Syndicate content

Technologies de l’information et des communications

La révolution technologique dans le monde arabe : une incitation à considérer les populations comme des atouts et pas des problèmes

Maha Abdelilah El-Swais's picture
Cette page en : English | العربية
internet - street sign in Arabic l Shutterstock - Vladimir Melnik

Il n'est pas vraiment surprenant que le pays du monde abritant le plus grand nombre d’utilisateurs de YouTube par habitant soit l'Arabie saoudite. Ce qui a de quoi surprendre, en revanche, c’est que les femmes constituent la majorité de ces utilisateurs, alors que l'audience globale de YouTube est principalement masculine. Encore plus étonnant, les contenus d'ordre éducatif sont, en Arabie saoudite, la catégorie la plus consultée sur YouTube. 

Le secteur de la technologie du Moyen-Orient a-t-il besoin d’un leadership politique plus jeune ?

Joulan Abdul Khalek's picture
Cette page en : English | العربية
 Arne Hoel

Il y a mille ans, le célèbre mathématicien et homme de science arabe Al-Hazen quittait Bassora pour le Caire afin d’y occuper un nouveau poste près de l’Université Al-Azhar. A l’époque, le Moyen-Orient était un géant de technologie prospère, foisonnant d’hommes de science, d’inventeurs, d’artistes et de philosophes se déplaçant en toute liberté à partir du cœur de la péninsule ibérique jusqu’aux profondes enclaves de l’Asie Centrale. Al-Hazen fut invité en Egypte par son jeune Calife qui, parmi tant d’autres dirigeants dans la région, était un symbole du savoir et de l’innovation. Al-Hazen et d’autres inventeurs du Moyen-Orient jouissaient alors d’un puissant soutien politique et avaient accès à des ressources leur permettant de faire quelques découvertes scientifiques des plus remarquables de leur temps. Pourquoi la donne est-elle si différente de nos jours ?

Renforcer les compétences pour stimuler l'entrepreneuriat technologique à Beyrouth

Hallie Applebaum's picture
Cette page en : English | العربية


La Banque mondiale s'est associée à des acteurs locaux des technologies au Liban pour organiser l'Open Innovation Week (a) à Beyrouth à la fin du mois de février. Lors de cette semaine dédiée à l'innovation et aux technologies ouvertes, des intervenants issus d'établissements américains de premier plan tels que Google, l'université Stanford et le Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont été conviés à faire explorer les pistes du « bidouillage créatif ». L'objectif était de tirer parti de toute la puissance des outils open source pour résoudre un certain nombre de problèmes concrets et renforcer les compétences des Libanais en matière de technologies et d'entrepreneuriat.

Des « villes intelligentes » en Afrique du Nord : un débat local sur une tendance mondiale

Mehrunisa Qayyum's picture
Cette page en : English | العربية
 Arne Hoel l World Bank

Lorsque vous passez le comptoir d’enregistrement à l’aéroport international Mohamed V de Casablanca, un affichage numérique vous apprend que l’on a utilisé x quantité d’énergie solaire et économisé x quantité d’énergie grâce à l’installation de panneaux polycristallins qui alimentent la plate-forme de transit. Voilà peut-être de quoi surprendre agréablement une touriste qui n’aura pas encore eu l’occasion de constater d’autres progrès, comme le réseau de tramway de Rabat. Mais pour un citoyen du pays, il y a là matière à réflexion, car le terme « ville intelligente » évoque l’idée d’une amélioration de l’infrastructure et du recours à la technologie. Cependant, dans les pays du Maghreb, les attributs d’une ville « intelligente » sont plus souvent un sujet de discussion qu’une incitation à passer à l’action. 

Nouvelles technologies, nouveaux temps de travail : vers une stratégie de création d’emplois dans le monde arabe

Kara Schoeffling's picture
Cette page en : English | العربية
 Arne Hoel

Ce n’est un secret pour personne : le taux de chômage des jeunes dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) est le plus élevé du monde, soit près de 30 % selon l’Organisation internationale du travail. Plus d’un jeune sur quatre est privé des moyens qui lui permettraient de prospérer sur le plan économique, les diplômes n’offrant malheureusement aucune garantie d’emploi. En dépit de ces sombres perspectives, une récente étude commandée par le géant des télécommunications qatari, Orredoo, laisse entendre que les jeunes gardent l’espoir d’un avenir radieux, espoir largement nourri par les innovations du XXIe siècle. L’enjeu est d’innover sur le plan technologique et de modifier notre façon de penser le travail afin de motiver les jeunes de la région MENA.

Haut débit dans la région MENA : quelles solutions pour élargir l’accès à l’internet ?

Natalija Gelvanovska's picture
Cette page en : English | العربية
 quelles solutions pour élargir l’accès à l’internet ?

Cette année, le prix World Press Photo a été décerné à une photo qui en dit long sur le coût inégal des communications dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA): des hommes se tiennent sur la plage de Djibouti la nuit et lèvent leurs téléphones portables en l’air pour tenter d’accéder au réseau sans fil en Somalie ou l’accès est plus abordable. Dans une nouvelle étude intitulée Broadband Networks in the Middle East and North Africa: Accelerating High–Speed Internet Access (et présentée à Abou Dhabi le 6 février dernier), mes collègues Carlo Maria Rossotto et Michel Rogy, et moi-même, avons analysé la structure des prix et d’autres facteurs dans 19 marchés nationaux dont Djibouti, pour mieux comprendre comment développer l’internet haut débit dans la région MENA. 

L’internet haut débit et les valeurs du Printemps arabe

Joulan Abdul Khalek's picture
Cette page en : English | العربية
High-Speed Internet and the values of the Arab spring

Je me souviens du jour où, lors d’une conférence en Tunisie, un jeune parlementaire m’a demandé pourquoi il était plus pertinent d’investir dans la fibre optique pour un village reculé sur l’île de Djerba que d’améliorer des services plus fondamentaux comme l’électricité ou l’irrigation. Il est intéressant de noter que ces deux types d’investissement ne s’excluent pas l’un l’autre, car, la plupart du temps, les projets d’infrastructure conventionnels peuvent proposer la fibre moyennant un coût supplémentaire marginal. Cependant, à l’époque, j’ai répondu qu’investir dans l’infrastructure internet ne devrait pas être considéré uniquement comme une activité économique, mais aussi comme une extension des valeurs du « Printemps arabe ».

Réduire les barrières à l’accès de l’Internet haut débit dans le monde arabe

Michel Rogy's picture
Cette page en : English | العربية
Lowering Barriers to High Speed Internet in the Arab World
Dans la région Moyen Orient Afrique du Nord, des millions de personnes pourraient être exclues de la révolution en cours dans le domaine de l'information si les services de l’Internet haut débit ne sont pas suffisamment abordables. Relever le défi de l’abordabilité de ces services est devenu une préoccupation majeure au niveau de la région. De nombreux pays du monde arabe considèrent en effet que l’Internet haut débit est un composant clef de la cohésion nationale et de la transition vers une économie davantage fondée sur la connaissance. 

Le développement à portée de clic pour le monde arabe

Junaid Kamal Ahmad's picture
Cette page en : English | العربية
Vidéo


Junaid Ahmad Kamal, directeur du développement durable pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord (MENA) à la Banque mondiale, nous parle de l'immense potentiel de l'internet à haut débit à pouvoir être un moteur de développement dans la région. Ce thème est aussi celui du rapport intitulé "L'accès internet à large bande dans MENA".

L’initiative DIQA : soutenir la révolution silencieuse des données dans le monde arabe

Sebastian Trenner's picture
Cette page en : العربية | English

L’initiative DIQA : soutenir la révolution silencieuse des données dans le monde arabe - Photo: Arne Hoel/World Bank

Les organismes de statistiques des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) commencent à ouvrir l’accès à leurs séries de données brutes (microdonnées). Rompant avec leurs anciennes habitudes, ces organismes se sont mis à publier ces informations en ligne ou à les communiquer sur une base bilatérale. Afin d'appuyer ce changement, un groupe d'organisations internationales actives dans le domaine de la statistique s’est associé à des pays innovants afin de nouer un partenariat sans précédent visant à améliorer les données et l'accès à celles-ci.

Pages