Syndicate content

Pauvreté

Vous voulez participer au mouvement qui permettra de mettre fin à la pauvreté? C’est le moment d’agir !

Michelle Pabalan's picture



Vous vous rappelez de cette question que l’on vous posait tout le temps quand vous étiez enfant : « Tu veux faire quoi quand tu seras grand ? ». Et vous vous souvenez de la réponse ? Êtes-vous devenu la personne que vous rêviez d’être ?

La plupart d’entre nous aspirons à vivre pleinement nos vies, à développer nos talents, à changer le monde à notre façon. Et parfois nous avons du mal à trouver notre place dans ce monde qui nous dépasse. Mais, comme le souligne le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, les mouvements qui sont parvenus à changer le monde ont souvent été lancés au début par une poignée d’individus mus par une volonté commune. Il en a été ainsi du combat pour trouver comment traiter le sida, de la promotion des droits de l’homme ou de la défense de l’égalité des genres.
 

Le paradoxe angolais : l’aide au développement dans un pays "riche"

Thomas Dickinson's picture

Alors que je préparais récemment une mission pour un projet en Angola, je suis tombé sur la dernière grande réalisation du pays : une nouvelle raffinerie gigantesque destinée à renforcer l’industrie pétrolière nationale. Devant cette structure massive, une pensée m’a soudainement traversé l’esprit : s’ils sont capables d’accomplir un chef d’œuvre d’ingénierie aussi énorme et complexe, pourquoi ont-ils besoin de moi?

Par-delà les manifestations de rue : renforcer la responsabilisation sociale dans le monde arabe

Line Zouhour's picture

Jeune homme libyen

Dans le maelström qui s’est emparé du Moyen-Orient, lors du Printemps arabe, figurait l’exigence d’un État plus transparent, équitable et responsable. Depuis ces soulèvements, les experts qui réfléchissent à la transition démocratique se heurtent aux questions suivantes : comment systématiser la culture de responsabilisation et de gouvernance démocratique ? Comment « institutionnaliser » le dynamisme de ces mobilisations populaires et en faire un pouvoir capable de contrôler les gouvernants ?

En quoi consiste le développement ? À aider les pauvres pour s’aider soi-même

Jim Yong Kim's picture

Ce billet fait partie d’une série de textes dans lesquels des leaders d’opinion membres du programme LinkedIn Influencers présentent leur secteur d’activité et dessinent son avenir. Consulter tous les billets de blog (a).

Beaucoup associent, à tort, mon domaine d’activité à de la bienfaisance en faveur des pauvres. Il ne s’agit pas de dénigrer les organisations caritatives : elles accomplissent un travail louable et généreux. Mais le développement va au-delà de la philanthropie et son importance pour l’économie mondiale est bien plus grande qu’on ne le pense.

Après la crise financière de 2008-2009, ce sont les pays en développement qui, grâce à leur croissance alerte, ont contribué (à hauteur de 50 % environ) à redonner des couleurs à l’économie mondiale. Aujourd’hui par exemple, une bonne moitié des exportations des États-Unis partent vers les marchés émergents et les économies en développement. Où l’on voit que le développement économique mondial peut aussi améliorer vos bénéfices…

Le gaspillage alimentaire : un problème plus grave qu’il n’y paraît

Jim Yong Kim's picture

Voici un chiffre qui devrait nous mortifier : nous gâchons plus d’un tiers de la nourriture produite dans le monde. Cela représente entre 400 et 500 calories par personne et par jour pour les pays en développement, et jusqu’à 1 500 calories dans les pays développés.

Comment accepter un tel gaspillage, quand on sait que 842 millions d’êtres humains — dont 98 % vivent dans des pays en développement — ne mangent toujours pas à leur faim ?
Concrètement, les causes de ce dysfonctionnement ne sont pas partout les mêmes : dans les pays en développement, elles tiennent aux modes de production ou d’acheminement vers les marchés, parce que les opérateurs n’ont pas les infrastructures ou les installations de stockage adaptées ; dans les pays riches, il faut plutôt incriminer la grande distribution ou les consommateurs eux-mêmes.
Réagissons. Chacun de nous, dans chaque pays, peut et doit gaspiller moins d’aliments et contribuer ce faisant à la lutte contre la pauvreté (a) et la faim.

Les enjeux sont considérables : un individu qui ne consomme pas les bonnes calories ne peut pas mener une vie active, épanouissante et productive. Près de 2 milliards d’êtres humains présentent des carences en micronutriments, ces vitamines et minéraux indispensables pour le développement physique et intellectuel. Comment un enfant ou un adulte sous-alimenté pourrait-il déployer tout son potentiel, s’extraire de la pauvreté et participer au développement de son pays ?

Promouvoir l’entrepreneuriat social au Maroc

Diego Angel-Urdinola's picture

 Arne Hoel

Youssef vit dans une petite province rurale défavorisée du sud du Maroc. Il est ouvrier dans une usine et a deux enfants, âgés de 10 et 12 ans. L’école publique que ses enfants pourraient fréquenter se trouve loin de son lieu de travail et est en cours de rénovation depuis plusieurs années. L’absentéisme des enseignants et des élèves y est très élevé, notamment en hiver, en raison de l’absence de chauffage et du mauvais état des routes.

Yémen : La dépendance au qat s’aggrave

Mustapha Rouis's picture

 Peer Gatter

La transition politique au Yémen qui occupe aujourd’hui le devant de la scène a cependant oblitéré un problème de longue date, la consommation de qat, qui a des incidences tout aussi importantes pour le pays. Le qat est une drogue douce très répandue au Yémen et dans la corne de l’Afrique. La consommation excessive de cette feuille a des effets désastreux sur la santé, l’éducation et la productivité. 

La mortalité maternelle au Yémen : un fléau quotidien

Ebrahim Al-Harazi's picture

La mortalité maternelle au Yémen

Au Yémen, les conditions de vie sont implacables et les plus grandes espérances se heurtent à de rudes épreuves. La maladie frappe durement : se soigner est un luxe que nombre de Yéménites ne peuvent pas se permettre. Quand l’ombre de la mort est omniprésente, il est difficile de trouver un sens à la vie…

Qui bénéficie de la hausse du salaire minimum dans le secteur public égyptien ?

Shanta Devarajan's picture

 Mohamed Kheidr

L’article récent publié dans Mada Masr (a) sur les « insuffisances » du nouveau salaire minimum dans le secteur public égyptien pointe du doigt une vérité — celle que l’augmentation exacerbera les inégalités — tout en avançant une explication inexacte — celle que le nouveau salaire minimum « n’est pas appliqué au plan national ou dans tous les secteurs ». Or, près des trois quarts des travailleurs égyptiens sont de petits exploitants agricoles, travaillent à leur compte ou dans le secteur informel : autant de personnes qui seront privées de la hausse du salaire minimum, qu’elle soit restreinte au secteur public ou non. 

La Zone C : un vaste potentiel inexploité qui pourrait transformer l’économie palestinienne

Orhan Niksic's picture

 Arne Hoel

L’économie palestinienne est à l’arrêt. Sa croissance a chuté en 2013, le chômage a augmenté, et les recettes fiscales, en nette baisse, ne permettent même pas de financer les dépenses récurrentes. Nombreux sont ceux qui déplorent cette situation. Il existe toutefois un potentiel qui, s’il était exploité, pourrait à la fois dynamiser la croissance et transformer l’économie palestinienne.


Pages