Syndicate content

Économie et commerce international

Témoignages d’une révolution inachevée : L’amertume des confiseurs tunisiens face au poids de la réglementation

Antonio Nucifora's picture


Le halva produit par la Grande fabrique de confiserie orientale (GFCO) est essentiellement fabriqué à partir de betterave à sucre tunisienne et de graines de sésame soudanaises. Il est commercialisé dans des boîtes de conserve frappées d’une tête de gazelle. Cette confiserie introduite par les Ottomans est appréciée en Tunisie, mais aussi en Libye et en Algérie, où la marque tunisienne est parvenue à se frayer une place, si l’on en croit Moncef Ayoub, directeur de l’entreprise.

Arrêtez de voler le poisson de l’Afrique, il appartient aux Africains

Caroline Kende-Robb's picture

Il y a vingt-cinq ans, je vivais à Tanji, un village de pêcheurs situé sur la côte gambienne. Le village s’animait avant le lever du soleil, et en se levant tôt, on pouvait voir partir en mer les pirogues aux couleurs vives, ces fragiles embarcations en bois avec à leur bord six ou sept jeunes hommes courageux. Ce n’était pas une mince affaire. L’Atlantique était impitoyable, parfois traître.

L’autre Algérie qui gagne

Emmanuel Noubissie Ngankam's picture

Le fait n’est certes pas passé inaperçu, mais il a été moins retentissant que la brillante participation des Fennecs, l’équipe Algérienne de Football au Mondial du Brésil. Il mérite pourtant qu’on y revienne ; avec un peu plus de recul. Ce n’est ni un pied de nez à l’Histoire ni la revanche du colonisé, mais un retentissant coup dans l’évolution de l’ordre des choses, un coup dont la mondialisation en a seule le secret.
 

Lorsque les chiffres parlent

Gael Raballand's picture

Les mythes du commerce informel dans les pays en développement

Commuters at the Wynberg Taxi rank in Cape Town on their way home. Par définition, le commerce informel est difficile à mesurer car même si tout le monde l’a vu, il n’apparaît pas dans les statistiques officielles.  Ainsi,  les estimations sont souvent difficiles à mener et souvent assez coûteuses car demandent de recouper de nombreuses informations (données douanières, données d’enquêtes aux frontières, statistiques économiques et sociales locales, interviews des acteurs et parties prenantes dans les secteurs concernés).

Mais ceci semble porter ses fruits : à mesure que la production d’informations et de données avancent, certaines affirmations fondées sur des rumeurs voire des croyances sont contredites par la réalité des chiffres. C’est d’autant plus intéressant que les mêmes phénomènes et caractéristiques du commerce informel se retrouvent, que ce soit en Asie centrale, Afrique sub-saharienne et Afrique du nord.

Ukraine : quelles seraient les répercussions d’une aggravation de la crise au niveau du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ?

Lili Mottaghi's picture
 Arne Hoel

Depuis l’annexion de la Crimée par la Russie, à l’issue d’un référendum populaire organisé début mars, l’Union européenne et, depuis peu, les États-Unis et le Canada, ont imposé une première série de sanctions touchant certains responsables en Russie et en Crimée, avec gel des avoirs et interdiction de voyager. Cette semaine, les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN, redoutant une invasion rapide de l’est de l’Ukraine par les troupes russes, ont ordonné la fin de la coopération civile et militaire avec la Russie. Si cette crise devait dégénérer, les pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) pourraient en subir les conséquences : directement, par le biais des échanges, et indirectement, via les cours des produits de base.

La privatisation, remède aux maux économiques de l’Égypte

Karim Badr El-Din's picture
Cairo Street

En 1991, l’Égypte s’est engagée dans un programme de réforme économique et d’ajustement structurel (ERSAP) pour sortir de l’impasse économique. En proie à des difficultés financières, le pays avait dû rééchelonner sa dette publique à deux reprises, en 1987 puis 1991. La mise en œuvre de l’ERSAP a peu avancé jusqu’en 2003, date à laquelle le gouvernement a promu une plus grande libéralisation de l’économie, avec l’adoption d’un taux de change flottant et d’une série de mesures visant à faire passer le pays de l’économie planifiée à l’économie de marché.

La Chine et les marchés émergents : une chevauchée agitée

Otaviano Canuto's picture

La Chine et les marchés émergents : une chevauchée agitéeIl y a un mois, j’évoquais certains des grands défis pesant sur la reprise attendue, mais encore modeste, de l’économie mondiale, et notamment celui découlant du ralentissement de la croissance en Chine et de son système bancaire fantôme. Ces deux menaces ont d’ailleurs fait parler d’elles alors que l’on fêtait, vendredi dernier, le nouvel An chinois et l’entrée dans l’année du Cheval (a).

Cette aggravation de la perception des risques entourant la Chine vient ajouter une fragilité supplémentaire, comme en témoigne la nouvelle valse des capitaux qui, comme l’été dernier (a), fuient depuis quelques semaines les marchés émergents. Si les rendements des bons du Trésor américain à 10 ans ont légèrement fléchi depuis décembre, malgré le début du resserrement effectif de la politique monétaire de la Fed, les dernières informations sur le recul de la production industrielle chinoise ont accéléré un mouvement régulier déjà bien engagé de réduction de l’exposition des portefeuilles internationaux aux marchés émergents, qui profite aux économies avancées. Dans certains cas, comme en Afrique du Sud, en Turquie ou en Ukraine, des événements politiques et/ou économiques singuliers ont également joué un rôle mais le fait qu’il y ait également eu des cessions d’actifs dans des pays comme la Malaisie, le Mexique ou la Pologne, où les marchés sont liquides et la fluidité moindre, traduit une dynamique à l’œuvre d’une ampleur bien plus conséquente.

La contrebande aggrave les difficultés budgétaires de la Tunisie

Gael Raballand's picture

L'original du billet se trouve ici. Les auteurs sont : Gael Raballand et Miles McKenna (a)
Si le commerce informel en Tunisie perturbe les milieux d’affaires, que dire de son impact pour un gouvernement de transition à court d’argent ? Selon un récent rapport de la Banque mondiale, les activités de contrebande qui fleurissent le long des frontières avec la Libye et l’Algérie privent le pays d’un volume non négligeable de rentrées fiscales, au niveau notamment des droits de douane et de la TVA.

Comment donner du travail à 865 millions de femmes

Nasim Novin's picture


Un soir, j'ai retrouvé mon amie Asma'a dans un café très prisé du Caire surplombant le Nil. Comme beaucoup de jeunes Égyptiens que j'ai rencontrés cet été-là, Asma'a est intelligente, motivée et… sans emploi. Après avoir décroché un diplôme de droit, elle a postulé sans succès à un nombre incalculable de postes, et quasiment abandonné tout espoir de trouver un emploi correspondant à sa formation. Ce soir-là, elle était particulièrement contrariée, car ses parents lui avaient interdit d'accepter un emploi de serveuse, jugeant ce travail moralement inacceptable. Plus découragée que jamais, Asma'a m'a confié qu'elle serait prête à accepter n'importe quel emploi, juste pour pouvoir travailler.

Asma'a fait partie des 865 millions de femmes dans le monde qui possèdent tout le potentiel nécessaire pour contribuer pleinement à l'économie mondiale. Ces femmes constituent une ressource précieuse pour générer de la croissance économique et nourrir le développement. Pourtant, la sous-utilisation de leurs compétences freine bon nombre de pays.

Pêche illégale : pourquoi ne pas s’inspirer de la lutte contre l’exploitation forestière illégale ?

Julian Lee's picture

Navires de pêche au large de la Namibie. John Hogg/Banque mondialeLe chiffre d'affaires annuel du secteur des pêches maritimes et de l'aquaculture dépasse les 190 milliards de dollars dans le monde, et on estime à 240 millions le nombre de personnes dont le travail en dépend. Il ne fait aucun doute que les océans génèrent une activité abondante et lucrative. Or qui dit profit dit profiteur : on estime que 18 % (a) des activités de pêche à l'échelle mondiale sont illégales.

Mais en quoi le problème concerne-t-il ceux qui s'intéressent au développement ? D’abord parce que la pêche illégale fragilise les moyens de subsistance des populations pauvres qui dépendent de l'océan. Ensuite parce que le non-paiement des taxes et redevances prive les pays en développement de centaines de millions de dollars de recettes annuelles dont ils ont le plus grand besoin. Enfin, dans certaines régions, la pêche illicite a pris de telles proportions qu'elle met en péril la gestion durable d'une ressource déjà mise à mal par la surpêche.


Pages