Syndicate content

Yémen, Rép. du

Demandeurs d’asile, réfugiés et déplacés : un problème qui ne concerne pas uniquement l’Europe

Omer Karasapan's picture


Les événements tragiques survenus en Méditerranée, que des milliers de demandeurs d’asile tentent de franchir au péril de leur vie, rappellent au monde entier que ce phénomène sans précédent de migrations sera l’un des enjeux du 21e siècle. « Jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, il n’y a eu autant de migrants et de réfugiés », indique Leonard Doyle, porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Selon les estimations, il y aurait eu 16,7 millions de réfugiés et 34 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays à fin 2013. Les conflits en Iraq, en Syrie, au Liban et au Yémen ont donné lieu à environ 15 millions de réfugiés, un chiffre qui s’accroît quotidiennement. En quelques semaines, le conflit au Yémen a chassé 150 000 personnes de chez elles tandis qu’en Iraq, 114 000 personnes ont fui la ville de Ramadi pour rejoindre les quelque 3 millions de réfugiés et de déplacés que compte le pays.

#JournéeDeLaTerre : inondations, sécheresses et chaleur extrême menacent le monde arabe

Maria Sarraf's picture


Si la Terre se réchauffe trop au cours de ce siècle, la vie deviendra plus difficile pour la plupart des habitants de la planète. Mais dans quelle mesure sera-t-elle plus dure pour les personnes qui vivent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA), une région déjà connue pour ses climats chauds et arides ? Quand on parle de changement climatique, on pense généralement hivers rigoureux, étés brûlants, sécheresses prolongées et inondations spectaculaires Pour beaucoup d’entre elles, le changement climatique entraînera la perte des sources de revenus traditionnelles, des migrations forcées et une lutte de tous les jours pour joindre les deux bouts. Cependant, la Journée de la Terre met en lumière le lien qui existe entre l'impact du changement climatique sur la nature et le destin de l'humanité. 

MENA : la crise de l'eau en chiffres

Ghanimah Al-Otaibi's picture
Young boy in a rural area


Alors qu’elle abrite 6 % de la population mondiale, elle ne totalise que moins de 2 % des réserves d’eau renouvelables de la planète. Elle constitue ainsi la région la plus aride du monde en comptant 12 des pays ayant les ressources en eau les plus limitées au monde : Algérie, Bahreïn, Koweït, Jordanie, Libye, Oman, Territoires palestiniens, Qatar, Arabie saoudite, Tunisie, Émirats arabes unis et Yémen.

10 choses à savoir sur les femmes dans le monde arabe

Maha Abdelilah El-Swais's picture


Les femmes représentent aujourd’hui 49,7 % des quelque 345,5 millions d’habitants de la région Moyen-Orient et Afrique du nord.  Malgré les nombreux progrès enregistrés dans la lutte contre les disparités entre les sexes et dans la situation des femmes en matière de santé, de représentation politique et de participation à la vie active, de nombreux obstacles subsistent.

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, voici dix choses à savoir sur les femmes du monde arabe. 

Nouvelles données : les richesses dissimulées révèlent l’ampleur des disparités économiques au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Catherine Bond's picture


L’écart entre riches et pauvres dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord paraissait jusqu’à présent moins important que dans d’autres régions du monde, sur le plan statistique du moins. C’était sans compter sur les richesses placées à l’étranger en toute discrétion, et dont l’ampleur émerge aujourd’hui grâce à la recherche de nouvelles sources de données.

Les syndicats d’enseignants peuvent-ils améliorer la qualité de l’enseignement dans le monde arabe ?

Kamel Braham's picture


Dans de nombreux pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, et ailleurs dans le monde, les enseignants, qui jouent un rôle central dans les efforts d’amélioration de la qualité de l’enseignement, ne sont pas formellement impliqués dans la conception des politiques et programmes de réforme du secteur de l’éducation.

Yémen : si les promesses d’aide sont considérables, elles restent trop peu honorées

Nabil Ali Shaiban's picture
 World Bank l Foad Al Harazi

Voilà quatre ans qu’un vaste mouvement de protestation au Yémen a dénoncé la corruption et les injustices. Depuis, la situation ne s’est guère stabilisée. En septembre 2012, le pays nourrissait l’espoir de s’engager vers une transition politique et l’aide de la communauté internationale des donateurs affluait massivement. Aujourd’hui, les Yéménites n’ont plus d’espoir vis-à-vis de leur gouvernement ni de la capacité de l’aide extérieure à changer les choses.

Un pétrole à bas prix : quelles conséquences pour le monde arabe?

Shanta Devarajan's picture
.

Face à la chute des cours du pétrole, on assiste à des débats animés autour des effets de cette baisse dans le monde arabe, notamment par le biais du hashtag النفط_دون_50_دولار # (« un baril à moins de 50 dollars »). L’économiste en chef de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Shanta Devarajan, nous livre son analyse de la situation

Améliorer la qualité de l'éducation au Yémen

Wael Zakout's picture

Lorsque je suis arrivé à Sanaa début 2012, j'ai rencontré de nombreuses composantes de la société yéménite : personnalités politiques, membres d’organisations de la société civile, représentants de groupes de jeunes et de femmes, et, bien entendu, les membres du nouveau gouvernement. Il est clairement ressorti de ces discussions que tous mes interlocuteurs accordaient une place prédominante à l’éducation.

Débat : Le monde arabe s’en sortirait-il mieux sans les subventions à l’énergie ?

Will Stebbins's picture
The Debate

Les gouvernements des pays arabes pratiquent depuis longtemps les subventions à l’énergie. Ce faisant, les populations de la région paient leur carburant et leur électricité à un prix inférieur au marché. Mais quel est le véritable impact de ces subventions et justifie-t-il l’écrasante charge financière qu’elles font peser sur les budgets publics ? C’est là une interrogation cruciale dans les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), étant donné que la région concentre une part disproportionnée des subventions à l’énergie dans le monde.


Pages