Syndicate content

Monde

Une feuille de route audacieuse pour les villes chinoises

Sri Mulyani Indrawati's picture
Également disponible en: English | 中文

Crédit photo de Li Wenyong

En 2030, plus de 300 millions de Chinois devraient avoir migré vers les villes. D'ici là, 70 % de la population vivra en milieu urbain. Compte tenu de la taille de la Chine, cela signifie qu'un citadin sur six dans le monde sera Chinois. En Chine et ailleurs, les défis qui découlent de cette mutation démographique sont déjà visibles et bien connus.

En quoi consiste le développement ? À aider les pauvres pour s’aider soi-même

Jim Yong Kim's picture

Ce billet fait partie d’une série de textes dans lesquels des leaders d’opinion membres du programme LinkedIn Influencers présentent leur secteur d’activité et dessinent son avenir. Consulter tous les billets de blog (a).

Beaucoup associent, à tort, mon domaine d’activité à de la bienfaisance en faveur des pauvres. Il ne s’agit pas de dénigrer les organisations caritatives : elles accomplissent un travail louable et généreux. Mais le développement va au-delà de la philanthropie et son importance pour l’économie mondiale est bien plus grande qu’on ne le pense.

Après la crise financière de 2008-2009, ce sont les pays en développement qui, grâce à leur croissance alerte, ont contribué (à hauteur de 50 % environ) à redonner des couleurs à l’économie mondiale. Aujourd’hui par exemple, une bonne moitié des exportations des États-Unis partent vers les marchés émergents et les économies en développement. Où l’on voit que le développement économique mondial peut aussi améliorer vos bénéfices…

Quel est le lien entre la jeunesse, l'ouverture des gouvernements et le développement ?

Felipe Estefan's picture

Pourcentage de jeunes exprimant le souhait que leur gouvernement soit plus ouvert. 
Source :  Global Opening Government Survey


La période de l’Histoire que nous traversons ne ressemble à aucune autre auparavant.
 
Aujourd’hui, nous sommes en mesure d’échanger des connaissances et des compétences d’un bout à l’autre de la Terre. Et chaque échange ne nécessite pas plus de quelques secondes grâce à des outils qui sont, d’un jour à l’autre, à la fois plus sophistiqués et plus accessibles à tous.
 
Maillon clé de cette nouvelle ère, les jeunes n’ont jamais été aussi nombreux : avec 1,2 milliard d’individus âgés entre 15 et 24 ans.
 
Les chiffres à travers le monde sont impressionnants. La proportion de jeunes au Moyen-Orient est aujourd’hui plus importante que jamais, avec presque 100 millions de personnes entre 15 et 29 ans, soit environ 30 % de la population. On estime que le Nigeria, un pays où les jeunes représentent plus de la moitié de la population, comptera près de 1 milliard de jeunes d’ici 2100.
 
C’est bien pour cette raison que, lorsqu'on parle de mettre fin à la pauvreté extrême dans le monde, il est indispensable d’inclure les jeunes dans le débat. On estime que 90 % des jeunes  vivent aujourd’hui dans les pays en développement, parmi lesquels 225 millions sont inactifs – sans formation, sans éducation et sans travail.
 
En matière de développement, les jeunes ont un rôle fondamental à jouer avec des conséquences sur notre avenir à tous. Heureusement, avec l’accès aux technologies de l’information et de la communication, les jeunes sont mieux équipés que jamais pour prendre leur destin en main.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le gaspillage alimentaire sans jamais oser le demander

Anne Senges's picture

Le 5 mars dernier, José Cuesta, économiste à la Banque mondiale et auteur du rapport « Food Price Watch »,  a répondu aux questions des internautes lors d’un tchat consacré à la question du gaspillage et des pertes alimentaires dans le monde. Si de nombreuses questions et commentaires ont eu trait aux grandes quantités de produits frais qui se perdent dans les pays en développement – notamment en Afrique  et aux solutions qui permettraient de réduire ces pertes, d'autres ont consisté à identifier les facteurs responsables du gaspillage.

Tchat sur le gaspillage et les pertes alimentaires avec José Cuesta
José Cuesta et l'équipe du tchat ont répondu en direct aux questions des internautes.

Qui sont les femmes qui vous inspirent le plus ?

Michelle Pabalan's picture

Pensez-y une minute. Combien de femmes font partie des personnes qui vous inspirent jour après jour ? Qui sont-elles ? Dans quel contexte les avez-vous rencontrées ? L'une d'elles était-elle ouvrière de construction sur un chantier en Jamaïque ? Ou bien sage-femme au Soudan, ou encore créatrice de bijoux au Costa Rica ? Peut-être était-elle étudiante en Inde, ou entrepreneuse en Égypte ?

Lorsque quelqu'un nous demande de citer les personnes qui nous inspirent le plus, la plupart d'entre nous pensons instantanément à des personnalités publiques, des hommes ou des femmes politiques, des célébrités, des chefs de files qui ont bouleversé le cours des choses et dont les noms resteront dans l'Histoire. Pourtant, ceux qui influencent le plus profondément la façon dont nous pensons et dont nous faisons nos choix sont souvent de simples individus dont nous avons eu la chance de croiser le chemin. Leur façon d'être et d'agir nous inspire respect et admiration. C'est pour cette raison que nous essayons de leur ressembler. Ces individus, peu importe qu'ils soient de sexe féminin ou masculin, nous insufflent une force qui nous pousse à avancer.

Nous célébrons cette semaine la Journée internationale de la femme. À cette occasion, nous vous invitons à découvrir 11 portraits de femmes du monde entier qui ont fait des progrès incroyables pour atteindre les objectifs qu'elles se sont fixés avec des effets durables sur la vie de leurs enfants, de leurs familles et de leurs communautés.

Le président Jim Yong Kim dénonce les coûts humains et sociaux exorbitants de la discrimination

Elizabeth Howton's picture

Jim Yong Kim est bien placé pour parler de discrimination. D’origine asiatique, il a grandi dans l’Iowa où des enfants mimaient des gestes de kung-fu quand ils le voyaient, en lui lançant des insultes racistes. Pourtant, dans un article publié par le Washington Post (disponible en français), le président du Groupe de la Banque mondiale indique que ces agissement n’étaient que des « vexations insignifiantes » si on les compare à ce qu’endurent aujourd’hui les gays et lesbiennes en Ouganda et au Nigeria, à la suite de la promulgation de lois rendant l’homosexualité passible de prison à vie.

Prix alimentaires : le pire est-il derrière nous ?

Donna Barne's picture

panier de maïs © Curt Carnemark / Banque mondiale Un simple coup d’œil aux derniers fils d’information sur Google et vous verrez que la cherté des denrées alimentaires continue de faire l’actualité. Pourtant, à l’échelle de la planète, le prix moyen des principaux produits vivriers a en fait reculé de 11 % par rapport à son niveau de janvier 2013. C’est le constat dressé par la dernière édition du rapport trimestriel Food Price Watch du Groupe de la Banque mondiale. Doit-on en conclure que nous sommes sortis de la zone de danger ? Nous avons posé la question à José Cuesta, l’auteur du rapport.

Pertes et gaspillage alimentaires : le choc des chiffres, le poids des privations

José Cuesta's picture

Beaucoup pensent que les statistiques sont une discipline sans âme et impersonnelle. Moi, j’ai toujours été convaincu du contraire. S’agissant du monde en développement, les chiffres frappent fort : ils nous parlent de tous ces millions de personnes qui vivent avec moins de 1,25 dollar par jour, d’enfants qui meurent de maladies évitables ou ne peuvent pas aller à l’école, de familles privées d’eau potable et d’électricité dans un monde technologique hypersophistiqué… Et ce ne sont là que quelques exemples.

Les statistiques concernant l’alimentation sont cependant celles qui m’ont toujours semblé le plus éloquentes : chaque soir, 842 millions de personnes se couchent la faim au ventre, alors que le monde produit en fait suffisamment de nourriture pour fournir en moyenne à chaque individu 2 700 kilocalories (kcal) par jour.

Statistiques de la dette internationale : trois changements pour 2014

Neil Fantom's picture

La Banque mondiale collecte depuis 1951 des statistiques sur la dette de ses pays emprunteurs, via son système de notification de la dette. Publiées depuis de nombreuses années sous le titre World Debt Statistics (voir par exemple l’édition 1982 [a]), puis sous le titre Global Development Finance (volume 2 [a]), ces statistiques internationales sont, depuis 2013, regroupées dans le cadre d’une publication intitulée International Debt Statistics (IDS)(a) et enrichie de statistiques trimestrielles sur la dette extérieure et la dette du secteur public.

L’année dernière, nous avions revu notre stratégie de diffusion des Indicateurs du développement dans le monde (WDI) (a) et procédé à des améliorations (a) destinées à accroître la qualité et l’accessibilité de nos indicateurs, tableaux et analyses statistiques. Cette année, nous nous penchons sur les statistiques de la dette et envisageons, là aussi, un certain nombre de changements. L’ensemble de données 2014 (a), qui contient des statistiques relatives à 2012, a été publié à la mi-décembre, comme c’est habituellement le cas, mais ces données seront présentées différemment à compter de la mi-février.

Le meilleur conseil qu'on puisse donner : lancez-vous !

Jim Yong Kim's picture

L'un des meilleurs conseils qu'on m'ait jamais donnés est aussi d'une grande simplicité : lancez-vous !

​C'est le docteur Ted Alyea, médecin au Brigham and Women’s Hospital (a), un grand hôpital de Boston, qui m'a donné ce conseil en 1991, alors que, en tant qu'interne, je n'en étais qu'aux tout premiers stades de la médecine.

Nous nous trouvions devant la chambre d'un patient en soins intensifs. Notre équipe était en train de discuter du traitement à administrer à un patient dans un état grave, lorsque Ted m'a dit : « Dis-nous ce que tu penses que nous devons faire maintenant. Lance-toi ! »

Mais suivre le conseil de Ted n'était pas si simple. Il semble risqué pour un misérable interne de simplement « se lancer ». Et si je me trompais complètement et que je recommandais quelque chose qui pourrait nuire au patient dans une situation de vie ou de mort ?

Est-ce que qui que ce soit me ferait confiance après ça ?


Pages