Syndicate content

Énergie

Le Maroc, modèle lumineux de transition vers le solaire

Zhihong Zhang's picture
Cette page en : العربية



La Chine est l’eldorado du solaire. L’an dernier, Pékin a accru sa capacité de production d’électricité solaire de 34 000 mégawatts (MW), soit plus que la puissance cumulée des États-Unis, du Japon et de l’Europe. Alors, pourquoi la Chine a-t-elle jugé bon d’envoyer la semaine dernière une délégation de 30 personnes étudier la technologie solaire au Maroc ?

Un nouveau modèle de financement de l’action climatique au Maroc

Venkata Ramana Putti's picture
Cette page en : العربية
Ouarzazate Power Plant

Le Maroc, qui accueille la COP 22 en novembre 2016 à Marrakech, fait figure d’exemple pour les liens de coopération étroits qu’il a noués avec la Banque mondiale et d’autres organisations afin de placer son économie sur une trajectoire de développement à faibles émissions de carbone.

Gaza : un avenir meilleur en vue ?

Roger Coma Cunill's picture
Cette page en : English | العربية


Le six mai dernier, ce père de famille part faire des courses. Comment aurait-il pu se douter, qu’à son retour, il découvrirait un spectacle d’horreur ? Comme tous les jours et comme dans toutes les maisons alentour, ses enfants ont allumé des bougies pour pouvoir étudier, puisque le quartier n’est pas raccordé au réseau. Mais ce jour-là, toute la maison prend feu. Trois de ses enfants, tous âgés de moins de six ans, périssent dans l’incendie. Un quatrième est gravement blessé. Ce drame a suscité une vive polémique entre les factions palestiniennes rivales qui dirigent Gaza et la Cisjordanie, chacune se renvoyant la responsabilité des coupures de courant.

Les échanges d’électricité entre la Tunisie et l’Italie pourraient stabiliser la région MENA

Sameh Mobarek's picture
Cette page en : العربية | English
 Anton Balazh l Shutterstock/NASA

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord n’avait jamais autant souffert qu’aujourd’hui du vieillissement de son infrastructure, étant donné, tout particulièrement, la forte augmentation de sa demande d’électricité. D’après les estimations, les besoins en électricité augmenteront de 84 % d’ici 2020, ce qui nécessitera 135 gigawattheures (GW) de capacités de production supplémentaires et 450 milliards de dollars d’investissements. La recherche de solutions nouvelles qui permettront une fourniture d’électricité adéquate et viable dans la région est devenue un impératif.
 

Le pétrole bon marché peut être une bénédiction pour les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord

Shanta Devarajan's picture
Cette page en : English | العربية
AlexLMX l Shutterstock

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord cumule les extrêmes. Le chômage y est plus élevé que dans n’importe quelle autre région en développement, particulièrement chez les femmes et les jeunes, avec un taux deux fois supérieur à la moyenne. Ses économies font partie des moins diversifiées, puisque l’indice Herfindahl (qui mesure la concentration des exportations autour de quelques produits de base) va de 0,6 à 1 pour la plupart des pays. La région MENA affiche aussi l’un des plus forts taux de pannes de courant par mois. Le rapport entre masse salariale publique et privée est l’un des plus élevés du monde.  Enfin, la région bénéficiait, jusqu’à récemment, d’une croissance annuelle du PIB de 4 à 5 %, même si cette moyenne masque une trajectoire de croissance très irrégulière.

Le retour de l’Iran sur le marché pétrolier : quels gagnants, quels perdants ?

Elena Ianchovichina's picture
Cette page en : English | العربية
Teheran, Iran - Borna_Mirahmadian l Shutterstock

L’effondrement des prix pétroliers à des niveaux qui n’avaient jamais été aussi bas depuis le début des années 2000 a fait vaciller les marchés et suscité des inquiétudes quant à la santé de plusieurs grandes économies du monde. La levée des sanctions économiques contre l’Iran figurent parmi les facteurs avancés par les experts pour expliquer ce plongeon des cours du pétrole. Il n’existe cependant pas de consensus sur ce sujet : on ne sait guère précisément dans quelle mesure le retour de l’Iran sur le marché pétrolier influe sur les cours ou sur le bien-être en général de ceux qui en subissent les effets.

La Tunisie face à des choix difficiles dans un contexte de déficit énergétique croissant

Moëz Cherif's picture
Cette page en : English | العربية
Shutterstock l rj lerich

Alors que sa production de gaz naturel est vouée à baisser à partir de 2020, la Tunisie se trouve aujourd’hui face à des choix stratégiques difficiles pour satisfaire ses besoins énergétiques futurs.  Le pays doit-il accroître ses importations de gaz naturel algérien ou plutôt s’approvisionner en gaz naturel liquéfié sur le marché international ? Doit-il construire une interconnexion électrique avec la Sicile afin de pouvoir accéder au surplus de production du sud de l’Italie ? Ou doit-il commencer à importer du charbon pour produire de l’électricité ?

Faiblesse des cours du pétrole : une raison pour les pays du Golfe de s’intéresser aux énergies propres et à la productivité

Waleed Alsuraih's picture
Cette page en : English | العربية
 Shutterstock l  Marynchenko Oleksandr


La chute des cours du pétrole en 2014-15 pourrait donner aux pays du Golfe une raison d’axer leurs stratégies sur l’économie « verte » et de maximiser leur productivité énergétique de façon globale. Compte tenu de leurs énormes réserves d’hydrocarbures, les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sont concernés au premier chef par la transition vers une énergie durable qui s’opère à travers le monde.

Moyen-Orient et Afrique du Nord : de l’impact des innovations dans le secteur de l’énergie

Reem Muhsin Yusuf's picture
Cette page en : English | العربية
Traffic Jam in Casablanca, Morocco - World Bank l Arne Hoel

Nous assistons actuellement à de profondes évolutions dans les grands secteurs industriels, liées aux innovations technologiques rapides et à l’interconnexion de ces activités. C’est ainsi que le « mariage » entre transports et logiciels a donné naissance à des applications comme Google Maps, Waze ou Uber, que nous utilisons pour aller d’un point A vers un point B.

Le verdissement du secteur énergétique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Charles Cormier's picture
Cette page en : English | العربية
 Robert Robelus l World Bank

Dans les discussions que j’ai avec mes collègues qui travaillent sur le changement climatique, une question revient souvent : comment le secteur de l’énergie au Moyen-Orient s’adaptera-t-il à un monde soumis à la contrainte carbone ? En mai 2015, ma messagerie s’est retrouvée inondée d’articles reprenant les propos du ministre saoudien du Pétrole et des Ressources minières : selon M. Ali al-Naimi, l’Arabie saoudite aspire à devenir un acteur mondial dans le solaire et l’éolien, et pourrait, dans les prochaines années, se mettre à exporter des énergies renouvelables en lieu et place des hydrocarbures.

Pages