Syndicate content

Gouvernance

Un mal silencieux menace l'Égypte: la surpopulation

Holly Dagres's picture
Cette page en : English | العربية

Holly Dagres, écrivain et chercheur basée au Caire, offre sa perspective sur l’un des plus sérieux défis de développement égyptiens qui reste cependant largement occulté.

Quels messages la jeunesse tunisienne adresse-t-elle au prochain président ?

Christine Petré's picture
Cette page en : English | العربية

Ce dimanche, les Tunisiens se rendront aux urnes pour la troisième fois de l’année. La première fois, lors des élections parlementaires du 26 octobre, premier scrutin libre et régulier depuis l’adoption de la nouvelle Constitution, le parti anti-islamiste Nidaa Tounès a obtenu la majorité des voix. Aucun candidat n’ayant recueilli plus de 50 % de l’ensemble des votes, les deux candidats arrivés en tête seront départagés dimanche.

Les golden boys de Tunisie

Achref Aouadi's picture
Cette page en : English | العربية

En Tunisie, il existe une interpénétration remarquable entre secteur public et secteur privé, une dynamique d'entregent qui a donné lieu à l'apparition de « golden boys », comme j'aime à les appeler. Il semblerait que la Tunisie n'ait rien appris de ses erreurs : en fait, le pays risque de retomber dans ses travers passés, où une petite élite pillait les ressources de l'État pour s'enrichir aux dépends du reste de la population. Tout semble indiquer que le pays constitue de nouveau un terreau extrêmement fertile pour la corruption.

Débat : Le monde arabe s’en sortirait-il mieux sans les subventions à l’énergie ?

Will Stebbins's picture
Cette page en : English | العربية
The Debate

Les gouvernements des pays arabes pratiquent depuis longtemps les subventions à l’énergie. Ce faisant, les populations de la région paient leur carburant et leur électricité à un prix inférieur au marché. Mais quel est le véritable impact de ces subventions et justifie-t-il l’écrasante charge financière qu’elles font peser sur les budgets publics ? C’est là une interrogation cruciale dans les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), étant donné que la région concentre une part disproportionnée des subventions à l’énergie dans le monde.

Pourquoi les jeunes Tunisiens se détournent-ils des élections?

Christine Petré's picture
Cette page en : English | العربية

À l’approche de l’élection présidentielle du 23 novembre, le berceau du Printemps arabe peut s’enorgueillir d’avoir mené à bien les premières élections législatives qui ont suivi la ratification de la nouvelle Constitution. Cependant, certains observateurs confirment que les jeunes, principaux artisans de la révolution, demeurent peu enclins à voter.

Trois raisons pour lesquelles une réforme des marchés publics s’impose dans le monde arabe

Philipp Krause's picture
Cette page en : العربية

La question des marchés publics ne suscite guère l’intérêt des acteurs du développement. C’est pourtant l’une des pierres angulaires d’un État fonctionnel. Démonstration en trois points.
 
Tout d’abord, sans marchés publics efficaces, les hôpitaux sont privés de médicaments, les enseignants de manuels scolaires et les villes de routes. Chaque fois que vous lisez dans la presse un article faisant état d’une pénurie de médicaments dans les hôpitaux (a), d’un manque de manuels dans les écoles (a) ou d’une carence du réseau routier (a), vous pouvez vous dire qu’il s’agit sans doute d’un problème de passation des marchés. Ensuite, sans marchés publics efficaces, les finances sont dilapidées à grande échelle. A contrario, comme de nombreux pays en développement voient une part significative de leur budget passer par le système des marchés publics, les économies dégagées, même modestes, peuvent vite prendre de l’ampleur. Enfin, les marchés publics sont une manifestation tangible de l’État dans le quotidien des citoyens. L’absence de transparence et la corruption affectent directement ces derniers et le manque à gagner dû à la corruption se chiffre chaque année à plusieurs milliards de dollars. La corruption des marchés publics est un problème majeur qui touche également les pays riches (a).

La distribution de l’aide au développement au Yémen : une mission dans une période difficile

Amat Al Alim Alsoswa's picture
Cette page en : English | العربية

En décembre 2013, le Yémen a mis en place un « Bureau exécutif » chargé de coordonner l’utilisation de l’aide au développement. Amat Al Alim Alsoswa, l’une des rares femmes présente dans la vie publique yéménite, a été choisie pour le diriger. Aujourd’hui, près d’un an plus tard, elle revient sur les difficultés rencontrées et sur les résultats obtenus par la nouvelle instance, ainsi que sur les progrès réalisés dans une période de grande incertitude politique pour son pays.

Tunisie : le combat des femmes pour participer à la vie publique

Christine Petré's picture
Cette page en : English | العربية

Le 26 octobre prochain, les Tunisiens se rendent aux urnes pour élire les 217 députés qui, pendant cinq ans, présideront aux destinées de ce petit pays méditerranéen. Il s’agit des premières élections organisées depuis la promulgation de la nouvelle Constitution. Au-delà des surenchères politiques liées à la campagne, un autre combat se joue : celui des femmes.

La décentralisation au Yémen : un délicat équilibre

Balakrishna Menon's picture
Cette page en : English | العربية
 Mohamed El-Emad

Récemment, mon collègue et ami Naif présentait les principales conclusions de la Conférence du dialogue national qui s’est tenue au Yémen. Cet expert d’habitude si calme couvrait avec une certaine frénésie le tableau de conférence de schémas. Pourquoi ? Parce que ce dialogue, clé de voûte du processus de restructuration de l’État yéménite qui a rassemblé les composantes les plus hétérogènes de la population du pays (les Houthis au Nord-Ouest, les Hadhramis à l’Est et les Hirak au Sud), a débouché sur l’adoption de principes directeurs visant à garantir les droits et les libertés fondamentaux, desserrer l’étau de l’État central, endiguer la corruption et émanciper les femmes et les jeunes. 

Pages