Syndicate content

Développement social

Les inégalités extrêmes sont le signe d'une société désintégrée

Sri Mulyani Indrawati's picture
© Curt Carnemark/World Bank


L'inégalité est un problème auquel tous les pays sont confrontés, qu'ils soient pauvres, riches ou entre les deux. Un certain degré d'inégalité peut certes être un sous-produit temporaire de la croissance économique, lorsque tout le monde ne progresse pas au même rythme, au même moment, mais lorsque la majorité de la population marque le pas économiquement et socialement, c'est le progrès de l'individu et de pays tout entiers qui se trouve mis en cause.

Retour vers le futur: ce qu’un rhéteur de la Rome antique nous dit sur l’éducation

Jeffrey Waite's picture
Des étudiants assis sur le site des ruines romaines. Photo par Penn State / CC BY


En furetant dans les étagères de la librairie d’occasion où je me rendais pendant les fêtes de fin d’année, j’ai mis la main sur l’Institution oratoire, œuvre composée par Quintilien vers 90 ap. J. C.  J’ai été frappé, à la lecture de ses tout premiers chapitres, par les nombreux préceptes qui, même aujourd’hui, ont cours dans nos systèmes scolaires.

Les données sont-elles passées à côté du Printemps arabe ?

Mohamed Younis's picture
Cairo's Tahrir Square, Egypt. Hang Dinh / Shutterstock.com

Dans la période qui a précédé le Printemps arabe, les données ont trompé tous ceux qui suivent cette région de près. Le cas de l’Égypte et de la Tunisie est emblématique à cet égard : les deux pays ont inauguré la première décennie du XXIe siècle en introduisant les réformes économiques classiques souvent préconisées par les organisations multilatérales et internationales occidentales. Après avoir analysé ces réformes, les trajectoires du PIB et d’autres mesures habituelles (comme la mortalité infantile, le recul de la pauvreté, etc.), des experts reconnus, intelligents et bien intentionnés en ont conclu que si la situation n’était pas parfaite, tous les indicateurs pointaient vers une amélioration sensible et soutenue. Quelques semaines plus tard, les deux nations connaissaient des bouleversements politiques sans précédent.

Économie en croissance, bonheur en déclin : le paradoxe du monde arabe

Elena Ianchovichina's picture
Shutterstock l arindambanerjee

Les événements du Printemps arabe ont pris le monde par surprise : à l'époque, aucun signe évident n'annonçait l'approche d'une tempête au Levant et dans le Maghreb. Les indicateurs objectifs (mesurés régulièrement pour nombre d’entre eux) révélaient une amélioration graduelle des économies dans ces parties du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord : une croissance économique raisonnable, des taux de pauvreté absolue peu élevés et en baisse, un niveau d’inégalité des revenus plutôt bas ou moyen, des taux de mortalité juvénile en déclin, un degré d’alphabétisation en hausse et une espérance de vie en progrès.

Les jeunes et la sécurité en Tunisie, cinq ans après la révolution

Christine Petré's picture
Tunisian man standing in front of El Jem amphitheater in Tunisia Shutterstock l Eric Fahrner

Le cinquième anniversaire de la révolution tunisienne succède de peu à la remise à Oslo, du prix Nobel de la paix aux représentants du Dialogue national tunisien. Cette distinction a été décernée en reconnaissance de leur volonté de dialogue et de consensus, alors que le pays traversait l’une des périodes les plus délicates de son histoire. Cependant, trois attaques terroristes sont venues ternir cet anniversaire cette année.

A la rencontre d’une Tunisie en mouvement

Marie Francoise Marie-Nelly's picture
Young Tunisians - Arne Hoel l World Bank

Avec la conviction qu’un partenariat solide ne peut se développer unilatéralement à partir de Washington, nous avons engagé des consultations sur la nouvelle stratégie de partenariat entre la Tunisie et le Groupe de la Banque mondiale sur le terrain. Malgré les soubresauts qu’elle a subis avec les  attentats du Bardo et de Sousse et tout récemment de Tunis – Centre, la Tunisie poursuit son processus de transition et est déterminée à réussir. 

Lutte contre la corruption : la Tunisie, en tête des pays de la région mais exposée à un risque élevé dans les dépenses de défense

Christine Petré's picture
Shutterstock l angelh l Tashatuvango

Des budgets militaires opaques, une supervision défaillante et aucune information sur les dépenses cachées : voilà ce que révèle Transparency International-UK (TI-UK) au sujet des dépenses de défense dans 17 États du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA), dans le cadre d’un nouveau rapport international consacré à la corruption dans ce secteur. 

L’autre révolution arabe

Wael Zakout's picture
Man holding Tunisian Flag - jbor / Shutterstock.com

Je rentre tout juste de Tunisie, un pays magnifique où je mettais les pieds pour la première fois. Découvrir ainsi le berceau de la révolution arabe, qui a éclaté fin 2010, a été une expérience émouvante. Malheureusement, la plupart des pays du « Printemps arabe » se retrouvent désormais plongés dans des guerres destructrices et effroyables, aux effets dévastateurs pour leurs habitants, leur économie et leurs infrastructures.

Pourquoi la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord a-t-elle besoin d’un nouveau contrat social ?

Shanta Devarajan's picture
Mohamed Elsayyed l World Bank

Les soulèvements qui ont débuté en Tunisie avant de se propager à plusieurs pays du monde arabe en 2010 et 2011 en ont surpris plus d’un chez les économistes du développement, comme moi. 

Le contrat social et les libertés civiles au Maroc

Paul Prettitore's picture
Moroccan Flag - Arne Hoel l World Bank

Le Printemps arabe et ses conséquences ont suscité un vaste débat (a) sur le contrat social qui avait défini la relation entre les citoyens et l’État dans le monde arabe. Selon l’ancien contrat social en vigueur au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, l’État devait procurer aux citoyens des emplois et des services publics, et, probablement aussi, assurer la stabilité politique, moyennant la limitation des libertés civiles susceptibles de permettre aux citoyens de contester le régime au pouvoir. Au Maroc, la transition politique a ouvert un espace qui a permis d’inclure les libertés civiles dans le débat sur le nouveau contrat social. 

Pages