Syndicate content

Développement urbain

Iraq : un projet d’urgence pour remettre en état les ponts, les routes, les services des eaux municipaux et les moyens de subsistance

Ibrahim Dajani's picture
Cette page en : English | العربية


Dans l’est de l’Iraq, dans le gouvernorat de Diyala, un cours d’eau éponyme sépare les villes de Bakouba et de Mouqdadiyah, mais un pont les relie. Rien de bien remarquable jusque-là. Seulement voilà, les combattants du groupe État islamique en Iraq et en Syrie ont fait sauter ce pont alors que de nombreux habitants doivent l’emprunter tous les jours pour se rendre à leur travail ou à l’école.

Les Syriens déplacés de force pourront-ils un jour récupérer leurs terres ?

Paul Prettitore's picture
Cette page en : English | العربية

 ART production / Shutterstock.com
Tandis que la moitié des Syriens ont été obligés, par ces cinq années de guerre civile, de fuir leurs maisons et mènent désormais une vie de réfugiés ou de déplacés, une interrogation revient souvent dans les conversations : « Pourrons-nous un jour rentrer chez nous ? ». Les modifications récentes du cadre juridique régissant l’achat et la vente de terres privées suscitent des inquiétudes — autant en matière de protection des terres détenues ou occupées de longue date par des déplacés que pour la conception d’un futur processus de restitution des terres, une fois le conflit terminé.

Patrimoine culturel saoudien, identité et économie

Mashary Al Naim's picture
Cette page en : English | العربية
 Fedor Selivanov l Shutterstock.com

L’an dernier, au sein du Centre du patrimoine urbain national de la Commission saoudienne pour le tourisme et le patrimoine national, nous avons mené une étude en collaboration avec la Banque mondiale afin d’examiner les opportunités d’investissement dans le patrimoine urbain qui s’offrent aux propriétaires d’origine. Il s’agissait également de chercher des moyens de redynamiser les vieux quartiers, une tendance qui façonne de nombreuses villes anciennes et restore leur caractère initial.

Renforcer les autorités locales en Tunisie

Jaafar Sadok Friaa's picture
Cette page en : English | العربية
Vidéo

Pour que la décentralisation fonctionne, les autorités locales doivent gagner en autonomie. La Banque mondiale a ainsi lancé un programme visant à renforcer les capacités des autorités locales et à augmenter la participation des citoyens aux décisions qui les concernent. Jaafar Friaa, responsable de l’équipe qui a conçu le programme nous présente les principaux objectifs.

Des « villes intelligentes » en Afrique du Nord : un débat local sur une tendance mondiale

Mehrunisa Qayyum's picture
Cette page en : English | العربية
 Arne Hoel l World Bank

Lorsque vous passez le comptoir d’enregistrement à l’aéroport international Mohamed V de Casablanca, un affichage numérique vous apprend que l’on a utilisé x quantité d’énergie solaire et économisé x quantité d’énergie grâce à l’installation de panneaux polycristallins qui alimentent la plate-forme de transit. Voilà peut-être de quoi surprendre agréablement une touriste qui n’aura pas encore eu l’occasion de constater d’autres progrès, comme le réseau de tramway de Rabat. Mais pour un citoyen du pays, il y a là matière à réflexion, car le terme « ville intelligente » évoque l’idée d’une amélioration de l’infrastructure et du recours à la technologie. Cependant, dans les pays du Maghreb, les attributs d’une ville « intelligente » sont plus souvent un sujet de discussion qu’une incitation à passer à l’action. 

Soutenir les villes de la région MENA : il est temps de passer de la parole aux actes…

Franck Bousquet's picture
Cette page en : English | العربية

Soutenir les villes de la région MENA : il est temps de passer de la parole aux actes…

La région Moyen-Orient et Afrique du Nord est urbanisée à 60 %, contre une moyenne mondiale de 52 %, et affiche l’un des taux de croissance démographique les plus élevés de la planète. À l’horizon 2030, sachant que la population citadine s’accroîtra de 45 %, les centres urbains de la région accueilleront 106 millions d’habitants supplémentaires. Dans des pays comme l’Égypte, l’Iraq, le Yémen, le Koweït et Djibouti, les villes verront leur population doubler au cours des 20 prochaines années.

On trouve de tout sur la route de Djibouti à Addis-Abeba: des semi-remorques, des camions-citernes, des dromadaires et du sel...

Vincent Vesin's picture
Cette page en : English

Nous avons parcouru en voiture la route nationale qui relie le port de Djibouti à la frontière éthiopienne, soit quelque 220 kilomètres de désert. Notre but : nous faire une idée plus précise du transport de marchandises entre les deux pays. L’activité de Djibouti réside essentiellement dans son port de haute mer, autour duquel sa capitale s’est développée au fil des siècles. C’est le port le mieux équipé et le plus proche d’Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, qui n’a pas de littoral. L’Éthiopie compte entre 85 et 90 millions d’habitants, soit plus qu’aucun pays d’Europe, tandis que Djibouti n’atteint pas le million. Quasiment tous ses habitants vivent dans la ville portuaire.

Du Printemps à la Renaissance : le repositionnement des villes arabes

Franck Bousquet's picture
Cette page en : English | العربية

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), qui connaît la croissance démographique la plus rapide au monde, est aujourd’hui urbanisée à environ 60 % et devrait voir sa population urbaine multipliée par deux ou trois au cours des 30 prochaines années. Les villes de la région MENA doivent relever de nombreux défis : prolifération des bidonvilles et des quartiers informels, étalement urbain galopant, urbanisation grandissante de la pauvreté, insuffisance des services, dysfonctionnements des marchés foncier et du logement, carences de la politique de la ville et de l’urbanisme et grande vulnérabilité face au changement climatique et aux catastrophes naturelles.