Syndicate content

Santé, nutrition et population

La santé des Palestiniens, une responsabilité mondiale

Samira A. Hillis's picture
Cette page en : English | العربية


Razan (a) était une fillette joyeuse et vivante qui vivait à Rafah, dans la bande de Gaza. Il y a peu de temps, en novembre 2014, on a découvert qu’elle était atteinte d’aplasie médullaire, une maladie nécessitant une transplantation de moelle osseuse. Or cette intervention n’est pratiquée que dans les hôpitaux israéliens et, en dépit de l’urgence de son cas, sa prise en charge a été retardée de 20 jours. D’abord parce qu’elle n’a pas été aiguillée vers le bon hôpital puis parce que le remboursement des soins lui a été refusé. Enfin, les autorités israéliennes ont tardé à répondre à la demande d’autorisation d’urgence présentée par ses parents afin qu’elle puisse être transportée en Israël via le poste-frontière d’Erez.

Razan est décédée le 25 novembre. Elle n’avait que 11 ans.

Le chômage risque de se traduire dans quelques années par une proportion très élevée de jeunes dans la population égyptienne

Jacob Goldston's picture
Cette page en : English | العربية
 James Martone l World Bank

Après avoir diminué pendant de nombreuses années, les taux de fécondité remontent depuis peu en Égypte. À l’âge de 25 ans, une femme née dans les années 1960 avait en moyenne 1,4 enfant. Un net recul des naissances est ensuite survenu, et cette moyenne est tombée à près de 1,1 enfant par femme pour les femmes nées à la fin des années 1970. Mais depuis, la fécondité est repartie à la hausse, avec, en moyenne, 1,2 enfant par femme pour les femmes nées entre le milieu et la fin des années 1990.

Djibouti investit dans les 1000 premiers jours de vie

Homa-Zahra Fotouhi's picture
Cette page en : English | العربية
  Aude Guerrucci

Je me suis rendue récemment sur l’un des sites communautaires où la Banque mondiale déploie son programme de filets sociaux afin d’observer les progrès réalisés depuis ma première visite en novembre 2012. Pour la première séance de groupe, je me suis retrouvée aux côtés d’une quinzaine de femmes enceintes – c’était la première grossesse pour nombre d’entre elles – afin d’écouter l’animatrice leur parler de l’importance du repos, d’une alimentation saine et de l’allaitement maternel. 

Le recul historique des taux de mortalité infanto-juvénile en Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Farrukh Iqbal's picture
Cette page en : English | العربية


Au cours des quarante dernières années, les taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans ont baissé dans l’ensemble du monde en développement, et tout particulièrement dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. 

Emploi et fécondité au Moyen-Orient et en Afrique du Nord : les mères à la rescousse ?

Farrukh Iqbal's picture
Cette page en : English | العربية
 Arne Hoel

Dans la plupart des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), les nouveaux entrants sur le marché du travail sont confrontés à des structures et à des politiques économiques qui, depuis longtemps, ne produisent plus des emplois en nombre suffisant. Ces dernières années, environ 5 millions de personnes par an ont atteint l’âge de travailler mais seulement 3 millions d’entre elles ont trouvé un emploi. Malheureusement, les troubles politiques actuels, ainsi que les conditions et politiques économiques qui les accompagnent, laissent à penser que le problème du chômage continuera de s’amplifier sur les années à venir.  

Yémen : La dépendance au qat s’aggrave

Mustapha Rouis's picture
Cette page en : English
 Peer Gatter

La transition politique au Yémen qui occupe aujourd’hui le devant de la scène a cependant oblitéré un problème de longue date, la consommation de qat, qui a des incidences tout aussi importantes pour le pays. Le qat est une drogue douce très répandue au Yémen et dans la corne de l’Afrique. La consommation excessive de cette feuille a des effets désastreux sur la santé, l’éducation et la productivité. 

La mortalité maternelle au Yémen : un fléau quotidien

Ebrahim Al-Harazi's picture
Cette page en : English | العربية
La mortalité maternelle au Yémen

Au Yémen, les conditions de vie sont implacables et les plus grandes espérances se heurtent à de rudes épreuves. La maladie frappe durement : se soigner est un luxe que nombre de Yéménites ne peuvent pas se permettre. Quand l’ombre de la mort est omniprésente, il est difficile de trouver un sens à la vie…

Transparence et responsabilité des services publics, une solution en vue ?

Hana Brixi's picture
Cette page en : English | العربية

Transparence et responsabilité des services publics : une solution en vue ? - Photo : Arne Hoel

« Kefaya ! »

« Kefaya ! » (« ça suffit », en arabe) a été l’un des mots d’ordre des manifestants des pays arabes en 2011 lorsqu’ils sont descendus dans la rue pour exiger une plus grande justice sociale. Si le changement a pris diverses formes dans la région, l’exigence d’une justice sociale demeure partout prioritaire.

Recueillir l’avis des patients dans les hôpitaux tunisiens : les débuts prometteurs du processus de responsabilisation

Isabelle Huynh's picture
Cette page en : English | العربية

Recueillir l’avis des patients dans les hôpitaux tunisiens : les débuts prometteurs du processus de responsabilisation - Arne Hoel

Tout a commencé lorsque les manifestants se sont mis à scander « Dégage », un cri de ralliement qui s’est propagé à l’hiver 2010 depuis le sud et le centre de la Tunisie jusqu’aux rues de la capitale. Par-delà les hauts et les bas de la transition, on note une constante : les citoyens exigent de l’État qu’il entende leurs doléances et rende davantage compte de son action.

Un guide de l’équité pour les systèmes de santé dans le monde arabe

Ece Özçelik's picture
Cette page en : English | العربية

Un guide de l’équité pour les systèmes de santé dans le monde arabe - Credit: Arne Hoel

Les pays en développement du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (région MENA) ont consacré à la santé 5,8 % de leur produit intérieur brut (PIB) en 2011, contre 4,4 % en 1995. À première vue, cette hausse peut indiquer que la santé constitue l’une de leurs priorités. Pourtant, entre 2006 et 2011, les dépenses publiques de santé en proportion du budget de l’État ont affiché dans cette région le deuxième niveau le plus faible au monde, derrière l’Asie du Sud. Ce sont les patients qui en pâtissent. Tout au long de la période considérée, les frais qui restent à leur charge ont tourné autour de 47 % du total des dépenses de santé. Ces tendances laissent à penser que l’accroissement des dépenses de santé tient principalement à celui des dépenses des usagers, d’où des systèmes de santé moins équitables et moins accessibles financièrement pour la population de la région MENA.

Pages