Syndicate content

jeunes

5 stratégies pour aider les jeunes à réussir à l’ère du numérique

Estera Barbarasa's picture
Photo : Masaru Goto / Banque mondiale

D’après l’édition 2016 du Rapport de la Banque mondiale sur le développement dans le monde, consacré aux dividendes du numérique, la progression rapide des technologies numériques stimule la croissance économique et accroît en général les opportunités, mais les travailleurs ne bénéficient pas tous dans les mêmes proportions des bienfaits des changements. La plupart du temps, la technologie complète les compétences des travailleurs qualifiés, améliore leur productivité et, bien souvent, fait progresser leur salaire. En revanche, pour les travailleurs de niveau intermédiaire et non qualifiés, tout dépend du degré auquel la technologie complète leurs fonctions ou au contraire s’y substitue.

Comment on peut accroître la participation des jeunes travailleurs à l’économie numérique ?

L’intégration des Roms, une question toujours d’actualité

Ede Ijjasz-Vasquez's picture
Roumanie. Nicoleta Alecu rit avec une amie tandis qu'elles font la lessive devant leur maison dans une communauté de Roms, dans le village de Frumusani. © Dominic Chavez / Banque mondiale

Les Roms sont la plus importante minorité ethnique d’Europe et sans doute la plus fortement discriminée. Bien que les institutions européennes, les gouvernements, les organisations de développement et la société civile agissent depuis de nombreuses années pour favoriser l’intégration des Roms, une grande part de cette population vit dans la pauvreté et n’a pas accès à des services de base. 

Des solutions pour les jeunes, par les jeunes

Noreyana Fernando's picture
 Nafise Motlaq / World Bank.
Les statistiques relatives à la jeunesse sont alarmantes. Elles appellent des solutions qui, de l’avis des personnalités du monde entier rassemblées à l’occasion des Réunions de printemps de la Banque mondiale, doivent s’inspirer des jeunes eux-mêmes. (Photo : Nafise Motlaq / Banque mondiale)

Atlas 2017 des Objectifs de développement durable : un nouvel outil pour le suivi des données et des progrès

World Bank Data Team's picture

La Banque mondiale a le plaisir de présenter l’Atlas 2017 des Objectifs de développement durable (ODD) (a). Avec plus de 150 cartes et visualisations de données, cette nouvelle publication (a) montre les progrès accomplis sur la voie de la réalisation des 17 ODD.
 
Cet Atlas fait partie des Indicateurs du développement dans le monde (WDI) (a), notre recueil de statistiques sur le développement et les conditions de vie dans tous les pays du monde. Vous pouvez :

Les 17 ODD (et les 169 cibles associées) sont ambitieux : ils seront difficiles à mettre en œuvre, mais aussi à évaluer. L’Atlas offre l’éclairage des experts de la Banque mondiale sur chacun des ODD.
 

Combien coûtent les retards de croissance ? Et quels sont les résultats des programmes qui luttent contre ce fléau ?

Emanuela Galasso's picture
Dans l’enquête sur la démographie et la santé qui nous intéresse, c’est l’enfant n° 115181 : 38 mois, appelons-la María. Son grand frère est l’enfant n° 115201 : 51 mois, appelons-le Alejandro. Alors qu’ils ont 13 mois d’écart, María et Alejandro mesurent tous les deux 92 centimètres. María est un peu petite pour son âge, elle se situe dans le 18e percentile de la population de référence des enfants bien nourris. Si elle était dans la moyenne, elle mesurerait 96 centimètres. Alejandro en revanche est vraiment très petit : il devrait mesurer 10 centimètres de plus, c’est-à-dire la taille moyenne pour son âge. D’ailleurs, il est si petit pour son âge qu’il ne se situe même pas dans le 1er percentile. Techniquement, Alejandro est en « retard de croissance », avec un « indice poids/âge en Z-scores » de ‑2,64, ce qui signifie que celui-ci se situe à plus de deux écarts type en dessous de la médiane de la population de référence.

Sénégal : quand sécurité alimentaire rime avec autonomisation de la femme

Louise Cord's picture
© Dominic Chavez/Banque mondiale

Au Sénégal, la politique de nutrition est à la croisée des chemins – soit on double nos efforts et on s’attaque aux problèmes fondamentaux ; soit on finira par s’enliser à cause de notre inertie.  Ayant opté pour la première option, le gouvernement doit maintenant beaucoup mieux intégrer le rôle indispensable de la femme dans la nutrition.  

Le Liban et la crise des réfugiés syriens : faire des jeunes des agents du changement

Rene Leon Solano's picture


On aurait pu entendre une mouche voler dans l’assistance et personne ne semblait prêt à prendre la parole. J’ai reposé ma question : « Quelles sont les plus grandes difficultés auxquelles vous êtes confrontés au quotidien ? » Finalement, c’est une jeune femme d’une vingtaine d’années, qui a levé la main. Suba vit à Tripoli, l’une des régions les plus pauvres du Liban et qui compte aussi l’une des plus fortes concentrations de réfugiés syriens : « Nous n’avons pas de travail et aucun accès aux services de base. Même si la situation des réfugiés syriens nous touche, il faut reconnaître qu’ils nous prennent nos emplois.

La sauvegarde des espèces sauvages passe par la jeunesse

Hasita Bhammar's picture
The youth from the Turia community celebrating their first workshop on tiger conservation in the Pench Tiger Reserve
Des jeunes du village de Turia participent au premier atelier sur la préservation des tigres dans la réserve de Pench.

Nous sommes en 2010 et je viens de terminer mon premier cycle universitaire. Avec mon sac à dos pour seul bagage, me voilà à l’entrée du parc national qui a servi de cadre au Livre de la jungle de Rudyard Kipling : une grande grille avec un panneau rouillé indiquant « Réserve de tigres de Pench ». Examens et simulations d’entretien : rien dans mes études n’aurait pu me préparer au travail qui m’attendait là-bas. J’étais censée lancer une petite association pour amener les jeunes vivant à proximité du parc à s’investir et leur inculquer la passion de l’environnement. Plus précisément, il s’agissait de les sensibiliser à la protection des 41 tigres qui vivaient dans la réserve.

Pourquoi me confier, à moi, cette mission ? Tout simplement parce que, à 21 ans, on me considérait comme la mieux placée pour m’adresser à des jeunes. J’ai passé deux ans et demi dans la réserve.

Les avancées de la cause LGBTI au sein du Groupe de la Banque mondiale

Caroline Vagneron's picture

Les arguments en faveur d’un renforcement de la diversité et de l’inclusion des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transsexuelles et intersexuées (LGBTI) sont désormais bien étayés, et on constate, dans le monde du travail, des progrès considérables sur le plan de l’égalité. Ce message fait également lentement mais sûrement son chemin au sein des organisations internationales. C’est le cas au Groupe de la Banque mondiale, où la diversité apparaît comme une source de productivité, de collaboration, d’innovation et de créativité accrues. Les politiques pro-LGBTI font ainsi reculer la discrimination à l’égard du personnel concerné et encouragent une culture d’entreprise plus ouverte. Ces avancées se traduisent à leur tour par une amélioration du dévouement au travail, des relations professionnelles, de l’état de santé (la dissimulation de l’orientation sexuelle accentue en effet les risques de détresse psychologique) et de la productivité chez le personnel LGBTI.

Tripler les taxes sur le tabac : une mesure essentielle pour réaliser les objectifs de développement durable des Nations Unies à l’horizon 2030

Prabhat Jha's picture
Groupe de la Banque mondiale / 2013

Depuis l’adoption de la convention-cadre pour la lutte antitabac par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2005, plus de 180 pays ont signé le traité. La mise en place d’interventions efficaces s’améliore constamment : plus de la moitié des pays du monde (soit 40 % de la population totale) ont adopté au moins une mesure antitabac et, malgré l’accroissement démographique global, la prévalence du tabagisme est en léger recul chez les adultes, de 23 % en 2007 à 21 % en 2013. La question, aujourd’hui, est de savoir comment réduire plus fortement ce taux et contribuer ainsi à la réalisation, d’ici 2030, des cibles sanitaires et sociales visées par les objectifs de développement durable des Nations Unies. Nous abordons ici un certain nombre d’aspects épidémiologiques et économiques essentiels de la lutte mondiale contre le tabagisme.

Le risque de décès chez un fumeur est trois fois supérieur à celui d’un non-fumeur, avec une réduction de l’espérance de vie d’au moins dix ans. Tandis que les dangers liés au tabagisme s’accumulent lentement (a), l’arrêt du tabac produit des effets rapides : en s’arrêtant à 40 ans, un fumeur récupère pratiquement les dix années d’espérance de vie qu’il aurait perdues en continuant à fumer (a) — un gain qui passe respectivement à six et quatre ans si l’arrêt intervient à 50 et 60 ans. Dans les pays à revenu élevé (a), les adultes sont toujours plus nombreux à renoncer au tabac : au Canada par exemple, le nombre d’anciens fumeurs a augmenté de 1 million en dix ans. Mais dans la plupart des pays à revenu faible et intermédiaire, où vivent 85 % des fumeurs, l’arrêt du tabac est un réel enjeu de santé publique, en grande partie à cause des stratégies de commercialisation et de prix des industriels du secteur.


Pages