Syndicate content

mars 2019

Liban : une expérience démontre l’impact social du bénévolat des jeunes

Rene Leon Solano's picture
Cette page en : English | العربية
Patrick Fadous, NVSP Communications Officer

Jean, chrétien catholique, Graziella, chrétienne orthodoxe, Ali, musulman chiite, Roukaya, musulmane sunnite, et Ashraf, druze, se sont rencontrés pour la première fois le jour où ils se sont engagés à travailler ensemble sur un projet communautaire. Ce projet figurait parmi les 22 initiatives financées au titre de la première phase du Programme national de volontariat du Liban, en 2015, qui ont bénéficié à quelque 1 300 jeunes dans tout le pays. 

Mis en œuvre par des ONG locales, ces projets concernaient des campagnes de sensibilisation à la santé ou à la gestion des déchets solides, la prise en charge des personnes âgées et des handicapés, le nettoyage et la remise en état des jardins publics, des terrains de foot et des sentiers de randonnée ou encore l’organisation d’activités artistiques et sportives ouvertes à tous, pour ne prendre que quelques exemples.

Les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ne peuvent pas rater le virage de la quatrième révolution industrielle

Ferid Belhaj's picture
Cette page en : English | العربية

Le modèle d’industrialisation qui s’appliquait traditionnellement aux pays en développement n’est peut-être plus opérant pour la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA). Mais il n’y a pas lieu de s’en désoler. D’abord parce que l’horizon des chaînes de montage automobile n’est plus celui auquel aspirent les générations jeunes et instruites de la région. Et ensuite parce que les tâches répétitives du travail à la chaîne seront de plus en plus exécutées par des machines. Aussi l'accélération des évolutions technologiques, qui sous-tend ce processus, ouvre-t-elle de nouvelles perspectives aux pays en développement. La région MENA a rendez-vous avec la « quatrième révolution industrielle », et c’est une opportunité qu'elle ne peut pas laisser passer. 
 

Investir dans les femmes pour dynamiser la croissance dans la région MENA

Lili Mottaghi's picture
Cette page en : English | العربية

Dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA), 20 % seulement des femmes en âge de travailler exercent un emploi ou en recherchent un activement. Les femmes ne représentent actuellement que 21 % de la population active et elles contribuent à seulement 18 % du PIB régional (a). Si, au cours de la décennie écoulée, la région MENA était parvenue à résorber l’écart entre les taux d’activité des hommes et des femmes, son taux de croissance aurait été deux fois supérieur, avec, à la clé, un gain d’environ 1 000 milliards de dollars en production cumulée. Or, au contraire, le fossé hommes-femmes sur le marché du travail « traditionnel » s’est étendu au reste de l'économie, et notamment au secteur des nouvelles technologies, où la population féminine est à la traîne en matière d’accessibilité et d’utilisation des services numériques Dans la région MENA, une femme a 9 % de chances en moins qu’un homme de posséder un téléphone portable et 21 % de chances en moins (a) d’utiliser une connexion internet mobile.