Syndicate content

Changement climatique

Des « villes intelligentes » en Afrique du Nord : un débat local sur une tendance mondiale

Mehrunisa Qayyum's picture
Cette page en : English | العربية
 Arne Hoel l World Bank

Lorsque vous passez le comptoir d’enregistrement à l’aéroport international Mohamed V de Casablanca, un affichage numérique vous apprend que l’on a utilisé x quantité d’énergie solaire et économisé x quantité d’énergie grâce à l’installation de panneaux polycristallins qui alimentent la plate-forme de transit. Voilà peut-être de quoi surprendre agréablement une touriste qui n’aura pas encore eu l’occasion de constater d’autres progrès, comme le réseau de tramway de Rabat. Mais pour un citoyen du pays, il y a là matière à réflexion, car le terme « ville intelligente » évoque l’idée d’une amélioration de l’infrastructure et du recours à la technologie. Cependant, dans les pays du Maghreb, les attributs d’une ville « intelligente » sont plus souvent un sujet de discussion qu’une incitation à passer à l’action. 

Le Fonds pour l'environnement mondial et ses multiples impacts

Suiko Yoshijima's picture
Cette page en : English | العربية
 © Dana Smillie / World Bank

Le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) est un mécanisme de financement indépendant qui dispose de son propre processus d’examen et d’approbation. Il a formé des partenariats avec plusieurs institutions, dont la Banque mondiale, en vue de la préparation, de la supervision et de l’exécution des projets qu’il finance dans les pays en développement. 

Le tournant de l’énergie propre au Maroc: de la volonté à la réalité

Fanny Missfeldt-Ringius's picture
Cette page en : English | العربية


En 2009, le Maroc a adopté un plan de développement du secteur de l’énergie avant-gardiste en s’engageant à accroître la part des énergies renouvelables pour la porter à 42 % de la capacité nationale en 2020. Aux yeux des autorités, la mise en place d’une politique d’atténuation du changement climatique, reposant sur l’introduction de technologies de production d’énergie propre, va contribuer au développement économique du pays. Vivement préoccupées par la sécurité énergétique du Maroc et sa dépendance aux importations d’énergie, les autorités tablent aussi sur cette approche pour faire en sorte que le pays ne soit plus le plus grand importateur d’énergie du Moyen-Orient. 

Chaque goutte d’eau compte : faire plus avec moins au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Inger Andersen's picture
Cette page en : English | العربية
Interview
L’eau est une ressource rare, il faut la préserver.

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) n’a guère le choix. Elle reçoit seulement 2 % des précipitations annuelles dans le monde et possède 1,2 % des ressources hydriques renouvelables de la planète, ce qui fait de l’eau une ressource particulièrement rare et précieuse dans cette région. Les statistiques sont cruelles : le volume d’eau consommé aux États-Unis s’élève en moyenne à 2 800 mètres cubes par personne ; au Yémen, il est de 100 m3 par personne.

Éducation et changement climatique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Simon Thacker's picture
Cette page en : English | العربية

Education and Climate Change in the Middle East  and North Africa

Le changement climatique frappe le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord au premier chef. D’après le rapport de la Banque mondiale intitulé Baissons la chaleur : Pourquoi il faut absolument éviter une élévation de 4 °C de la température de la planète, chaleur et sécheresse ne cessent de s’accentuer dans cette région. Sur les 19 pays à travers le monde qui ont battu de nouveaux records de chaleur en 2010, l’année la plus chaude à l’échelle de la planète depuis que les températures sont officiellement relevées, c’est-à-dire depuis le XIXe siècle, cinq se situent dans le monde arabe.

La géothermie : un nouveau chapitre pour Djibouti ?

Homa-Zahra Fotouhi's picture
Cette page en : English | العربية

Homa-Zahra Fotouhi - La géothermie : un nouveau chapitre pour Djibouti ?

Lors de mon tout premier entretien avec un représentant du gouvernement, ce dernier m’a demandé ce qu’il en était du soutien de la Banque mondiale à la production d’énergie géothermique et à la prospection, activité nécessaire à l’identification de sources viables. Je dois avouer qu’à l’époque je connaissais assez mal cette technologie. En revanche, j’ai vite appris : à chacune des réunions suivantes, mes interlocuteurs au gouvernement m’interrogeaient sur l’avancement de la préparation du projet géothermique.

Catastrophes naturelles dans le monde arabe : Prévenir plutôt que guérir

Franck Bousquet's picture
Cette page en : English | العربية

Catastrophes naturelles dans le monde arabe : Prévenir plutôt que guérir

En avril dernier, lors d’une conférence en marge des réunions qui rassemblent tous les six mois les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales à l’initiative de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, les hauts représentants de Djibouti, du Yémen et du Maroc ont présenté leurs programmes respectifs de gestion des risques. Risques mortels en l’occurrence puisqu’il s’agissait des risques liés à lafréquence croissante des catastrophes naturelles.

Aider les petits agriculteurs marocains à s’adapter au changement climatique et à améliorer leurs revenus

Gabriella Izzi's picture
Cette page en : English | العربية

Video Platform Video Management Video Solutions Video Player

J’ai commencé à travailler au Maroc il y a quatre ans, lorsque le gouvernement a demandé un appui de la Banque mondiale pour la mise en œuvre de sa stratégie agricole nationale, le Plan Maroc Vert. Cette stratégie s’est fixé les objectifs ambitieux de doubler la valeur ajoutée de l’agriculture et de créer 1,5 million d’emplois en à peine plus d’une décennie. Le défi était de taille et passionnant ! Nous nous sommes associés à nos collègues marocains pour aider les agriculteurs à s’organiser, à étendre et moderniser l’irrigation, à promouvoir les cultures à forte valeur et à mettre les agriculteurs en relation avec les marchés nationaux et internationaux.

Le changement climatique vu depuis le monde arabe

Dorte Verner's picture
Cette page en : English | العربية

Dorte Verner

Au cours des recherches que nous avons effectuées pour le prochain rapport sur le changement climatique dans le monde arabe, j’ai traversé la région de long en large. J’ai rencontré plein de gens qui se battent courageusement contre la montée des températures et les pluies sporadiques, mais ce sont bien les enfants qui racontent avec le plus d’éloquence les conséquences délétères actuelles et potentielles du changement climatique.

Énergies renouvelables, solutions innovantes et croissance verte dans la région méditerranéenne

Nathalie Abu-Ata's picture
Cette page en : English | العربية

World Bank | Arne Hoel

« Nous ne sommes pas des génies, nous faisons simplement preuve de bon sens. » Pour Ahmed Zahran, cofondateur et PDG de Karm Solar, une entreprise égyptienne ayant pour objet la commercialisation de technologies solaires, il ne s’agit pas d’être visionnaire, mais de savoir saisir une opportunité économique.

Pages