Syndicate content

Tunisie

Renforcer les autorités locales en Tunisie

Jaafar Sadok Friaa's picture
Vidéo

Pour que la décentralisation fonctionne, les autorités locales doivent gagner en autonomie. La Banque mondiale a ainsi lancé un programme visant à renforcer les capacités des autorités locales et à augmenter la participation des citoyens aux décisions qui les concernent. Jaafar Friaa, responsable de l’équipe qui a conçu le programme nous présente les principaux objectifs.

La course contre la montre de la Tunisie pour la démocratie

Christine Petré's picture
 
Tunis

La Tunisie finalise les inscriptions sur les listes électorales

Le berceau du Printemps arabe est parfois décrit comme le seul État démocratique de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Toutefois, si la Tunisie veut conserver cette distinction et respecter sa nouvelle Constitution, il faut qu’un scrutin légitime se tienne cette année. 

Des « villes intelligentes » en Afrique du Nord : un débat local sur une tendance mondiale

Mehrunisa Qayyum's picture
 Arne Hoel l World Bank

Lorsque vous passez le comptoir d’enregistrement à l’aéroport international Mohamed V de Casablanca, un affichage numérique vous apprend que l’on a utilisé x quantité d’énergie solaire et économisé x quantité d’énergie grâce à l’installation de panneaux polycristallins qui alimentent la plate-forme de transit. Voilà peut-être de quoi surprendre agréablement une touriste qui n’aura pas encore eu l’occasion de constater d’autres progrès, comme le réseau de tramway de Rabat. Mais pour un citoyen du pays, il y a là matière à réflexion, car le terme « ville intelligente » évoque l’idée d’une amélioration de l’infrastructure et du recours à la technologie. Cependant, dans les pays du Maghreb, les attributs d’une ville « intelligente » sont plus souvent un sujet de discussion qu’une incitation à passer à l’action. 

ARAIEQ : Œuvrer ensemble pour améliorer la qualité de l’enseignement dans les pays de la région MENA

Simon Thacker's picture


Le Programme régional pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement dans le monde arabe (ou ARAIEQ selon son acronyme en anglais) a tenu ce mois-ci à Tunis sa deuxième réunion annuelle des représentants des institutions de la région. Ce réseau repose sur une idée simple : les pays arabes doivent relever un défi désormais parfaitement reconnu, celui d’améliorer la qualité et la pertinence de leurs systèmes éducatifs. Il est donc logique qu’ils mettent en commun leurs solutions. La réunion visait à examiner les avancées réalisées l’an passé et à réfléchir aux moyens de renforcer encore la collaboration à l’avenir. À quoi est-on parvenu ?

Le Fonds pour l'environnement mondial et ses multiples impacts

Suiko Yoshijima's picture
 © Dana Smillie / World Bank

Le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) est un mécanisme de financement indépendant qui dispose de son propre processus d’examen et d’approbation. Il a formé des partenariats avec plusieurs institutions, dont la Banque mondiale, en vue de la préparation, de la supervision et de l’exécution des projets qu’il finance dans les pays en développement. 

Dans quelle mesure les marchés publics peuvent-ils favoriser l’activité des PME au Moyen-Orient et Afrique du Nord ?

Rachel Lipson's picture


Les décideurs politiques de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord se soucient aujourd’hui davantage des petites et moyennes entreprises. Les PME sont en effet perçues comme un puissant moteur économique pour de nombreux pays de la région : elles contribuent à stimuler la croissance, l’innovation et la concurrence, et jouent également un rôle significatif dans la création de nouveaux emplois sur des marchés où l’offre manque cruellement.

Le recul historique des taux de mortalité infanto-juvénile en Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Farrukh Iqbal's picture


Au cours des quarante dernières années, les taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans ont baissé dans l’ensemble du monde en développement, et tout particulièrement dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. 

On ne construit pas la paix sur des ventres vides

José Cuesta's picture
 le cas du Honduras et du Soudan (2007-2014)

Les émeutes de la faim consécutives à l’envolée des prix alimentaires de 2007 ont fait couler beaucoup d’encre, ne serait-ce qu’à cause du nombre de victimes, morts et blessés, à déplorer. Et si le niveau et l’instabilité actuels des prix alimentaires devaient persister, il y a de vrais risques de nouvelles répliques dans les mois à venir. Comment imaginer en effet que ces mouvements disparaissent, quand le climat est plus imprévisible que jamais, quand des gouvernements sous pression et en proie aux difficultés choisissent la solution de facilité en adoptant des mesures commerciales de panique et quand les catastrophes humanitaires sur fond de pénuries alimentaires se répètent.

Les chocs sur les prix des produits vivriers ont à plusieurs reprises déclenché des épisodes d’instabilité sociale et politique spontanée, surtout dans les villes. Mais toutes ces explosions de violence ne naissent pas du jour au lendemain : la concurrence toujours plus rude pour le sol et l’eau peut, nous l’avons observé, mettre le feu aux poudres. Si l’on ajoute la pauvreté et les inégalités endémiques, des revendications non satisfaites et l’absence de filets de protection sociale adaptés, on obtient un mélange où l’insécurité alimentaire flirte dangereusement avec le conflit. La liste est longue d’événements violents de ce type, en Argentine, au Cameroun, au Pakistan, en Somalie, au Soudan ou encore en Tunisie. Le numéro de mai du rapport trimestriel Food Price Watch s’en fait le relai.

Partage d'expérience sur la libéralisation de la gestion de noms de domaine en Tunisie et Turquie

Michel Rogy's picture

Comment accompagner les entreprises du continent africain, et notamment les petites et moyennes entreprises, vers une plus grande utilisation de l’Internet ? Cette question se pose avec une acuité croissante sur un continent où plus de 50% de la population a moins de 20 ans et recherche deux fois plus d'information que ses aînés sur les canaux numériques rendus de plus en plus accessibles avec le décollage du haut débit mobile en Afrique.

Ceci est également une nécessité pour la croissance et pour la compétitivité dans un univers économique de plus en plus mondialisé où clients et partenaires utilisent de manière toujours plus intensive les outils de l’économie numérique.

La mise en place d’un cadre juridique et réglementaire approprié fait partie des prérequis indispensable, pour promouvoir le développement des activités économiques sur Internet, comprenant notamment des lois sur les transactions électroniques, la protection des données personnelles et la cybercriminalité, mais également des dispositions relatives aux noms de domaines.

Micros, petites et moyennes entreprises, soyez au rendez-vous !

Eileen Murray's picture


Saviez-vous que, malgré son immense potentiel en termes d’inclusion économique, la microfinance est, dans la région Moyen Orient et Afrique du Nord, le segment le moins développé dans le monde? Saviez-vous que plus de 60% des micro-crédits sont généralement obtenus par des femmes pour créer des activités génératrices de revenus supplémentaires pour le ménage ? Enfin, saviez-vous que la microfinance est l’outil le plus performant pour dynamiser des régions mal desservies, bien loin devant les banques et les réseaux postaux ?

Pages