Syndicate content

Haïti

2,3 millions de morts en 30 ans : face aux catastrophes, il faut installer une culture de la résilience

Rachel Kyte's picture

Disponible en Español, English

Pour qui examine la situation des habitants du monde, le constat est clair : nos sociétés modernes manquent cruellement de résilience face aux chocs naturels. Les villes se sont étendues en toute anarchie dans des zones exposées aux inondations et aux tempêtes, détruisant des barrières naturelles et rejetant souvent les pauvres à la lisière, aux endroits les plus vulnérables. Les sécheresses, dont la récurrence s’accélère avec le changement climatique, prélèvent leur dîme sur l’agriculture et provoquent des pénuries alimentaires.

Au cours des trente dernières années, les catastrophes naturelles ont fait plus de 2,3 millions de victimes. C’est l’équivalent de la population de Houston ou de la Namibie.

Système de santé en Haïti : mettre le patient au premier plan

Maryanne Sharp's picture

Also available in English and Spanish

Un arbre lui procure un peu d’ombre mais ne la protège guère de la chaleur. Chantal vient de faire la lessive familiale à la rivière. Elle est enceinte de quatre mois.

Nous sommes à une soixantaine de kilomètres au nord de la capitale haïtienne, Port-au-Prince. Le hameau où vit Chantal compte à peine vingt maisons, n’est relié que par un seul chemin de terre et ne dispose d’aucune structure médicale.

Vingt ans plus tard, on ne parle toujours pas assez de sexe

Keith Hansen's picture

Also available in English, Spanish, Portuguese 

 

Au cours des vingt dernières années, cette région a considérablement accru le niveau des échanges sur l’épidémie et le degré de sensibilisation. Les pays ont élaboré des stratégies nationales de lutte contre le VIH/sida (a), intégré les programmes de lutte contre l’épidémie à leurs systèmes de santé et sont parvenus à informer et sensibiliser la quasi-totalité du grand public sur les facteurs de risque du VIH.

 

Cependant, on continue à ne pas assez parler de sexe.

 

Pourquoi faut-il créer les coopératives agricoles en Haïti

Fritz-Gerald Louis's picture

Disponible en : english
Développer les coopératives agricoles en Haïti

Dans mon pays, Haïti, le secteur agricole représente 25 % du PIB national et plus de 50 % des emplois en dépendent. Mais il faut savoir que les métiers de l’agriculture sont d’une grande précarité et ne permettent pas aux paysans et à leurs familles de vivre dignement. Plus de deux tiers des habitants des régions rurales sont pauvres et l’agriculture est leur principale source de revenu. (Source : Institut haïtien de statistique et d'informatique)

L’agriculture est une profession difficile et particulièrement vulnérable aux aléas climatiques. Les exploitants sont confrontés à des risques importants liés aux catastrophes naturelles, au manque de mécanisation et de savoirs faires, et à la difficulté d’accéder aux marchés pour y vendre leurs produits.

Si rien ne change, les revenus des populations rurales resteront faibles et instables et les problèmes liés à la pauvreté ne feront que s’aggraver.

Aider les jeunes haïtiennes à décrocher leur premier emploi et sortir de la vulnérabilité

Olivier Puech's picture

« Est-ce qu’être maçon, conduire des engins lourds ou être électricien sont des métiers qui doivent obligatoirement fait par des hommes ? Non, moi aussi je veux pouvoir exercer ces métiers » La jeune femme qui s’exprime ainsi, c’est Edelène. Elle a 17 ans, elle a quitté l’école en 3eme parce que sa famille ne pouvait plus payer les frais de scolarité. Avec l’aide de sa mère, elle élève son jeune fils d’un an. Nous l’avons rencontrée lors de notre visite à l’association APROSIFA de Carrefour-Feuille dans la banlieue de Port-au-Prince.

Aider les jeunes haïtiennes à décrocher leur premier emploi et sortir de la vulnérabilité

Olivier Puech's picture

Also available in English and Spanish

Edelene et d'autres jeunes femmes partagent leurs espoirs d'une vie meilleure

« Est-ce qu’être maçon, conduire des engins lourds ou être électricien sont des métiers qui doivent obligatoirement fait par des hommes ? Non, moi aussi je veux pouvoir exercer ces métiers »

La jeune femme qui s’exprime ainsi, c’est Edelène. Elle a 17 ans, elle a quitté l’école en 3eme parce que sa famille ne pouvait plus payer les frais de scolarité. Avec l’aide de sa mère, elle élève son jeune fils d’un an. Nous l’avons rencontrée lors de notre visite à l’association APROSIFA de Carrefour-Feuille dans la banlieue de Port-au-Prince.

 

Haiti : Sauvegarder la vie des meres et des enfants a travers un meilleur système de santé

Marie Chantal Messier's picture

Also available in English

 Photo: Anne Poulsen

L'histoire de Nelta n'est pas rare de nos jours en Haiti. Il y a quelques mois, Nelta a donné naissance à son deuxième enfant, Jasmine, dans sa modeste maison de la ville de Jacmel, située près de 45 kilomètres au sud de Port-au-Prince. 

De façon inattendue, au cours de son septième mois de grossesse, Nelta a commencé à avoir des contractions. Vu la distance entre sa demeure et la clinique de santé, elle n’a pas pu arriver à temps pour l'accouchement. Jasmine est née prématurément et avec un faible poids à la naissance.

Puiser les connaissances au cœur de la foule

Mamata Pokharel's picture

Le crowdsourcing : puiser les connaissances au coeur de la foule
Vous cherchez une façon de vous engager et d'affirmer votre solidarité avec ceux qui ont besoin d'aide ? Voulez participer au développement des pays pauvres, mais vous ne pouvez pas partir faire du volontariat en Afrique, et vous n'avez pas le temps ni l'argent nécessaire pour créer une ONG ?


Pages