Syndicate content

novembre 2012

Du Maroc à Gaza, des rappeuses scandent l’émancipation des femmes

Amina Semlali's picture

La rappeuse Shadia Mansour. Crédit photo : Ridwan Adhami

C’était en 1993, j’étais au secondaire, arrivée au Caire grâce à un échange scolaire. C’était la première fois que j’entendais parler du mouvement underground hip-hop/rap au Moyen-Orient et, a fortiori, de la place de premier plan occupée par les jeunes femmes arabes sur cette scène alors en plein essor.

Retour en arrière.

Journée mondiale du sida 2012 : Concrétiser le rêve d’une génération sans sida

David Wilson's picture

Placée sous le signe de grands espoirs et de nouveaux défis, la Journée mondiale du sida 2012 vient souligner des avancées sans précédent. Grâce aux progrès de la science, nous disposons de moyens pour combattre l’épidémie la plus meurtrière de notre temps et nous osons imaginer, avec la Secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, la possibilité d’une génération sans sida.

Nous avons considérablement élargi l’arsenal d’outils de prévention, mis au point davantage de médicaments pour lutter contre le sida que contre n’importe quel autre rétrovirus et ramené le coût de ces médicaments de plus de 10 000 dollars à moins de 100. Nous avons étendu les traitements à plus de 8 millions de malades aujourd’hui contre moins de 50 000 il y a une décennie : pour des traitements vitaux, il s’agit là d’un déploiement d’une rapidité historique.

3, 2, 1, Hackez !

Par l'équipe du Hackaton

Video Platform Video Management Video Solutions Video Player

Après des mois de préparation, voici enfin le week-end du Hackathon pour l’assainissement

Dans des dizaines de pays aux quatre coins du monde, spécialistes de l’informatique et experts de l’assainissement vont unir leurs forces dans un brainstorming intensif et un « marathon de programmation » ! L’enjeu pour eux ? Développer des applications innovantes pour trouver des solutions aux grands problèmes d’assainissement auxquels est confrontée la planète.

Tunisie : la fenêtre d’opportunité reste ouverte… pour l’instant

Antonio Nucifora's picture

World Bank | Arne Hoel

Jeudi dernier, autour d’un dîner, mon ami Youssef me faisait part de sa déception devant la tournure des événements dans son pays. Après la révolution, ce jeune homme qui a fait ses études à la Sorbonne, a abandonné son confortable travail de consultant en gestion pour s’engager, bénévolement, aux côtés du nouveau gouvernement. Comme lui, beaucoup de Tunisiens sont désabusés. Je me suis efforcé de le réconforter, en lui montrant qu’en fait, le moment était venu de redoubler d’efforts.

Étudiants internationaux : de quels pays partent-ils et pour quelle destination ?

Ravi Kumar's picture

Le saviez-vous : la France est l’une des destinations préférées des étudiants qui souhaitent entamer des études supérieures. La carte interactive (en anglais) établie par l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU) permet de retracer la mobilité des étudiants à l’échelle de la planète.

YouThink! Road Safety

Selon des données récentes de l’ISU, en dix ans, le taux d’inscription dans l’enseignement supérieur a progressé de 78 % dans le monde. Cette rapide progression explique l’augmentation de 80 % du nombre d’individus partant faire leurs études à l’étranger entre 2000 et 2010.

Protection sociale dans la région : il est temps d’intégrer les pauvres

Joana Silva's picture

Jenny Matthews | Panos Pictures

Les périodes de transition peuvent être l’occasion de redéfinir les systèmes de protection sociale. C’est le moment où ces systèmes, qui sont (ou devraient être) conçus pour aider les citoyens les plus pauvres et les plus vulnérables sont examinés de près. C’est un véritable test pour savoir s’ils peuvent répondre aux attentes de ceux qui sont dans le besoin.

Hackathon pour l’assainissement à Dakar du 1er au 2 décembre 2012

Liviane Urquiza's picture

Disponible en Español

Hackathon mondial de l'eauYouThink!

L’an dernier, la Banque mondiale et plusieurs partenaires ont organisé le premier hackathon* mondial de l’eau (site en anglais) destiné à encourager les experts de l’eau et des TIC à réfléchir ensemble à des solutions originales pour remédier à la crise de l’eau dans le monde. Plus de 500 « geeks » de l’informatique ont participé dans 10 villes à travers le monde. À Londres, des experts ont mis au point un système permettant aux Tanzaniens de signaler des problèmes d’approvisionnement en eau à l’aide de messages SMS, tandis qu’à Dar es Salaam, les étudiants sont mis à contribution pour établir des plans des rues, des réseaux d’égouts et des systèmes d’éclairage en vue d’un projet d’aménagement urbain, fournissant ainsi une plateforme pour la consultation des populations et un espace de concertation sur le développement entre décideurs et citoyens.

Comment une taxe « indolore » peut changer le monde

Ce billet a d'abord été publié en anglais sur PublicSphere par Johanna Martinsson.
Note : tous les liens de cet article pointent vers des pages en anglais.

Vous avez acheté un billet d’avion récemment ? Alors, selon l’endroit où vous habitez, vous venez peut-être de sauver une vie, sans même le savoir. Plusieurs pays ont introduit une taxe, minime, sur le transport aérien (qualifiée aussi de « taxe de solidarité ») pour lever des fonds et financer ainsi la lutte contre les trois pandémies les plus dangereuses du monde : le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose. En France, les passagers aériens versent un euro supplémentaire sur les billets des lignes intérieures et dix euros s’ils voyagent en classe affaires. Avec le recul de l’aide publique au développement, ces micro-taxes et autres mécanismes de financement innovants vont devenir essentiels pour s’attaquer aux défis mondiaux les plus graves. Dans un entretien récent accordé au Financial Times, l’ancien ministre français des Affaires étrangères et instigateur de cette taxe, Philippe Douste-Blazy, rappelle comment « certains secteurs ont tiré un immense profit de la mondialisation : le milieu des transactions financières, le tourisme et la téléphonie mobile. Nous devons taxer une activité économique qui ne concerne que les riches et de manière si légère que personne ne s’en rendra compte ». Et d’ajouter que cette taxe additionnelle est « absolument indolore ! ».

Quel est le point commun entre un téléphone portable et des toilettes ?

Jose Luis Irigoyen's picture

À première vue il n’y en a guère… Et pourtant, toilettes et téléphones portables ont en commun de pouvoir contribuer à la satisfaction des besoins des plus démunis et à l’éradication de la pauvreté. De fait, l’ampleur du défi appelle à faire preuve d’imagination et d’innovation.


Pages