Syndicate content

Au Sri Lanka, où les filles devancent les garçons

Harsha Aturupane's picture
Cette page en : English
Malgré les preuves que les filles réussissent mieux leur scolarité, une perception générale veut que les garçons soient naturellement plus doués que les filles et que, de ce fait, ils puissent consentir moins d’efforts aux études. (Photo: Harsha Aturupane/ World Bank)


Lorsqu’on parle de l’inégalité entre les sexes dans le système éducatif de pays en développement, surtout en Asie du Sud, on pense automatiquement aux contextes où les filles sont désavantagées par rapport aux garçons. Le cas srilankais nous oblige cependant à repenser nos préconceptions.
 
Tandis que l’écart entre les sexes favorise les garçons dans la plus grande partie de l’Asie du Sud, il semble qu’au Sri Lanka, les filles sont plutôt avantagées. À l’instar de leurs homologues dans la plupart des pays à revenu élevé, les filles sri-lankaises surclassent systématiquement les garçons, qu’il s’agisse du taux de participation ou du taux de réussite scolaire.

Un écart qui se creuse

Cette tendance qui consiste en un avantage de plus en plus marqué en faveur des filles sri-lankaises, autant sur le plan de l’assiduité que sur celui des résultats scolaires, a été remarquée grâce aux analyses menées dans le cadre du Projet sri-lankais de transformation du système scolaire en centre du savoir.

Voilà ce que cette analyse nous révèle : 
  • Bien que le taux de participation soit à parité dans l’enseignement primaire, l’écart se creuse de manière assez prononcée une fois qu’on est admis au second cycle de l’enseignement secondaire (lycée).
  • Comme c’est le cas dans la plupart des pays à revenu élevé et dans certains pays à revenu moyen, les garçons srilankais ont plus de chance que les filles d’abandonner leurs études aux niveaux supérieurs du système éducatifs.
  • L’écart qui apparaît dès l’enseignement secondaire se poursuit tout au long de l’enseignement supérieur, puisque les jeunes femmes constituent la majorité dans toutes les filières universitaires à l’exception des sciences de l’ingénieur.
  • L’écart entre les sexes s’applique aussi aux taux de réussite, car les filles et jeunes femmes devancent leurs homologues masculins à chaque niveau du système éducatif… comme le montrent les résultats de tous les examens nationaux.
  • La visibilité et moins évidente dans le choix de filière au lycée (« A-level ») : même si les lycéens (de sexe masculin) sont admis en plus grand nombre dans les sciences physiques, les lycéennes sont reçues aux examens à un taux supérieur.

Notre rapport, Sri Lanka's Underperforming Boys: Gender Dimensions of Access and Participation in Education, à paraître prochainement, traite de ces tendances en plus de détail. Grâce à notre recherche qualitative, nous avons également identifié un certain nombre d’explications possibles concernant l’écart entre filles et garçons.
 
Trois facteurs qui peuvent façonner cet écart
 
Le marché du travail informel favorise les jeunes hommes. Les discussions que nous avons eues avec des fonctionnaires du ministère de l’éducation suggèrent que les offres d’emploi qui existent dans le marché du travail informel incitent les jeunes hommes à l’abandon précoce de leurs études… dès l’enseignement secondaire.  N’ayant pas les mêmes facilités, les jeunes femmes ont tendance à poursuivre leurs études plus longtemps.
 
Culture et attitudes sociales biaisent les performances. Malgré les preuves que les filles réussissent mieux leur scolarité, les parents, directeurs d’établissement et fonctionnaires du ministère de l’éducation sont généralement convaincus que les garçons soient par nature plus doués que les filles et que, de ce fait, ils puissent consentir moins d’efforts aux études. Les enseignants sont de l’avis que, puisque les parents surveillent leurs fils moins que leurs filles, les garçons sont plus libres de faire ce qu’ils veulent en dehors des heures d’école. Quelques parents expriment le point de vue qui consiste à dire que, puisque les jeunes hommes ont plus de chance d’obtenir un bon emploi, un garçon n’a pas autant de besoin qu’une fille d’une bonne éducation. Dans les régions défavorisées, les fonctionnaires considèrent que le manque d’hommes occupant un emploi de prestige décourage les garçons dans leurs études.
 
La mémorisation et le manque d’activités pratiques entravent l’apprentissage. Les enseignants, directeurs d’établissement scolaire et fonctionnaires offrent d’autres explications de l’écart qui existe autant dans le système scolaire que dans le marché du travail. Selon eux, les programmes scolaires et les méthodes d’évaluation, qui encouragent la mémorisation et découragent le recours aux travaux pratiques, affectent les deux sexes différemment. Les filles en souffrent parce qu’elles ne sont pas poussées à chercher le lien entre leurs études et le « monde réel ». Et les garçons en souffrent parce qu’ils sont peu enclins à lire les manuels scolaires en profondeur et à rédiger les réponses détaillées exigées par les différentes évaluations. 
 
Des situations qui se ressemblent dans plusieurs pays du monde

Beaucoup des résultats de cette étude reflètent la situation que l’on retrouve aussi en Malaisie, aux Philippines et en Thaïlande. Il s’agit là de pays à revenu moyen confrontés à un écart entre les sexes dans leur secteur éducatif.  Le défi est tout de même nouveau et ces pays sont toujours à la recherche d’une stratégie leur permettant d’atteindre la parité entre garçons et filles.
 
Au moment où il prépare la prochaine étape du programme de développement de son système éducatif, le Sri Lanka est en train d’explorer des initiatives visant à réduire l’écart entre les sexes et dans l’éducation et dans l’emploi. Parmi ces initiatives sont des stratégies qui ont pour objectif d’assurer que les programmes et l’environnement scolaires ne soient pas un vecteur de stéréotypes et autres clichés erronés qui dissuadent les garçons de s’engager pleinement aux études et les filles à l’emploi. Sont proposées également des initiatives qui créent des liens entre l’éducation et l’emploi grâce à l’offre d’un meilleur service d’orientation professionnelle au sein de l’établissement d’enseignement.  Si ces initiatives livrent les résultats escomptés, elles pourront servir de modèle pour d’autres pays à revenu moyen face aux défis semblables.

Pour plus d’informations sur l’éducation au Groupe de la Banque mondiale, visitez notre site web et notre compte Twitter.

SVP visitez notre site sur le thème de l’éducation des filles.

Envie de réagir ? Envoyez-nous vos questions et commentaires