Syndicate content

février 2012

« Vos applis pour le climat » : encourager l’innovation par la compétition

Tim Herzog's picture

En décembre dernier, la Banque mondiale a lancé l’Initiative pour le libre accès aux données sur le climat et le Portail de connaissances sur le changement climatique. Son objectif : faciliter l’accès aux données clés ou connexes sur le climat pour les acteurs de la communauté du développement et pour tous ceux qui tentent de résoudre les défis du changement climatique. Comme il a été souligné à l’occasion du lancement de ces initiatives, il est « crucial » de mettre ces données à disposition si l’on veut « renforcer la résilience au changement climatique » et étayer les stratégies envisagées par les pays pour protéger les écosystèmes et les infrastructures clés, et adapter des secteurs économiques critiques comme l’eau et l’agriculture.

Maroc : ouvrir la voie à des réformes graduelles et régulières

Lida Bteddini's picture

Alors que les citoyens faisaient entendre leurs revendications dans les rues de Rabat, nos discussions avec les autorités marocaines en vue de préparer un prêt à l’appui des politiques de développement axé sur la responsabilité et la transparence se présentaient sous les meilleurs auspices, aussi bien au niveau central que local. Il y a une réelle volonté de réformer la gouvernance en écho aux demandes de changement de la population et l’envie d’obtenir rapidement des résultats indiscutables et visibles.

Gouvernance : les gains rapides de la transparence

Soucieux de renforcer la transparence et la responsabilisation des dirigeants politiques, le président du Conseil italien, Mario Monti, a récemment obligé ses ministres à publier leurs revenus et patrimoine. Pris d’assaut par de très nombreux curieux, le site web du gouvernement n’a pas tenu le choc.

Ce type de démarche va-t-il dans le sens d’une meilleure gouvernance ?  Oui, conclut une récente étude traitant de la diffusion d’informations par la classe politique.

Du Printemps à la Renaissance : le repositionnement des villes arabes

Franck Bousquet's picture

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), qui connaît la croissance démographique la plus rapide au monde, est aujourd’hui urbanisée à environ 60 % et devrait voir sa population urbaine multipliée par deux ou trois au cours des 30 prochaines années. Les villes de la région MENA doivent relever de nombreux défis : prolifération des bidonvilles et des quartiers informels, étalement urbain galopant, urbanisation grandissante de la pauvreté, insuffisance des services, dysfonctionnements des marchés foncier et du logement, carences de la politique de la ville et de l’urbanisme et grande vulnérabilité face au changement climatique et aux catastrophes naturelles.

Grâce aux effets d’entraînement provenant des BRIC, les pays à faible revenu résistent à la crise

Justin Yifu Lin's picture

Au lendemain de la crise mondiale, on observe clairement une « reprise à deux vitesses » : les économies d’Asie de l’Est avaient vu la croissance de leur PIB reculer de près de 4 points de pourcentage pour tomber à 8,5 % en 2008, puis à 7,5 % en 2009, mais leur rebond a été rapide, à 9,7 % en 2010 ; dans le même temps, en revanche, la croissance dans les pays à revenu élevé a, elle, reflué de 6,6 points de pourcentage, tombant à -3,9 % en 2009, contre 2,7 % en 2007. De plus, les pays à revenu élevé ne voient pas encore le bout du tunnel, en raison de la crise des dettes souveraines dans la zone euro. C’est l’une des nombreuses tendances remarquables que révèle la version en ligne, récemment actualisée, des Indicateurs du développement dans le monde.

We Are Egypt : le film

Will Stebbins's picture

Lillie Paquette était à l’écoute bien avant que quiconque ne s’intéresse au problème. Son premier film, récemment présenté à la Banque mondiale, relate le prologue de la révolution égyptienne. "We Are Egypt: The Story Behind the Revolution", a suivi des opposants politiques et des membres d’organisations de la société civile au cours des deux années qui ont débouché sur le soulèvement de masse.

Être handicapé ce n’est pas être incapable

Maria Cristina Gallegos's picture

Le handicap n'a pas empêché Prudence de s'engager

Vous connaissez sans doute Amadou et Mariam, le couple de musiciens et chanteurs maliens qui ont rencontré un grand succès avec leur tube « Je pense à toi » malgré leur handicap -- ils sont tous les deux aveugles, comme Stevie Wonder et Ray Charles.

Nombreux sont les artistes qui ont prouvé que le handicap n'empêche pas d'accomplir de grandes choses. Le slameur Grand Corps Malade, le chanteur Beken, ou encore le comédien Djamel Debbouze, tous sont handicapés, et tous sont devenus de véritables stars. 

Ces personnalités ont au moins une chose en commun : elles sont là pour nous rappeler que la différence, c'est surtout dans la tête, et que, même si la vie ne nous fait pas de cadeau, rien n'est impossible tant que l'on est déterminé à aller de l'avant.

Les pays émergents, aux avant-postes de la création d’emplois ?

Otaviano Canuto's picture

À quelques exceptions près, les pays industrialisés sont encore en train de se débattre contre le chômage, incapables de se rétablir complètement après la crise économique de 2008. Aux États-Unis, la situation semble s’améliorer puisque le taux de chômage est retombé à 8,3 % en janvier, son niveau le plus bas depuis début 2009, selon le Bureau of Labor Statistics du Département du travail des États-Unis. Mais globalement, qu’il n’y ait pas assez de débouchés pour les jeunes, partout dans le monde, ou que l’économie mondiale ne crée pas suffisamment d’emplois par rapport au rythme de croissance de la population active, on ne peut que dresser un tableau sombre de l’emploi à l’échelle de la planète.

Grâce à un nouvel instrument comparatif, les universités vont être en mesure de s’évaluer

Adriana Jaramillo's picture

Les ministres de l’Éducation supérieure de plusieurs pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA) ont validé un nouvel instrument comparatif destiné à mesurer la gouvernance des universités  de la région. Cette « grille de positionnement » a été mise au point par le programme sur l’enseignement supérieur développé par le Centre pour l’intégration en Méditerranée (Marseille), avec le soutien de la Banque mondiale. L’idée est d’évaluer les différents modes de gouvernance des universités et leur « adéquation aux objectifs » afin de préconiser des solutions pour améliorer leurs résultats en la matière.

Les citoyens arabes veulent prendre place dans le débat virtuel

Amina Semlali's picture

On a souvent reproché aux agences de développement, et en l’occurrence à la Banque mondiale, de ne pas être suffisamment à l’écoute des populations qu’elles sont censées aider, d’agir sans d’abord s’enquérir systématiquement de l’avis des bénéficiaires sur des stratégies et des projets qui sont pourtant conçus en leur nom.


Pages