Syndicate content

humanitaire

Villes-refuge : une perspective urbaine face au problème des déplacements forcés

Axel Baeumler's picture
Villes-refuge
Photo : Mohamed Azakir / Banque mondiale


Le nombre de réfugiés et de déplacés dans le monde a atteint un record sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale, en raison notamment du conflit en Syrie, où plus de la moitié des habitants ont été contraints de quitter leur foyer.

Pour beaucoup d’entre nous, la crise syrienne évoque des images de familles bloquées aux frontières de l’Europe et de gigantesques camps humanitaires. Or, en réalité, ceux qui fuient la violence ont majoritairement trouvé refuge dans des villes en Syrie et dans les pays voisins, en quête de sécurité, de meilleurs services et d’emplois.

La concentration de ces populations dans les zones urbaines, et non plus dans des camps, oblige à réfléchir aux meilleurs moyens de faire face au défi des déplacements forcés. Le problème ne se limite pas à la Syrie : il concerne nombre de pays touchés par un conflit au Moyen-Orient et ailleurs.

Face à la famine, rapprocher les interventions humanitaires et de développement

Franck Bousquet's picture
 UNICEF
Des déplacés du camp Muna Dalti, au Nigéria, font la queue pour remplir leurs bidons d’eau. Crédit photo : UNICEF


La semaine dernière, j’ai représenté le Groupe de la Banque mondiale lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies (a) consacrée à la riposte à la famine au Nigéria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen. Dans ces quatre pays, plus de 20 millions d’habitants sont victimes de la famine ou sous la menace de ce fléau dans les six prochains mois. D’où la nécessité d’agir d’urgence pour éviter que la situation ne se dégrade un peu plus.
 
Le Conseil de sécurité n’est a priori pas l’endroit où l’on s’attend à retrouver une institution de développement comme la Banque mondiale, surtout pour évoquer une crise humanitaire de ce type.
Concrètement cependant, la famine peut ralentir le développement par les atteintes durables qu’elle provoque sur le plan de la santé, des capacités d’apprentissage et des perspectives de gains des personnes touchées, surtout s’il s’agit d’enfants.
 
En outre, la prévention des conflits violents — l’une des causes directes de la famine dans ces pays — et la prise en compte des facteurs de fragilité sont au cœur des chantiers communs de l’ONU et de la Banque mondiale.
 
La réunion du Conseil de sécurité a permis d’approfondir notre engagement et de rechercher le soutien des pays membres afin de démultiplier nos interventions d’aide. Elle s’inscrivait dans la lignée de la réunion de haut-niveau sur la réponse à la famine (a) organisée pendant les Réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale, en avril dernier, et coprésidée par le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, et le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim. Les deux organisations étaient alors convenues de mesures à prendre pour stopper la crise actuelle, affichant une tolérance zéro face à la réapparition des famines.
 
Dans ses remarques liminaires, la vice-secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed, a rappelé le nombre alarmant de personnes menacées par la famine. Dans certains pays, la situation s’aggrave et touche particulièrement les femmes et les enfants. L’aide humanitaire et l’aide au développement continuent certes de faire la différence sur le terrain, mais 60 % des besoins humanitaires ne sont toujours pas financés.

Est-ce un oiseau ? Un avion ? Non, c’est un drone humanitaire comestible !

Magdalena Mis's picture

By Windhorse Aerospace

Des drones « comestibles » pour transporter de la nourriture, de l’eau ou encore des médicaments en cas d’urgence humanitaire : selon ses promoteurs, cette invention pourrait bientôt s’avérer un outil incontournable pour ravitailler les zones isolées touchées par une catastrophe naturelle ou un conflit.

Avec un stock de 50 kilos de nourriture dans ses compartiments, chaque drone pourrait nourrir jusqu’à 50 personnes par jour, pour un coût de 150 livres, promettent-ils.

La carlingue du « Pouncer » — nom donné au prototype — est en bois pour l’instant, mais ses concepteurs envisagent de passer aux matériaux comestibles dans sa prochaine version.

La crise des réfugiés exige une réponse humanitaire et de long terme

Jim Yong Kim's picture
Denham et sa famille vivent sous cette tente dans un camp de réfugiés depuis quatre ans. © Dominic Chavez/Banque mondiale


Les plus grands périls ne s’arrêtent pas aux frontières. La crise actuelle des réfugiés le démontre clairement, par son ampleur inédite et ses retentissements sur des individus et des régions très éloignés des lieux touchés par la guerre civile, la fragilité et le conflit. Le référendum qui vient de consacrer le divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne témoigne, pour partie, de la portée déstabilisante des déplacements forcés.