Syndicate content

mettre fin à la pauvreté

Fally Ipupa : un enfant de l’Afrique avant tout

Liviane Urquiza's picture
Fally Ipupa rejoint l'initiative #Music4Dev de la Banque mondialeAlors qu’il était de passage aux États-Unis pour une série de concerts (notamment celui du Global Citizen Earth Day 2015 à Washington (a) où il a partagé la scène avec No Doubt, Usher, D’Banj et bien d’autres) Fally Ipupa nous a rendu visite au siège de la Banque mondiale. Nous l’avions invité à rejoindre notre initiative #Music4Dev qui consiste à réunir des musiciens du monde entier autour d’un même objectif,  faire passer ce message :

Notre génération peut mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030,
à condition d’agir ensemble dès maintenant.


Fally Ipupa a accepté notre invitation ! La suite, nous vous laissons la découvrir en images...

Le rôle des organisations confessionnelles dans la lutte contre l’extrême pauvreté en cinq points clés

Sonia Porter's picture

Le Groupe de la Banque mondiale développe un intérêt croissant pour mieux comprendre la place des organisations confessionnelles dans le développement et se mobilise afin de mieux en tirer parti. Cinq éminents dignitaires religieux et spirituels étaient réunis le mois dernier au siège de la Banque mondiale à Washington, dans le cadre d’une table ronde animée. Aux côtés du président Jim Yong Kim, ils ont discuté du rôle essentiel joué par les organisations confessionnelles dans l’optique de mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici à 2030. Voici cinq pistes de réflexion tirées de leurs échanges que nous espérons faire fructifier, en poursuivant le dialogue entre le Groupe de la Banque mondiale et les responsables religieux.

La foi, instrument de lutte contre l’extrême pauvreté

#Music4Dev, ou comment mettre fin à la pauvreté avec des chansons

Korina Lopez's picture
#Music4Dev avec D’Banj


Mettre fin à la pauvreté

Il n'y a pas si longtemps, le concept lui-même semblait inimaginable, voire ridicule. Pourtant, à mesure que 2030 approche, l'objectif consistant à mettre fin à l'extrême pauvreté semble à portée de main. Nous avons appris que, en tant que citoyens du monde, il est de la responsabilité de chacun de faire en sorte que tout le monde ait accès à… eh bien, tout ! Eau potable, assainissement, éducation, égalité des chances, tout !

L'action naît de la connaissance. Si les gens n'ont pas conscience que les choses doivent changer, rien ne changera jamais. C'est dans cet objectif que nous avons mis en place une nouvelle initiative visant à sensibiliser le public aux questions de pauvreté, #Music4Dev (« Musique pour le développement »), qui propose à des artistes du monde entier de faire connaître leur musique en se servant de la Banque mondiale comme d'une scène, littéralement.

#JeVoisChaqueJour le monde changer sous mes yeux. Et vous ? Que voyez-vous ?

Korina Lopez's picture
Tous les jours, je vois que le monde change. Et vous ? Que voyez-vous ?

En 1968, à la suite de l’assassinat de Martin Luther King, certains quartiers de Washington ont été dévastés par les émeutes. Dans Georgia Avenue et aux alentours, le temps semblait s’être arrêté. Les immeubles et les boutiques avaient un côté délabré et rares étaient les personnes à s’aventurer par ici — exception faite des automobilistes qui empruntaient cette route, l’un des principaux axes entre le Maryland et la capitale fédérale.

TEDxWBG : Mettre fin à la pauvreté, c’est possible, à condition de faire preuve de courage, d’ingéniosité et de détermination

Angela Walker's picture
Montage-photo présentant tous les intervenants du TEDxWBG


La conférence TEDxWBG s’est déroulée en trois temps, avec une première session, « Atteindre les exclus », pour mieux comprendre la pauvreté à l’aune des individus, en s’intéressant à leurs lieux de vie et aux solutions pour les aider. Pour la deuxième session, « Passer à l’échelle supérieure pour avoir plus d’impact », les intervenants ont évoqué des idées originales qui, sorties de leur phase pilote, ont permis de toucher un maximum de personnes. Quant à la dernière session, sur le thème « Transformation et innovation », elle a mis à l’honneur celles et ceux qui font évoluer leurs sociétés.

Une restructuration, pour mettre fin à la pauvreté et réduire les inégalités

Jim Yong Kim's picture

Una reorganización para poner fin a la pobreza y reducir las desigualdades

Il y a deux ans jour pour jour, j’ai eu le grand honneur de prendre la présidence du Groupe de la Banque mondiale. Alors que j’avais consacré presque toute ma vie à ce qui constitue aussi la mission de cette institution — œuvrer pour un monde sans pauvreté —, j’ai d’emblée posé aux économistes de la Banque mondiale la question suivante : peut-on en finir avec l’extrême pauvreté, et si oui, quand ? On m’a répondu qu’il serait difficile mais possible de mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030.

Les 188 pays actionnaires de la Banque mondiale ont fait leur cet objectif, alors qu’auparavant, rares étaient ceux qui pensaient qu’il serait jamais réalisable, a fortiori de notre vivant. Je me suis dès lors attaché à trouver les meilleurs moyens d’exploiter le talent, le savoir et l’influence du Groupe de la Banque mondiale pour que cet objectif se réalise. 

Un autre effet durable des smartphones

Jim Yong Kim's picture

Un autre effet durable des smartphones

Les riches ont, depuis bien longtemps, une idée de comment vivent les pauvres à travers le monde. La nouveauté, dans le monde d’aujourd’hui, c’est que les pauvres ont désormais accès à ce qui leur avait été jusqu’à présent très bien dissimulé : la manière dont les riches vivent. Grâce à la télévision du village, à l’internet ou aux appareils portables, dont l’utilisation connaît un essor rapide chez les pauvres, ces derniers ne ratent plus aucun détail sur le mode de vie des riches ou de la classe moyenne.

Ensemble, agissons : ce que chacun peut faire pour contribuer à mettre fin à l’extrême pauvreté

Christine Montgomery's picture

L'action de chacun individu contribue à changer la donne. Ensemble, c'est le monde que nous pouvons changer.

Du mouvement des droits civiques aux États-Unis à la lutte mondiale contre le sida, l’histoire a prouvé qu’en s’unissant autour d’un objectif commun, on peut vaincre des obstacles a priori insurmontables.

C’est pourquoi, aujourd’hui, nous vous demandons de prendre part à un mouvement mondial pour mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030.

Le Groupe de la Banque mondiale, aux côtés de ses partenaires et de milliers d’individus qui partagent la même volonté, participe à un mouvement mondial en faveur des millions de personnes qui survivent avec moins de 1,25 dollar par jour. L’enjeu de ce mouvement : mettre fin à l'extrême pauvreté.

Grâce à vous, nous pouvons réussir. Ce défi doit devenir le vôtre : la bataille se joue sur de nombreux fronts et les modes d'action sont nombreux. Choisirez-vous de lutter pour l’égalité hommes-femmes, l’éducation, ou contre le changement climatique ? À vous de choisir.

Quel que soit votre engagement, rejoignez le mouvement et soyez la génération qui entrera dans l’histoire pour avoir vaincu la pauvreté.

Voici ce que vous pouvez faire, dès maintenant :

Signez la pétition du Global Poverty Project pour appeler tous les pays à soutenir les efforts déployés pour mettre fin à la pauvreté d’ici 2030.

Quand cette pétition aura atteint un million de signatures, elle sera envoyée aux dirigeants des pays du monde entier afin qu’ils passent à l’action.

Signez la pétition pour mettre fin à la pauvreté

Vous voulez créer un mouvement ? La lutte antisida est riche d’enseignements

Jim Yong Kim's picture

La lutte antisida est riche d’enseignements - Jim Yong KimComment créer des mouvements sociaux. J’entends souvent parler du besoin de créer des mouvements sociaux pour s’attaquer à des problèmes mondiaux persistants tels que l’éradication de la pauvreté extrême, la promotion d’une plus grande égalité des revenus et la lutte contre le changement climatique.

L’histoire recèle de mouvements sociaux plus ou moins efficaces. Les enseignements que l’on peut tirer d’un mouvement que je connais bien – la lutte antisida – devraient être soigneusement examinés par ceux qui désirent créer des mouvements aujourd’hui.

Le premier enseignement de la lutte antisida est qu’il faut croire que la réussite est possible, et non pas inévitable. Les adversaires feront preuve de combativité et sembleront inébranlables. Mais ceux d’entre nous qui ont vécu les premiers jours de la lutte antisida savent bien que ces succès étaient loin d’être assurés.

Les réseaux sociaux à la Banque mondiale : que peut-on obtenir pour #1dollar ?

Liana Pistell's picture

Que peut-on acheter avec #1dollar ?Imaginez que vous n’ayez qu’un dollar en poche. À quelle dépense le consacreriez-vous ? Nourriture ? Électricité ? Fioul ? Logement ? Plus d’un milliard de personnes dans le monde vivent dans l’extrême pauvreté, c’est-à-dire avec moins de 1,25 dollar par jour (a). Il s’agit du « principal enjeu moral de notre époque » selon le président du Groupe de la Banque mondiale, qui a appelé les dirigeants du monde entier à s’engager à mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030. 

Si, vous aussi, vous pensez que nous pouvons mettre fin à la pauvreté d’ici 2030, prenez la parole pour montrer à ceux qui gouvernent le monde que cet objectif est partagé de tous et partout. 

Si vous voulez participer au combat pour mettre fin à la pauvreté : 


Pages