Après l’attaque du musée Bardo, les messages de soutien se multiplient sur la Toile… Et après ?

|

Cette page en:

L’attaque terroriste du musée du Bardo à Tunis ne pouvait survenir à plus mauvais moment. Elle s’est produite tout juste avant le début de la saison touristique et dans une période placée sous le signe d’un optimisme prudent à la suite de l’élection d’un nouveau président et de la désignation d’un nouveau gouvernement.
 
De nombreux Tunisiens craignent que cet attentat ne fragilise davantage le secteur du tourisme de ce petit pays méditerranéen, qui peine encore à se relever des vives tensions politiques et de l’instabilité nées de la révolution de 2011.
 
Peu après l’attaque, cependant, les Tunisiens ont à nouveau démontré leur résilience, en descendant dans la rue pour dénoncer le terrorisme. Le message était clair : « le terrorisme n’a pas sa place dans notre société ».
 
À l’évidence, la question du tourisme hantait l’esprit de nombreux manifestants. L’économie tunisienne est largement tributaire du tourisme, un secteur qui représente près de 7 % du produit intérieur brut et emploie environ 15 % de la population active.

« Je serai en Tunisie le … »
​​
Facebook post:

I will come to Tunisia this summer from #Italy

Dans le sillage de l’attentat, les réseaux sociaux ont lancé un certain nombre d’initiatives : vidéos, comptes Instagram ou hashtags (#IamBardo, #IWillComeToTunisia, etc). « Si les terroristes avaient pour objectif de saper le secteur du tourisme avec cette attaque méprisable, ils ont échoué », s’insurge Zied Chargui de l’Office national du tourisme, à l’initiative d’un groupe Facebook recensant des photos d’internautes du monde entier, une affiche à la main sur laquelle on lit « Je viendrai en Tunisie cet été. ». Cette page compte aujourd’hui près de 60 000 mentions « J’aime ».
 
M. Chargui avait déjà mobilisé avec succès les réseaux sociaux : quand le tube Happy de Pharrell Williams, star américaine du hip-hop, a enflammé la toile en 2014, il a profité de l’aubaine, en organisant le tournage d’une version tunisienne à Tataouine, une ville du désert qui a servi de décor au premier épisode de La Guerre des étoiles. Dans la vidéo de ce coup publicitaire bien orchestré, on voit les personnages de la trilogie danser sur l’air de Happy dans les destinations les plus prisées du pays.
 
Aujourd’hui, la page Facebook « Je serai en Tunisie le… » encourage les visiteurs à mettre en ligne les photos de leurs vacances. Son initiateur espère que cette page « mettra en valeur la Tunisie auprès de leurs contacts et leurs amis ».
 
Djerbahood
 
Djerba, l’un des hauts lieux touristiques du pays, accueille également un projet original. La petite île située au large de la côte Sud de la Tunisie est devenue un musée de graffitis à ciel ouvert. Sous l’impulsion de 150 graffeurs de 30 nationalités différentes, le village d’Er-Riadh, réputé pour abriter la synagogue de la Ghriba, la plus ancienne au monde, attire désormais une large foule de visiteurs curieux, venus découvrir un street art intelligent dont les couleurs vives recouvrent les murs blancs d’un dédale de venelles.
 
« Djerbahood, c’est génial ! », s’enthousiasme Mohamed Ben Jeddi, un jeune entrepreneur de 27 ans qui se consacre au développement d’un site web touristique et culturel. Djerba, ce n’est pas que des formules-vacances-en-hôtel-tout-compris. Au contraire, l’île « regorge de richesses méconnues », souligne l’entrepreneur. Et, pour stimuler le tourisme, « la clé, c’est de mieux communiquer », affirme Emna Ben Jeddi, son associée de 23 ans.
 
De fait, Djerbahood, fraîchement repeint, plaît aux touristes.
 
« C’était magnifique ! », s’exclame Christine Le Ny, en visite dans le village dès le premier jour de son séjour sur l’île. « Ces peintures sont pleines de sens », observe cette touriste française qui a décidé de venir en Tunisie en dépit des craintes exprimées par certains de ses amis en France sur la sécurité dans le pays.
 
De nouveaux défis à relever
 
Toutefois, l’attaque au musée du Bardo risque bien de nuire à la saison touristique. M. Chargui reconnaît que la situation demeure fragile, mais se veut optimiste. Il rappelle la tenue récente des Dunes électroniques, qui lui semble de bon augure. Aucun incident n’a en effet marqué ce festival de danse qui a rassemblé pendant trois jours des milliers de visiteurs à Nefta, autre lieu de tournage de La Guerre des étoiles. « Tout s’est très bien passé », indique-t-il, en ajoutant que « les forces de police étaient déployées en nombre important ».
 
Au-delà des questions de sécurité et des initiatives innovantes, des changements structurels s’imposent, d’après Leila Ben-Gacem, qui a ouvert un hôtel de charme dans la médina de Tunis, quartier historique de la capitale. Sous le régime Ben Ali, les complexes hôteliers en bordure de plage étaient la seule formule d’hébergement possible, et les touristes n’étaient pas incités à se mêler à la population locale ; aujourd’hui, depuis l’avènement de la démocratie, on attire des profils plus variés, explique Mme Ben-Gacem : « Ces nouveaux venus sont beaucoup plus ouverts. Ils sont avides de s’ouvrir aux autres et aux Tunisiens. »
 
Mais l’arrivée de cette nouvelle catégorie de visiteurs s’accompagnera aussi de nouveaux défis. Le plus urgent d’entre eux étant la qualité du service, selon Mme Ben-Gacem. Ce problème exige une véritable révolution culturelle. Aux yeux de l’hôtelière, l’amélioration des services passe par un changement de mentalité : « Le personnel doit avoir l’impression que c’est le client qui les paie. C’est à eux aussi de s’assurer de la satisfaction du client. »
 
Mme Ben-Gacem souligne aussi l’enjeu encore plus capital de liaisons moins chères entre l’Europe et la Tunisie pour faire revenir les touristes : « Ce qu’il nous faut, c’est une compagnie aérienne low cost ». Cette idée est dans l’air depuis quelque temps déjà, mais sa mise en œuvre est toujours repoussée. « Ils disent ‘l’année prochaine’… Cette concurrence sera bénéfique. Elle fera baisser les prix et incitera à plus de qualité. » Un facteur crucial de plus pour attirer les touristes.

Auteurs

Christine Petré

Rédactrice en chef du site web "Your Middle East"

Prenez part au débat