproche de l’aboutissement de leurs rêves...

Égypte : l'éducation a besoin de solutions permanentes

Amira Kazem's picture
Cette page en : English | العربية


« C’est censé être encore un anesthésiant ? », a demandé un participant, lors de consultations organisées au Caire autour d’une initiative en faveur de l’éducation mise en place par le Groupe de la Banque mondiale et la Banque islamique de développement. Cette observation singulière résume bien ce que beaucoup d’Égyptiens pensent des précédentes interventions menées dans le système éducatif.

Que vaut un diplôme universitaire dans le monde arabe ?

Christine Petré's picture
Cette page en : English | العربية
 Ramzi Maalouf

La cérémonie de remise des diplômes est un événement très attendu dans la vie étudiante. Cependant, pour Amir Fakih, fraîchement diplômé de l’université libanaise Notre-Dame-de-Louaizé, ces festivités ont un goût amer. Pour illustrer à quels postes les jeunes Libanais peuvent prétendre une fois leur diplôme en poche, il a décidé de se faire photographier en toge et coiffe, vaquant à des tâches subalternes.

Le préscolaire n’est pas un luxe

Kamel Braham's picture
Cette page en : English | العربية
 Arne Hoel l World Bank

En observant le paysage éducatif dans les pays du Maghreb, on a souvent l’impression que le préscolaire relève davantage d’un luxe que d’une nécessité. Tandis que les crèches, jardins d’enfants et autres établissements préscolaires fleurissent dans les grandes villes, poussés par un secteur privé qui comble le vide laissé par l’enseignement public, on note que le préscolaire public demeure un terrain en friche. Afin de comprendre l’importance du préscolaire, il faudrait regarder d’un peu plus près la situation de la généralisation de l’éducation dans la région.

Les classements mondiaux nous disent-ils tout des universités du monde arabe ?

Simon Thacker's picture
Cette page en : English | العربية
Zurijeta l Shutterstock.com

Le choix d’une université est un moment décisif dans une vie, qui peut déterminer toute une carrière et les perspectives d’avenir d’un individu. Pour les étudiants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, comme pour les autres, cette décision repose sur de nombreux facteurs, d’importance inégale. Cependant, dans le monde d’aujourd’hui, ce choix est de plus en plus influencé par la place qu’occupe une université dans les classements mondiaux.

Pages