Syndicate content

Développement du secteur privé

Comment l’investissement étranger peut-il devenir un moteur du développement en Tunisie ? Demandez à mon frère !

Olfa Hamdi's picture
Cette page en : English | العربية


Dans tous les pays en développement, vous entendrez des hommes politiques et des représentants du gouvernement présenter l’investissement étranger comme une solution, une priorité et une nécessité, en d’autres termes, comme un élément essentiel à la croissance économique et à la création d’emplois. La Tunisie ne fait pas exception à la règle. Depuis la révolution de 2011, on entend beaucoup dire que la solution au chômage passe par la promotion de l’investissement étranger. 

Moyen-Orient et Afrique du Nord : d’où viendront les emplois ?

Marc Schiffbauer's picture
Cette page en : English | العربية


A former hotel owner in one of the region’s major cities, who wants to remain anonymous, tells a story that should have had a happy ending. Her 40-room hotel was doing well. It had built a reputation for excellent service. She decided to capitalize on her success and expand the business by adding a restaurant. This would have provided her with another revenue steam and allowed her to attract more customers, especially foreign tourists. Apart from expanding her business, the need for new kitchen and wait staff would have meant jobs for the local community. It would also have meant more business for local suppliers of everything from food to tablecloths.

With such a long list of potential benefits, who would want to stand in the way?

Assurer le suivi des évolutions législatives pour mettre fin aux violences contre les femmes

Garam Dexter's picture
Cette page en : العربية
 Arne Hoel

Savez-vous que selon le nouvel indicateur « Protection des femmes face à la violence » du rapport Les Femmes, l’Entreprise et le Droit 2014, 25% des 143 économies analysées n’ont aucune législation traitant du problème de la violence domestique ? La base de données ainsi que le rapport présentent un aperçu détaillé des cadres juridiques ayant une incidence sur la capacité des femmes à participer pleinement à la vie économique et à l’entrepreneuriat dans 143 économies. 

Témoignages d’une révolution inachevée : L’amertume des confiseurs tunisiens face au poids de la réglementation

Antonio Nucifora's picture
Cette page en : English | العربية


Le halva produit par la Grande fabrique de confiserie orientale (GFCO) est essentiellement fabriqué à partir de betterave à sucre tunisienne et de graines de sésame soudanaises. Il est commercialisé dans des boîtes de conserve frappées d’une tête de gazelle. Cette confiserie introduite par les Ottomans est appréciée en Tunisie, mais aussi en Libye et en Algérie, où la marque tunisienne est parvenue à se frayer une place, si l’on en croit Moncef Ayoub, directeur de l’entreprise.

L’autre Algérie qui gagne

Emmanuel Noubissie Ngankam's picture
Cette page en : English | العربية

Le fait n’est certes pas passé inaperçu, mais il a été moins retentissant que la brillante participation des Fennecs, l’équipe Algérienne de Football au Mondial du Brésil. Il mérite pourtant qu’on y revienne ; avec un peu plus de recul. Ce n’est ni un pied de nez à l’Histoire ni la revanche du colonisé, mais un retentissant coup dans l’évolution de l’ordre des choses, un coup dont la mondialisation en a seule le secret.
 

Dans quelle mesure les marchés publics peuvent-ils favoriser l’activité des PME au Moyen-Orient et Afrique du Nord ?

Rachel Lipson's picture
Cette page en : English | العربية


Les décideurs politiques de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord se soucient aujourd’hui davantage des petites et moyennes entreprises. Les PME sont en effet perçues comme un puissant moteur économique pour de nombreux pays de la région : elles contribuent à stimuler la croissance, l’innovation et la concurrence, et jouent également un rôle significatif dans la création de nouveaux emplois sur des marchés où l’offre manque cruellement.

Micros, petites et moyennes entreprises, soyez au rendez-vous !

Eileen Murray's picture


Saviez-vous que, malgré son immense potentiel en termes d’inclusion économique, la microfinance est, dans la région Moyen Orient et Afrique du Nord, le segment le moins développé dans le monde? Saviez-vous que plus de 60% des micro-crédits sont généralement obtenus par des femmes pour créer des activités génératrices de revenus supplémentaires pour le ménage ? Enfin, saviez-vous que la microfinance est l’outil le plus performant pour dynamiser des régions mal desservies, bien loin devant les banques et les réseaux postaux ?

Développement des marchés de capitaux verts à Dubaï

Michael Bennett's picture
Cette page en : English | العربية
 Theodore Scott
Source : Flickr Creative Commons

Le Conseil suprême de l’énergie de Dubaï (DSCE) et la Banque mondiale sont récemment convenus d’élaborer ensemble une stratégie de financement pour un programme local d’investissements écologiques. Ce financement fera appel à diverses sources, notamment à des obligations vertes et à des certificats d’investissement islamiques (sukuk). 

Le développement du secteur privé, un levier de croissance pour le Maroc

Joumana Cobein's picture
Cette page en : English | العربية
Vendeur dans son magasin -  Arne Hoel

Comme pour la majorité des pays de la région Moyen-Orient  et Afrique du Nord (MENA), la bonne santé de l’économie marocaine repose encore bien souvent sur l’activité du secteur public. Les prévisions actuelles s’accordant autour d’un taux proche de 3% pour 2014 (après avoir atteint 5% de croissance annuelle en 2011), le secteur public marocain a bel et bien besoin de soutien.

L’appui aux PME du Golfe requiert une approche spécifique

Farrukh Iqbal's picture
Cette page en : English | العربية
Students trying their business inside Dubai Mall
Source: FlickR Creative Commons

Les petites et moyennes entreprises (PME) des pays du Conseil de coopération du Golfe (GCC) diffèrent des PME dans le monde en cela qu’elles emploient avant tout des travailleurs expatriés et très peu de leurs ressortissants. C’est ce que montrent les statistiques sur la population active : la part des expatriés dans le secteur privé est de 80 % à 98 % dans les six pays du CCG (Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, Arabie saoudite et Émirats arabes unis [EAU]). Le taux le plus bas est constaté à Oman et au Bahreïn et le plus élevé au Qatar et aux EAU.

Pages