Syndicate content

Arts et culture

Donner plus de pouvoir aux filles pour mettre fin à la pauvreté

Ravi Kumar's picture

Girl Rising. Banque mondialeSokha est cambodgienne et orpheline. Pour survivre, la jeune fille frêle devait faire les poubelles. Puis, par un heureux concours de circonstances, elle a pu entrer à l’école et devenir l'une des meilleures élèves de sa classe. Son histoire et celle de neuf autres personnages sont racontée dans le documentaire Girl Rising (a), un projet conçu pour sensibiliser l’opinion à la situation des filles dans les pays en développement.

Le film a été projeté le 18 avril au siège de la Banque mondiale, à Washington, à l’occasion d’un événement (a) organisé afin de mettre un nouveau coup de projecteur sur le combat en faveur de l’éducation des filles dans le monde. De nombreuses personnalités y ont assisté, dont le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et Justine Greening, ministre du Développement international du Royaume-Uni, mais aussi Holly Gordon, productrice exécutive de Girl Rising, l’actrice Freida Pinto et Shabana Basij-Rasikh, fondatrice de SOLA (a), une organisation qui milite pour l’accès à l’éducation et aux opportunités des femmes afghanes. Cet événement leur a permis d’échanger des réflexions sur la nécessité d'améliorer la condition des femmes, de faire respecter leurs droits et faire en sorte qu'elles participent à tous les processus de décision.

Un jeune Népalais illustre les inégalités et remporte un concours de photos

Ravi Kumar's picture

Disponible en English, Español

Jeunes népalais- Pictures Inequality

Parmi les photos poignantes récompensées lors du concours « Picture Inequality » organisé récemment par la Banque mondiale, l’une m’a particulièrement ému.

Elle représente un adolescent chétif en train de casser des cailloux pour fabriquer du gravier qui servira à la construction de routes au Népal. Cette photographie traduit bien le désarroi que ressentent de nombreux jeunes au Népal, ce pays enclavé d’Asie du Sud qui a toutes les difficultés à se remettre d’une décennie de guerre civile. Et elle confirme qu’une bonne photographie vaut mieux qu’un long discours.

Le photographe, le Népalais Niraj Prasad Koirala, âgé de 24 ans, est l'un des dix lauréats dont les photographies et les textes décrivent le mieux les inégalités et la façon dont ils voudraient rendre le monde meilleur. La photographie de N. P. Koirala figure parmi les onze clichés qui ont été sélectionnés par un jury d’experts sur les 756 photos reçues entre le 25 octobre et le 16 décembre 2012.

Un orchestre de jeunes Afghans fait souffler un vent d’harmonie sur la Banque mondiale !

Ravi Kumar's picture

Disponible en English, Español

Afghanistan National Institute of Music Concert
Des étudiants de l'Institut national de musique d’Afghanistan jouent à l'Atrium Wolfensohn (Banque mondiale).

Il y a des jours où la vie nous rappelle que l'on a raison d'avoir confiance en l’humanité. Ce fut le cas aujourd’hui.

Cet après-midi, dans la lumière d'un beau soleil d'hiver, de jeunes musiciens venus d’Afghanistan ont montré l’étendue de leur talent à l’occasion d’un concert donné au siège de la Banque mondiale, à Washington.

Quelle joie de pouvoir les voir et les entendre jouer, et quel exemple ! Filles et garçons, âgés de 9 à 21 ans, ils sont venus de loin, d’un pays déchiré par la guerre. Leur détermination et leur travail, en dépit de tous les obstacles, m'ont touché tout particulièrement, moi qui ai connu dans mon enfance une décennie de guerre civile au Népal.

25 jeunes artistes d’Asie du Sud présentent leurs visions de l’avenir

Ravi Kumar's picture

Disponible en English, Español

L’art peut-il modifier notre vision de l’avenir ?

C’est tout l’enjeu de l’exposition « Imaginons notre avenir ensemble » montée par la Banque mondiale. En ce froid mardi soir de janvier, dans l’atrium Wolfensohn, au siège de l’institution, on inaugure l’événement en présence des artistes. Ils sont jeunes, tous venus d’Asie du Sud. L’idée de cette exposition était de faire connaître le travail de 25 jeunes créateurs et de montrer leur vision d’une Asie du Sud plus unie et intégrée.

HappyLife et les Social Games : la solidarité devient virale !

Liviane Urquiza's picture

Happy Life - un jeu viral pour sensibiliser aux défis mondiauxGrâce au jeu HappyLife lancé il y a tout juste un an, les utilisateurs de Facebook peuvent aider à financer les projets de petits entrepreneurs un peu partout dans le monde.

Le principe : chaque joueur développe sa propre micro-entreprise dans le monde virtuel de HappyLife, puis réinvestit ses gains pour aider un entrepreneur à lancer son affaire dans le monde réel.

« Un projet de solidarité à l’échelle mondiale »

La semaine dernière, j’ai eu la chance de discuter avec Stéphane Buthaud, le fondateur de HumanoGames, un studio de jeux vidéo qui s’est fixé pour but de « changer des vies ».

A priori, rien ne prédestinait Stéphane à l'univers des jeux en ligne. Après des études d’ingénieur et un Master en Affaires internationales, il s’est forgé une solide expérience dans des projets de microfinance pour le compte de plusieurs ONG, d’abord en Bosnie, puis au Rwanda, en Chine, en Argentine, etc. Jusqu’au jour où il a décidé de monter sa propre entreprise sociale.

Brésil : donner leur chance aux musiciennes en herbe

Maria Cristina Gallegos's picture

L'apprentissage de la musique contre la violence et en faveur de la participation sociale des jeunes filles

Dans la région pauvre du Nordeste au Brésil, l'État de Rio Grande do Norte possède un véritable trésor  l'Orchestre philharmonique de São Tomé, qui vibre au rythme d'une jeunesse pleine de talent.

Bientôt des études artistiques à Madagascar ?

études artistiques pour les jeunes de Madagascar
L’art ne tolère aucune limite. La preuve en est l’existence d’un réseau considérable autour du domaine artistique, même dans les régions les plus pauvres du monde, comme Madagascar. Des festivals et des concours sont organisés chaque année partout dans le monde et servent d’échanges entre amateurs et professionnels issus des quatre coins de la planète.

Être handicapé ce n’est pas être incapable

Maria Cristina Gallegos's picture

Le handicap n'a pas empêché Prudence de s'engager

Vous connaissez sans doute Amadou et Mariam, le couple de musiciens et chanteurs maliens qui ont rencontré un grand succès avec leur tube « Je pense à toi » malgré leur handicap -- ils sont tous les deux aveugles, comme Stevie Wonder et Ray Charles.

Nombreux sont les artistes qui ont prouvé que le handicap n'empêche pas d'accomplir de grandes choses. Le slameur Grand Corps Malade, le chanteur Beken, ou encore le comédien Djamel Debbouze, tous sont handicapés, et tous sont devenus de véritables stars. 

Ces personnalités ont au moins une chose en commun : elles sont là pour nous rappeler que la différence, c'est surtout dans la tête, et que, même si la vie ne nous fait pas de cadeau, rien n'est impossible tant que l'on est déterminé à aller de l'avant.

Le romancier Yasmina Khadra répond à vos questions

Liviane Urquiza's picture

Yasmina Khadra interview facebook
Du 12 décembre 2011 au 2 janvier 2012, sur Facebook, Youthink! a recueilli les questions que vous souhaitiez poser à Yasmina Khadra, auteur incontournable de la littérature francophone (plus de 500 000 exemplaires vendus en France rien que pour l'année 2008 avec son roman Ce que le jour doit à la nuit), connu dans le monde entier (ses ouvrages sont édités en 33 langues différentes dans plus de 40 pays) pour ses romans engagés en faveur du développement de la paix et de la démocratie en Afrique et au Moyen-Orient.

Photographe des droits humains et de l'exil

Liviane Urquiza's picture

YouThink! Road Safety

Matthieu Alexandre dévoile en images des situations d'exil et de non-respect des droits humains. En 2010, son reportage sur des Irakiens réfugiés en Syrie et au Liban a reçu le 1er Prix du reportage Ars-Imago à Rome et a été exposé en Italie, en Suisse, aux USA et au Canada. Matthieu a accepté de nous raconter son itinéraire et les motivations qui l'ont poussé à devenir un photographe engagé. ...


Pages