Syndicate content

novembre 2015

#Music4Dev : la Banque mondiale gagnée par la passion de Dengue Fever

Korina Lopez's picture

Le groupe de Los Angeles évoque avec nous le rock cambodgien des années 60, un genre musical presque totalement liquidé sous le régime des Khmers rouges, et nous présente l’organisation Cambodian Living Arts, dont la mission est de rapprocher les jeunes et les artistes traditionnels afin de promouvoir la préservation du patrimoine culturel national.

De 1975 à 1979, le Cambodge a été en proie à la violence sanguinaire des Khmers rouges, qui a coûté la vie à deux millions de personnes. Les artistes et les intellectuels étaient particulièrement visés ; le simple fait de porter des lunettes suffisait à rendre un individu coupable aux yeux du régime. C’est par l’éducation des jeunes générations que le pays a pu renouer avec les arts et la musique. La volonté d’éveiller et sensibiliser les jeunes cambodgiens aux arts nationaux a aussi une dimension économique, puisqu’elle se traduit par des emplois pour les professeurs et, potentiellement, pour leurs élèves.

De la crise à la résilience : aider les pays à se redresser

Joachim von Amsberg's picture

Il y a deux semaines à peine, les habitants de la Sierra Leone ont célébré la fin de l’épidémie d’Ebola dans leur pays, en chantant et dansant dans les rues de Freetown. L’événement méritait d’être fêté, dans un pays où ce virus a fait près de 4 000 morts. 

Ces nouvelles en provenance de Guinée, du Libéria et de Sierra Leone nous rappellent combien il est important de rester vigilant en cas d’épidémies futures et de continuer à apporter un appui aux pays dont l’économie se rétablit. Je pense à Bindeh Kamara, 22 ans et quatre enfants, dont le mari est mort d’Ebola en Sierra Leone. Privée du revenu de son époux, Bindeh a du mal à acheter de la nourriture ou des vêtements, et à payer la scolarité de ses enfants.
 
Et la jeune femme n’est pas seule dans ce cas. Si le coût de l’épidémie se chiffre en premier lieu en nombre de vies perdues, ses effets socio-économiques ont également réduit à néant les avancées du développement que les pays touchés avaient peiné à réaliser. Selon un rapport récent, en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, les décès d’agents de santé imputables à Ebola pourraient entraîner une recrudescence de la mortalité maternelle, qui risque de renouer avec des taux que l’on n’avait plus observés depuis 15 à 20 ans. Ebola a également lourdement pesé sur l’agriculture, car les agriculteurs ont abandonné leurs champs, conduisant la FAO et le Programme alimentaire mondial à estimer que près d’un million de personnes pourraient souffrir de la faim.

Quel est le secteur le plus affecté par les changements climatiques ? L'agriculture.

Tariq Khokhar's picture

Le plus fort impact qu'aura le changement climatique sur les pauvres sera lié à l'agriculture. Dans le cadre du scénario le plus « pessimiste », avec d'importants phénomènes météorologiques affectant les pays en développement, plus de 100 millions de personnes pourraient passer sous le seuil de pauvreté d'ici 2030 en raison notamment de flambées des prix agricoles. Dans un scénario « optimiste » de prospérité, les risques découlant du changement climatique devraient être considérablement réduits. En savoir plus

 

Défis agricoles africains

Jean-Claude Devèze's picture

L’ouvrage Défis agricoles africains est paru en 2008 chez Karthala. Il est publié en anglais par la Banque mondiale en 2011, dans le cadre de la série Africa Development Forum, en partenariat avec l’Agence française de développement. Ce livre met en scène les défis que doivent relever les agricultures subsahariennes. 
 
Depuis cette parution, les enjeux du développement rural largement analysés dans l’ouvrage, qu’ils soient démographiques, économiques, environnementaux, sociaux, culturels ou politiques, semblent encore plus difficiles à affronter.

Déclaration du président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, à la suite des attentats à Paris

Jim Yong Kim's picture

WASHINGTON, 13 novembre 2015 — Le Groupe de la Banque mondiale a publié aujourd’hui la déclaration du président du Groupe à la suite des attentats à Paris.

« Nous condamnons les violences sous toutes leurs formes, et les attaques à Paris sont un attentat contre les peuples du monde entier. Nous présentons nos condoléances aux familles de ceux qui sont décédés, au peuple français et à son gouvernement. Il est très difficile de comprendre des actes aussi insensés, mais nous devons nous montrer résolument déterminés à faire preuve de notre humanité  – en venant à l’aide de tous ceux qui nous entourent, en particulier les plus vulnérables. »

 

Les villes, nouvel horizon pour la protection sociale

Keith Hansen's picture
Les villes, nouvel horizon pour la protection sociale
Photo: Dominic Chavez/Banque mondiale


​Attardons-nous d’abord sur quelques chiffres : ce matin, pendant que vous preniez votre petit déjeuner, environ 15 000 personnes sont venues grossir la population urbaine mondiale. Elles seront 180 000 d’ici la fin de la journée et 1,3 million à la fin de la semaine. Alors que la planète ne manque pas de place, ce rythme d’urbanisation effréné revient à concentrer l’humanité toute entière dans un pays comme la France.

C’est dans les villes que vit la majorité de la population mondiale, que la croissance démographique sera de plus en plus importante et que la plupart des pauvres se trouveront bientôt.

La difficile détermination du seuil de pauvreté

Kaushik Basu's picture

Une femme et un enfant à Madagascar © Yosef Hadar / Banque mondialeEn tant que professeur universitaire puis conseiller économique en chef auprès du gouvernement indien, je me suis longtemps basé avec la plus grande satisfaction sur les données de la Banque mondiale en matière de pauvreté à l'échelle internationale, suivant avec intérêt les tendances et analysant les différents modèles transétatiques. Je n'avais pas pour habitude de prendre un instant pour réfléchir à la manière dont ces chiffres étaient calculés. Puis, il y a trois ans, j'ai rejoint la Banque mondiale au poste d'économiste en chef.

Soudainement, c'est comme si l'on avait demandé au client d'un restaurant, qui jusqu'à présent se contentait de commander avec joie son plat préféré, de se rendre en cuisine pour préparer lui-même ce plat.

L'exercice consistant à mesurer la pauvreté constitue un défi de taille pour la Banque mondiale. Si cette pauvreté diminue, nos détracteurs nous accusent de vanter nos résultats. Lorsqu'elle augmente, les critiques nous reprochent d'œuvrer pour conserver nos postes. Et lorsque les chiffrent demeurent inchangés, on nous accuse de fuir l'une ou l'autre de ces responsabilités.
 
Il existe certes un aspect libérateur dans le fait de se savoir condamné à la critique quelle que soit l'issue. Pour autant, lorsqu'il s'est agi pour notre équipe de déterminer cette année le seuil mondial de pauvreté (et par conséquent l'incidence de la pauvreté), je n'ai pu m'empêcher d'avoir en tête cette mise en garde formulée par Angus Deaton, prix Nobel d'économie 2015 : « Je ne suis pas certain qu'il soit judicieux pour la Banque mondiale d'engager autant sa responsabilité dans ce projet ».

De la justification morale et économique de l’inclusion

Sri Mulyani Indrawati's picture
A slum, known as a 'favela,' rises on the outskirts of Salvador de Bahia, Brazil. © Scott Wallace/World Bank


​À l’époque où j’enseignais à l’université d’Indonésie, mon pays était un modèle de développement économique. Avec une croissance alerte, dont le rythme a atteint jusqu’à 9 % dans les années 1990, la pauvreté reculait. Mais la corruption, le clientélisme, le népotisme et la peur prospéraient sous la férule autoritaire du président Suharto. Le Parlement n’avait rien d’un contrepouvoir dans une société opaque bafouant le devoir de responsabilité et où l’économie était aux mains de quelques familles puissantes. La crise financière de 1998 a fait descendre les étudiants dans les rues du pays, donnant ainsi naissance au mouvement « Reformasi ». Je me suis jointe à eux, pour réclamer des changements, et nous avons maintenu la pression jusqu’à la démission de Suharto.
 

Pourquoi la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord a-t-elle besoin d’un nouveau contrat social ?

Shanta Devarajan's picture
Mohamed Elsayyed l World Bank

Les soulèvements qui ont débuté en Tunisie avant de se propager à plusieurs pays du monde arabe en 2010 et 2011 en ont surpris plus d’un chez les économistes du développement, comme moi. 

Pages