Syndicate content

Développement du secteur public

Trois raisons pour lesquelles une réforme des marchés publics s’impose dans le monde arabe

Philipp Krause's picture
Cette page en : العربية

La question des marchés publics ne suscite guère l’intérêt des acteurs du développement. C’est pourtant l’une des pierres angulaires d’un État fonctionnel. Démonstration en trois points.
 
Tout d’abord, sans marchés publics efficaces, les hôpitaux sont privés de médicaments, les enseignants de manuels scolaires et les villes de routes. Chaque fois que vous lisez dans la presse un article faisant état d’une pénurie de médicaments dans les hôpitaux (a), d’un manque de manuels dans les écoles (a) ou d’une carence du réseau routier (a), vous pouvez vous dire qu’il s’agit sans doute d’un problème de passation des marchés. Ensuite, sans marchés publics efficaces, les finances sont dilapidées à grande échelle. A contrario, comme de nombreux pays en développement voient une part significative de leur budget passer par le système des marchés publics, les économies dégagées, même modestes, peuvent vite prendre de l’ampleur. Enfin, les marchés publics sont une manifestation tangible de l’État dans le quotidien des citoyens. L’absence de transparence et la corruption affectent directement ces derniers et le manque à gagner dû à la corruption se chiffre chaque année à plusieurs milliards de dollars. La corruption des marchés publics est un problème majeur qui touche également les pays riches (a).

Abandonnez les subventions, créez des emplois !

Heba Elgazzar's picture
Cette page en : English | العربية


Qu’est-ce qu’un homme politique intelligent ? Jeffrey Frankel a son idée. Son récent billet est consacré aux subventions et au piège qu’elles constituent. Tout d’abord, un homme politique intelligent sait qu’il faut abandonner tôt ou tard les mesures qui sont mauvaises. Il en va de même dans le domaine de l’investissement et de la législation du travail. La démocratie économique est une grande et belle chose, mais il faut faire attention à ne pas emprunter de mauvaises pistes.

Dans quelle mesure les marchés publics peuvent-ils favoriser l’activité des PME au Moyen-Orient et Afrique du Nord ?

Rachel Lipson's picture
Cette page en : English | العربية


Les décideurs politiques de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord se soucient aujourd’hui davantage des petites et moyennes entreprises. Les PME sont en effet perçues comme un puissant moteur économique pour de nombreux pays de la région : elles contribuent à stimuler la croissance, l’innovation et la concurrence, et jouent également un rôle significatif dans la création de nouveaux emplois sur des marchés où l’offre manque cruellement.

Le développement du secteur privé, un levier de croissance pour le Maroc

Joumana Cobein's picture
Cette page en : English | العربية
Vendeur dans son magasin -  Arne Hoel

Comme pour la majorité des pays de la région Moyen-Orient  et Afrique du Nord (MENA), la bonne santé de l’économie marocaine repose encore bien souvent sur l’activité du secteur public. Les prévisions actuelles s’accordant autour d’un taux proche de 3% pour 2014 (après avoir atteint 5% de croissance annuelle en 2011), le secteur public marocain a bel et bien besoin de soutien.

Qui bénéficie de la hausse du salaire minimum dans le secteur public égyptien ?

Shanta Devarajan's picture
Cette page en : English | العربية
 Mohamed Kheidr

L’article récent publié dans Mada Masr (a) sur les « insuffisances » du nouveau salaire minimum dans le secteur public égyptien pointe du doigt une vérité — celle que l’augmentation exacerbera les inégalités — tout en avançant une explication inexacte — celle que le nouveau salaire minimum « n’est pas appliqué au plan national ou dans tous les secteurs ». Or, près des trois quarts des travailleurs égyptiens sont de petits exploitants agricoles, travaillent à leur compte ou dans le secteur informel : autant de personnes qui seront privées de la hausse du salaire minimum, qu’elle soit restreinte au secteur public ou non. 

Twitter en direct pour défendre le droit de savoir

Erik Churchill's picture
Cette page en : English

Twitter en direct pour  défendre le droit de savoir

La Banque mondiale célèbre la Journée internationale du droit de savoir des Nations Unies, afin de défendre le droit fondamental des populations à un gouvernement transparent et responsable.

Progresser ensemble : une nouvelle plateforme régionale pour améliorer la prestation des services publics

Yolanda Tayler's picture
Cette page en : English | العربية

        World Bank

Qu’il s’agisse de construire un pont ou d’acheter des manuels scolaires, les pays du monde entier ne cessent d’acquérir des biens et des services très divers. Dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA), ce type de contrats publics représente entre 15 % et 20 % du PIB chaque année, un montant annuel équivalent à des dizaines de milliards de dollars.

Sur la voie de l’économie du savoir dans le monde arabe

Anuja Utz's picture
Cette page en : English | العربية

Sur la voie de l’économie du savoir dans le monde arabe

Créer 40 millions d’emplois d’ici les dix prochaines années : c’est l’étendue du défi qui attend le monde arabophone, alors que cette région détient des taux de chômage record chez les jeunes et qu’elle abrite en outre de nombreux pays en phase de transition politique. La question, capitale, à résoudre est la suivante : quelle direction ces pays doivent-ils prendre pour créer des emplois urgents et comment comptent-ils y parvenir ?

Pages